Modifié le 02 octobre 2015 à 18:31

L'OFROU interdit l'immatriculation de voitures touchées par le scandale VW

L'Office fédéral des routes interdit l'immatriculation de voitures touchées par le scandale Volkswagen.
L'Office fédéral des routes interdit l'immatriculation de voitures touchées par le scandale Volkswagen. [Robert Galbraith - Reuters]
Les autorités suisses ont annoncé vendredi une interdiction provisoire d'immatriculation des voitures du groupe Volkswagen susceptibles d'être équipées du logiciel truqué.

L'Office fédéral des routes (OFROU) a déclaré dans un communiqué diffusé vendredi qu'"il ne sera plus possible de mettre en circulation en Suisse des véhicules neufs pas encore immatriculés ou des véhicules d'occasion provenant de l'étranger" concernés par le scandale.

Cette mesure, qui entrera en vigueur lundi, concerne les modèles des marques Audi, Seat, Skoda et Volkswagen construits entre 2009 et 2014 (motorisations Euro 5 uniquement) et équipés de moteurs diesel en version 1,2l TDI, 1,6l TDI et 2,0l TDI.

Les véhicules déjà immatriculés en Suisse ne sont pas concernés et peuvent donc continuer de circuler ou être mis en vente sur le marché de l'occasion.

Ne sont concernés que les véhicules pas encore immatriculés en Suisse

"La décision de lever l'interdiction d'immatriculation interviendra lorsque de nouveaux éléments d'information seront disponibles", précise le communiqué.

Le 28 septembre, les autorités suisses avaient déjà annoncé qu'elles suspendaient la vente de nouveaux modèles Volkswagen diesel potentiellement équipés de systèmes capables de fausser les tests antipollution.

AMAG, le premier importateur du groupe Volkswagen en Suisse, a pour sa part annoncé que jusqu'à 129'000 véhicules des différentes marques du constructeur allemand immatriculées dans la Confédération étaient concernées par l'affaire. Il a lui-même suspendu la vente des modèles touchés.

>> Lire: La Confédération interdit la vente de véhicules VW manipulés

agences/ptur

Publié le 02 octobre 2015 à 11:22 - Modifié le 02 octobre 2015 à 18:31

La justice française ouvre une enquête pour tromperie aggravée

Le Parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire pour tromperie aggravée sur le scandale des moteurs diesel truqués des voitures Volkswagen, a annoncé vendredi à l'AFP une source judiciaire.

Les investigations françaises ont été décidées après un signalement d'un élu de la région parisienne, reçu jeudi par le parquet, et sur la foi des informations parues et des déclarations publiques sur cette affaire qui ébranle le géant allemand de l'automobile, a-t-on précisé.