Modifié le 10 novembre 2017

Des intellectuels défendent malgré tout l’oeuvre de Tariq Ramadan

Edgar Morin et Tariq Ramadan lors d'une interview à la RTS, 09.10.2017.
Pourquoi Tariq Ramadan garde le soutien de certains intellectuels La Matinale / 1 min. / le 09 novembre 2017
Avec l'affaire Tariq Ramadan, les intellectuels qui ont fréquenté l'islamologue genevois se voient désormais sommés de s'expliquer. Car l'homme a pesé dans le débat politique et certains veulent défendre son oeuvre et ses combats.

Prédicateur remplissant les salles de musulmans pieux, universitaire, intellectuel engagé enchaînant tribunes et colloques consacrés à divers combats politiques, Tariq Ramadan a séduit nombre d'intellectuels, d'Edwy Plenel (directeur de Mediapart) au philosophe Edgar Morin.

Je ne soutiens pas l'individu, je soutiens les causes qu'il a défendues.

François Burgat

Le politologue François Burgat, spécialiste de l'islam, a lui aussi bien connu le Genevois et il assume partager ses combats. "Je l'ai suivi, je suis extrêmement fier de l'avoir suivi", dit-il aujourd'hui. "Je ne soutiens pas l'individu, je soutiens les causes qu'il a défendues en tant que leader d'opinion des musulmans d'Europe. Ces causes, pour faire simple, c'est de faire en sorte que la liberté d'expression, que la citoyenneté des musulmans d'Europe, ne soient pas à géométrie variable et de seconde zone."

Tariq Ramadan, sur sa page, a plus de deux millions de followers.

François Burgat

Dans les années 2000, Tariq Ramadan a été invité dans les forums altermondialistes tandis que, par exemple, le mensuel Monde diplomatique lui a ouvert ses pages. Mais pourquoi une partie de la gauche l'a-t-elle choisi lui, plutôt qu'un autre leader musulman? "Parce que Tariq Ramadan, sur sa page, a plus de deux millions de followers", analyse François Burgat, "alors que les musulmans réformateurs formatés pour passer dans les médias 'mainstream' européens n'en ont que quelques centaines. Mais c'est ceux-là qu'on aime, parce qu'ils nous disent ce qu'on a envie d'entendre."

Le professeur suisse était donc en quelque sorte plus légitime, car écouté par le public musulman. Mais aujourd'hui, admet François Burgat, ses amis politiques devront continuer ses combats, s'il le faut, sans lui.

>> Regarder le débat d'Infrarouge: affaire Ramadan, quelles conséquences?

Affaire Ramadan: quelles conséquences?
Infrarouge - Publié le 08 novembre 2017

Alexandre Habay/oang

Publié le 09 novembre 2017 - Modifié le 10 novembre 2017