Modifié

Elise Buckle: "En Suisse, le climat se réchauffe plus vite qu'ailleurs dans le monde"

Un été météorologique particulier (vidéo): interview d’Elise Buckle [RTS]
Un été météorologique particulier (vidéo): interview d’Elise Buckle / L'éclairage d'actualité / 6 min. / le 7 juillet 2021
Le mois de juin a été particulièrement orageux. Et celui de juillet n'a pas commencé sous les meilleurs auspices avec de la pluie presque tous les jours. En Suisse, l'été se fait ainsi désirer. Invitée mercredi dans La Matinale, Elise Buckle, conseillère à l'ONU et municipale verte à Nyon, met en garde: "Il faut se préparer à des chocs extrêmes".

"Ce qu'on observe, ce n'est pas seulement un été pourri. On observe une augmentation des phénomènes climatiques extrêmes dans un sens comme dans l'autre." Elise Buckle, conseillère sur les questions du climat et du développement durable à l'ONU, rappelle que le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) prévoit "une augmentation de la couverture nuageuse et des précipitations en Europe, soit un climat tempéré".

>> Lire aussi: L'humanité à l'aube de retombées climatiques cataclysmiques, prédit le Giec

"Mais cela ne veut pas dire que nous ne serons pas confrontés à des extrêmes. C'est la raison pour laquelle on parle de changement climatique, plutôt que de réchauffement climatique." Elise Buckle confirme qu'il n'y a plus de saisons: "Parce qu'il y a une déstabilisation du climat au niveau mondial et des changements de courants océaniques qui ont des impacts climatiques partout en Europe, y compris en Suisse."

>> Revoir le sujet du 19h30 sur la multiplication des phénomènes météorologiques extrêmes:

La multiplication actuelle des phénomènes météorologiques extrêmes est un symptôme du dérèglement climatique. [RTS]
La multiplication actuelle des phénomènes météorologiques extrêmes est un symptôme du dérèglement climatique. / 19h30 / 2 min. / le 4 juillet 2021

Des prévisions de plus en plus difficiles

Début mai, MétéoSuisse annonçait un été caniculaire comparable à 2003, avec une probabilité de 80%. "Le climat est de plus en plus difficile à prévoir", estime celle qui a été élue pour Les Verts au premier tour à la Municipalité de Nyon, en mars dernier. "Ce qui est important de voir, c'est que l'année 2020 a été la plus chaude de notre histoire depuis 1864. Si on prend la dernière décennie, on observe déjà une augmentation de 2,5 degrés de la température en Suisse par rapport à l’ère préindustrielle."

Et d'ajouter: "En Suisse, le climat se réchauffe plus vite qu'ailleurs dans le monde, à l'exception des pôles. En Antarctique, par exemple, on observe actuellement des records, avec +18°C." Elise Buckle explique ainsi qu'il va falloir faire preuve d'une "grande capacité d'adaptation" et de "résilience".

"Il faut se préparer à des chocs extrêmes, souligne-t-elle. De la même façon qu'on a réussi à faire face à la pandémie de Covid-19, on va devoir faire face à des phénomènes climatologiques extrêmes. On peut donc s'attendre à l'augmentation de la fréquence des canicules et des sécheresses en été ou à l'arrivée du moustique tigre sur l'Arc lémanique."

>> Voir le sujet du 12h45 sur le moustique tigre:

Moustique tigre : une campagne franco-suisse a été lancée pour lutter contre sa prolifération [RTS]
Moustique tigre : une campagne franco-suisse a été lancée pour lutter contre sa prolifération / 12h45 / 2 min. / le 5 juillet 2021

>> Ecouter aussi le sujet "Des dizaines de millions de personnes pourraient migrer d’ici 2050 à cause du changement climatique" dans Tout un monde:

Le réchauffement provoque événements climatiques extrêmes comme des sécheresses. [Piyal Adhikary - EPA/Keystone]Piyal Adhikary - EPA/Keystone
Des dizaines de millions de personnes pourraient migrer d’ici 2050 à cause du changement climatique / Tout un monde / 6 min. / le 25 juin 2021

Propos recueillis par Romaine Morard

Adaptation web: Valentin Jordil

Publié Modifié