Modifié

La Bible, un "équipement du soldat"? Le débat agite les écoles de recrues

Le paquetage d'une recrue lors d'un exercice à Thoune. [Martin Ruetschi - Keystone]
Le paquetage d'une recrue lors d'un exercice à Thoune. [Martin Ruetschi - Keystone]
Des évangélistes reçoivent l'autorisation de distribuer des bibles dans les casernes de Suisse romande. Si certains commandants refusent, d'autres parlent du texte comme d'un "équipement du soldat".

Ce sont les commandants des écoles de recrues qui décident d'accepter ou non la venue des évangélistes de l'association des Gédéons. Et les pratiques sont très contrastées.

Certains chefs d'écoles sollicitent eux-mêmes la venue des religieux en civil, voire présentent la Bible comme un "livre sacré faisant partie de l'équipement du soldat", se souvient Jean-Daniel Zürcher, responsable pour la Suisse romande de l'association des Gédéons, interrogé par la RTS.

Si l'armée a inscrit le "respect de la foi des autres" dans le règlement de service, Jean-Daniel Zürcher se défend de faire du prosélytisme religieux. Il affirme vouloir "mettre la parole de Dieu à disposition des recrues", ayant "expérimenté dans [sa] vie que ce que dit [cette] parole est vrai". Et le représentant des Gédéons d'ajouter que la Suisse "est un pays judéo-chrétien".

La bible, ce "livre sacré qui fait partie de l'équipement du soldat" [RTS]
La bible, ce "livre sacré qui fait partie de l'équipement du soldat" / Info en vidéos / 2 min. / le 14 avril 2016

Chamblon fait figure d'exception

L'école d'infanterie 3, à Chamblon, dans le canton de Vaud, n'a pas accepté la venue d'évangélistes en juin dernier, une exception en Suisse romande. Son commandant, le colonel Samuel Crettol, qui se dit "catholique convaincu", justifie ce choix en indiquant à la RTS qu'il préfère expliquer et transmettre les valeurs de la Suisse plutôt que de promouvoir une religion.

Bien qu’étant catholique convaincu, il n’est à mon sens pas dans mes tâches de promouvoir une religion en particulier, mais bien plutôt de transmettre les valeurs de notre pays et de convaincre du bien-fondé de leur défense.

Colonel Samuel Crettol

Le colonel précise qu'il souhaite que ses militaires s'identifient "aux valeurs de notre société et de notre culture [...] quelles que soient son origine, ses racines, ses croyances et sa foi, sa couleur ou encore ses convictions sociales ou politiques".

Réceptions contrastées des recrues

Salutaires, selon les évangélistes, qui citent des témoignages de jeunes hommes ayant été aidés par ces textes, les distributions de bibles n'en demeurent pas moins risibles ou agaçantes pour certaines recrues.

>> Le témoignage d'un soldat:

Témoignage soldat [RTS]
Un soldat raconte les distributions de bibles des Gédéons / Info en vidéos / 1 min. / le 14 avril 2016

Michael Maccabez et Mélanie Ohayon

Publié Modifié

Les réactions des autres commandants varient

Contrairement à celui de Chamblon (VD), les autres commandants d'écoles de recrues ne voient pas forcément d'un mauvais oeil la venue d'évangélistes.

Le colonel Christoph Scherer, qui dirige l'école de circulation et de transport 47 à Romont (FR), estime par exemple que les distributions de bibles ne sont ni importantes ni nécessaires, mais qu'elles sont compatibles avec la neutralité de l'armée aussi longtemps que les évangélistes respectent les consignes imparties.

A l'école des conducteurs de chiens 57, à Sand (BE), le commandant Jürg Liechti juge quant à lui que la distribution ne pose pas de problème puisqu'elle se fait sur une base volontaire.

Les autres commandants d'école contactés par la RTS renvoient au service de presse de l'armée, qui ne souhaite pas faire de commentaire.

Les Gédéons promettent "d'être succincts"

Revenant sur la remise à l'ordre du chef de l'aumônerie, Jean-Daniel Zürcher a indiqué avoir rappelé aux membres des Gédéons "d'être succincts" dans leurs distributions de bibles et de veiller à respecter les consignes des commandants d'école.

L'association internationale des Gédéons se définit elle-même comme une "organisation d'hommes d'affaires et de professionnels chrétiens" qui a pour but "de gagner de nouvelles personnes à Jésus-Christ".

Rassemblant des religieux de plusieurs églises, elle se vante de compter quelque 300'000 membres à travers le monde et d'avoir distribué plus de deux milliards de bibles.