Modifié

La presse étrangère s'interroge sur l'impact du vote anti-immigration

Un kiosque à journaux parisien. [Hocine Zaourar - AFP]
Un kiosque à journaux parisien. [Hocine Zaourar - AFP]
L'acceptation dimanche de l'initiative de l'UDC "contre l'immigration de masse" fait réagir les médias, en Europe et au-delà. La question de l'impact de ce choix est sur toutes les lèvres.

La presse européenne se penchait largement lundi sur les conséquences du vote sur l'initiative UDC "contre l'immigration de masse". Dans le quotidien français Libération, le politologue spécialiste des populismes et de l’extrême droite Jean-Yves Camus estime que "l'égoïsme économique est la principale composante de ce vote".

Provocateur, le quotidien belge Le Soir titre "La Suisse aux Européens: dehors !", arguant qu'avec cette votation, "c'est tout l'échafaudage des accords bilatéraux de la Suisse avec l'Union européenne qui est assuré de s'écrouler".

Avantages et inconvénients de la libre circulation

En Allemagne, pour le journal conservateur Die Welt, "l'UDC va apprendre à quel point il est difficile de séparer les aspects positifs des contrats bilatéraux avec Bruxelles des aspects non désirés".

La Berliner Zeitung a en revanche un discours plus compréhensif envers le succès de l'initiative: "Ceux qui se moquent ici de la peur d'être envahi par les étrangers devraient réfléchir au fait qu'en Suisse, le pourcentage des étrangers est, avec 23% de la population totale, presque trois fois plus important qu'en Allemagne."

Pour il Sole24Ore , le vote a fait primer la crainte d'une présence excessive d'étrangers sur les avantages que comporte la libre circulation sur l'économie helvétique. Le quotidien économique italien souligne encore le fort succès de l'initiative au Tessin et l'impact notable qu'elle devrait avoir sur les plus de 59'000 frontaliers italiens travaillant dans le canton.

jvia avec ats

Publié Modifié

Outre-Atlantique aussi

L'événement a même fait réagir Outre-Atlantique, où le New York Times notamment rendu compte de l'issue du vote, tirant des parallèles avec d'autres pays membres de l'UE (France, Pays-Bas, Norvège) où la migration est une source de tensions.