Modifié le 15 juin 2011 à 10:17

Mobilisation pour les 20 ans de la grève des femmes

A 14h06 heures, des coups de sifflets contre les inégalités ont retenti un peu partout dans le pays.
A 14h06 heures, des coups de sifflets contre les inégalités ont retenti un peu partout dans le pays. [ - TSR]
Plusieurs milliers de femmes et de sympathisants ont participé mardi aux concerts de sifflets organisés à 14h06 dans plusieurs villes. Très disséminée, la mobilisation contre les inégalités salariales a été moins spectaculaire que celle du 14 juin 1991, quand 100'000 personnes s'étaient mobilisées.

Peu après 14h00, les participantes et leurs sympathisants ont réclamé de stridente façon des salaires équitables. Arborant souvent des vêtements déclinant les tonalités de la couleur fuchsia (rose), elles se sont réunies en plein air dans plusieurs localités.


Revendiquant l'égalité salariale, de nombreuses actions ont eu lieu dans le pays à l'occasion des 20 ans d'une première grève des femmes, les 30 ans de l'inscription du principe de l'égalité des sexes dans la Constitution et les 40 ans du droit de vote des femmes.


La participation était très modeste en début d'après-midi, avec quelques centaines de personnes dans les principales villes du pays, du fait que nombre de manifestantes devaient travailler.


Les femmes se sont notamment donné rendez-vous à des piques-niques de l'égalité, ici à Neuchâtel.
Les femmes se sont notamment donné rendez-vous à des piques-niques de l'égalité, ici à Neuchâtel. [ - unia.ch]
En revanche, en début de soirée, plusieurs défilés et rassemblements ont attiré des milliers de personnes, dont 2000 à Zurich, 1500 à Lausanne, 1300 à Berne ou 1000 à Genève. Des femmes de toutes les générations s'y retrouvaient en forte majorité et dans une ambiance bon enfant, ont constaté des journalistes de l'ATS. On était toutefois bien loin des 100'000 personnes attendues par les organisateurs.


Pique-niques et chocolats

Ces rendez-vous ont été l'occasion de lâchers de ballons couleur fuchsia. De multiples actions ont également été menées devant des gares, des banques, dans des parcs publics ou au sein d'entreprises afin de commémorer les vingt ans de la Grève des femmes, le 14 juin 1991.


Des petits déjeuners, des pauses prolongées ou des discussions ont été organisés par exemple dans des sociétés de l'arc jurassien. Des dizaines de milliers de chocolats portant le slogan "Notre travail vaut bien plus!" ont été distribués. A Genève, des pique-niques ont été mis sur pied, par exemple devant l'Hôpital cantonal.


Des caravanes syndicales ont sillonné les routes du Jura et du Jura bernois. Les participants à cette opération ont fait halte devant des entreprises et des commerces pour rencontrer des travailleuses. Parfois, celles-ci ne pouvaient pas venir à leur rencontre mais sont venues aux fenêtres pour leur faire signe.


Les conseillères fédérales ont aussi marqué cette journée par des petites touches de fuchsia.
Les conseillères fédérales ont aussi marqué cette journée par des petites touches de fuchsia. [Peter Schneider - ]
Trois ministres en fuchsia

Seule une minorité de parlementaires ont pu soutenir leurs camarades. Elles devaient siéger au Parlement fédéral qui entamait mardi sa troisième semaine de session d'été. Plus tard dans l'après-midi, les trois conseillères fédérales arboraient des touches de fuchsia dans leur habillement lorsqu'elles se sont exprimées au National à l'heure des questions.


Eveline Widmer-Schlumpf a ainsi indiqué que l'an dernier, quatre entreprises sur les 377 auxquelles la Confédération attribue des mandats ont fait l'objet de contrôles pour vérifier si l'égalité salariale était respectée. Elle a reconnu que ce nombre était un peu maigre.


En Valais, il n'y a pas eu de concert de sifflets ni de descente dans les rues. Le syndicat Unia a opté pour une approche pragmatique, en allant à la rencontre des femmes dans quelques commerces ou des hôtels.


Organisateurs déçus

L'Union syndicale suisse (USS) qualifie l'événement de "succès". La coordinatrice de la cinquantaine de syndicats, groupements et partis organisateurs de cette journée, a reconnu être déçue de la modeste participation aux concerts de sifflets. Elle rappelle que 40'000 sifflets ont été distribués ces derniers jours, signalant au passage que "beaucoup se sont faits entendre à l'intérieur des entreprises".


Comme en 1991, la couleur fuchsia a envahi les rues pour exiger l'égalité entre les sexes.
Comme en 1991, la couleur fuchsia a envahi les rues pour exiger l'égalité entre les sexes. [ - ]
Elle considère toutefois que "plus de 100'000 personnes" pourraient affluer aux divers défilés et rassemblements encore prévus d'ici la fin de la soirée. "Tout se passe bien, il y a une belle fréquentation", résume Anne Rubin, porte-parole du syndicat Unia contactée par l'ATS. "J'en veux pour preuve que nous n'avons plus de matériel à distribuer", s'est-elle réjouie.


Justifiant cette mobilisation, la secrétaire à l'égalité Corinne Schärer a déclaré: "A notre époque, c'est inacceptable que les femmes gagnent toujours 20% de moins que les hommes. Les femmes doivent plus souvent accepter des conditions de travail précaires que les hommes, je trouve ça choquant", a-t-elle ajouté, selon le communiqué.


ats/sbo


Publié le 14 juin 2011 à 07:55 - Modifié le 15 juin 2011 à 10:17