Modifié

Des données très sensibles de la filiale suisse d'EOS auraient été piratées

La société dispose de détails très précis sur la vie privée des créanciers. [DR]
Des données très sensibles de la filiale suisse d'EOS auraient été piratées / La Matinale / 1 min. / le 28 décembre 2017
Des données appartenant à la filiale suisse de la société de recouvrement allemande EOS, qui conserve des détails sur plusieurs dizaines de milliers de citoyens suisses, auraient été piratées, selon la Süddeutsche Zeitung.

Au printemps dernier, un informateur a transmis ces données au quotidien allemand en lui signalant qu’elles avaient été piratées. On ignore si EOS a vraiment été piratée, ou si les données ont été transmises depuis l’intérieur de l'entreprise.

Une société de recouvrement a besoin du montant de la créance, du nom du débiteur et de la date d’échéance. Or, il apparaît qu’elle dispose de détails très précis sur la vie privée des créanciers.

Des cabinets de médecins ont transmis des dossiers médicaux complets, des cantines scolaires tous les détails sur l’insolvabilité des parents, idem pour des avocats, des fiduciaires. EOS n’a pas supprimé ces données une fois les litiges réglés.

Préposé à la protection des données inquiet

Des soupçons d’irrégularités de la part de l’entreprise planent, ainsi que de nombreuses violations du secret de fonction de la part de ses clients.

De quoi alarmer le préposé fédéral à la protection des données, Adrian Lobsiger, qui s'exprime mercredi dans la Süddeutsche Zeitung. Et encore plus si les données sont bel et bien tombées entre les mains de pirates informatiques, comme l’affirme l’informateur.

Alain Arnaud/lgr

Publié Modifié