Modifié

Les réactions pleuvent après le choix de l'avion de combat américain F-35 par le Conseil fédéral

L'achat du F-35 suscite la colère de la gauche et des mouvements pacifistes qui plaidaient pour un avion européen [RTS]
L'achat du F-35 suscite la colère de la gauche et des mouvements pacifistes qui plaidaient pour un avion européen / 19h30 / 1 min. / le 30 juin 2021
Après la décision mercredi du Conseil fédéral d'acheter 36 avions de combat de type F-35A du fabricant américain Lockheed Martin, les constructeurs en lice, les partis politiques et les associations réagissent. Tour d'horizon.

LOCKHEED MARTIN - "Honoré"

Le constructeur américain Lockheed Martin, dont l'avion de combat F-35 a été retenu mercredi par le Conseil fédéral, applaudit la décision du gouvernement suisse.

>> Lire: L'avion de combat américain F-35 a été choisi par le Conseil fédéral

"Nous sommes honorés d'être sélectionnés par la Suisse et nous réjouissons de collaborer avec le gouvernement suisse", déclare le groupe américain dans un communiqué.

L'avionneur a souligné que "l'industrie suisse aura la possibilité de participer à des opportunités de recherche et développement, de production et d'entretien" liées à cet avion de combat dont 655 appareils sont actuellement en exploitation. La Suisse bénéficiera également de "l'intégration de solutions locales", souligne la société.

AIRBUS - A "pris note"

Le constructeur européen Airbus, qui était en lice avec l'Eurofighter, indique dans un communiqué avoir "pris note" de la décision du Conseil fédéral, qui sera "intensivement" analysée. Le groupe précise avoir "fait à la Suisse une offre sur mesure avec un avion parfaitement adapté au service de police aérienne et une offre économique crédible qui est la seule à prévoir l'assemblage final complet de l'avion en Suisse".

BOEING - "Déçus"

Boeing, qui proposait son F/A-18 Block III Super Hornet, se dit quant à lui "déçu". Le groupe américain estime que son avion était "le bon choix pour la Suisse", non seulement au niveau de la durée de vie de l'appareil, mais également en matière de services associés et de partenariat industriels.

GSsA, PS ET LES VERTS - Lancement d'une initiative

Le Conseil fédéral veut acquérir 36 avions "totalement surdimensionnés", s'insurge le Groupe pour une Suisse sans armée (GSsA), après le choix des F-35A américain par le gouvernement. Comme annoncé, cette décision sera combattue par une initiative.

Dès mai 2021, le GSsA, le Parti socialiste et Les Verts ont annoncé conjointement que si le F-35 était choisi, ils lanceraient une initiative. Celle-ci sera donc lancée par le comité unitaire.

L'acquisition de nouveaux avions de combat n'a été acceptée en septembre 2020 que par une majorité "chanceuse", insiste le GSsA. Dans le cadre du choix des nouveaux avions de combat, le Département fédéral de la défense n'a pas fait un seul pas en direction de ses adversaires, dénonce le groupement.

>> Relire: Les Suisses valident l'achat de nouveaux avions de combat pour 8000 voix

Selon le GSsA, le F-35 est peu efficace en combat aérien direct sur de courtes distances, et paraît peu adapté à sa mission première et unique en Suisse: la police aérienne. Dès mai 2021, le GSsA, le PS et les Verts ont annoncé conjointement que si le F-35 était choisi, ils lanceraient une initiative. Celle-ci sera donc lancée par le comité unitaire.

Cité dans le communiqué du GSsA, le conseiller national Pierre-Alain Fridez (PS/JU) se dit extrêmement inquiet: "Avec le F-35, les services secrets américains sont toujours dans le cockpit. Cet avion de combat nous préoccupe beaucoup sur le plan de la sécurité des données et notre souveraineté".

ASSOCIATION POUR UNE SUISSE SÛRE SATISFAITE - Prête à faire campagne

L'Association pour une Suisse sûre est satisfaite de la décision du Conseil fédéral. Elle se dit prête à refaire campagne contre le GSsA.

Pour l'association, avec le choix du F-35A américain, "le Conseil fédéral met en oeuvre la décision prise par les citoyennes et citoyens suisses en septembre 2020". Il a choisi le type d'avion répondant le mieux aux exigences et le meilleur marché pour l'approvisionnement ainsi que sur le long terme.

Puisque sept autres pays européens se sont déjà procuré le F-35A, la Suisse peut continuer à jouer son rôle dans la protection de l'espace aérien européen, ajoute l'association.

Celle-ci se dit prête à s'opposer à toute initiative du GSsA avec "une large alliance" composée de représentants de divers partis politiques, de la société civile ainsi que d'organisations économiques, militaires et aéronautiques.

UDC - Un "investissement pour la sécurité"

L'achat de nouveaux avions de combat est un "investissement pour la sécurité, rentable à long terme", estime l'UDC. Le parti fustige les "antimilitaristes de gauche" qui lancent une initiative.

L'approbation du peuple en septembre 2020 concernant l'acquisition de nouveaux appareils doit être respectée, indique l'UDC dans un communiqué. Et de pointer particulièrement les socialistes, "pourtant représentés au Conseil fédéral". Leur position semble "incompréhensible" aux yeux de l'UDC, qui attend d'eux de se prononcer en faveur de la défense nationale.

Le parti avance que l'armée a pour mission de défendre le pays ainsi que de maintenir la paix et cela suppose une force aérienne opérationnelle. Le choix du modèle revient aux instances spécialisées de l'armée et au Conseil fédéral.

VERT'LIBÉRAUX - Choix examiné avec "un oeil critique"

Les Vert'libéraux (PVL) prennent note de la décision du Conseil fédéral. Le parti examinera ce choix d'un oeil critique.

Il est important que le type d'avion choisi réponde à toutes les spécifications nécessaires et n'épuise pas complètement le cadre budgétaire, indiquent les Vert'libéraux mercredi dans un communiqué. Les adaptations nécessaires de l'infrastructure, les coûts d'exploitation et d'entretien doivent aussi être pris en compte.

D'autres aspects importants sont les critères écologiques, tels que le bruit, la consommation de carburant, la compatibilité avec les carburants renouvelables et sans CO2. La possibilité de coopération technique et opérationnelle avec les pays voisins doit aussi être évaluée.

SOCIÉTÉ DES OFFICIERS - Une preuve "de courage et d'autorité"

La Société Suisse des officiers (SSO) salue la "décision courageuse" du Conseil fédéral. Décision fondée sur "une évaluation technique complète et professionnelle" des 4 types d'appareils proposés.

Ces quatre types d'avions, de l'avis de la SSO, répondent tous aux exigences minimales. Dans l'évaluation, cependant, le F-35A a "obtenu de loin le meilleur résultat global et en même temps les coûts totaux les plus bas".

Pour le nouveau système de défense sol-air de longue portée, le choix du Patriot du fabricant américain Raytheon rencontre également l'approbation de la SSO, qui salue de la part du gouvernement "une preuve de courage et d'autorité".

>> Lire aussi: La Suisse et les avions de combat, une longue histoire de batailles politiques

ats/vajo

Publié Modifié