Modifié le 21 avril 2020 à 10:36

Deux projets pour soutenir les crèches en élaboration au Parlement

Une maman et ses deux filles à l'entrée d'une crèche, le 16 mars 2020. (image d'illustration)
Une maman et ses deux filles à l'entrée d'une crèche, le 16 mars 2020. (image d'illustration) Le Journal horaire / 1 min. / le 21 avril 2020
Officiellement, les crèches n'ont pas fermé avec les mesures de confinement, mais les liquidités commencent à manquer et certaines structures sont en danger. L'idée d'une aide de la Confédération fait son chemin à Berne.

La Confédération doit-elle soutenir financièrement les crèches? Rejetée par le Conseil fédéral début avril, cette éventualité est à nouveau envisagée sous la coupole fédérale. Le Conseil national devrait d’ailleurs en débattre lors de sa session extraordinaire début mai.

Les crèches, qui n'ont donc pas officiellement fermé, n'accueillent plus qu'une petite partie des enfants qui y sont inscrits, ceux dont les deux parents exercent des métiers indispensables. Résultat: les liquidités commencent à manquer, et certaines structures sont en danger.

Incertitudes actuelles et à venir

Plusieurs crèches ont déjà annoncé leur faillite. Et beaucoup d'autres s'interrogent sur la situation qui prévaudra à la rentrée de l'automne. Les parents vont-ils renouveler l'inscription de leurs enfants? Devront-elles réengager du personnel? Une grande insécurité règne ainsi aujourd'hui dans ces structures, selon Michèle Kaufmann Meyer, secrétaire générale pour la Suisse romande de la Fédération pour l'accueil de l'enfant.

Deux projets soumis au parlement

Les commissions fédérales de l'éducation se sont emparées du sujet la semaine dernière et elles soumettront deux projets au Parlement. L'un réclame un fonds fédéral de 100 millions de francs pour soutenir les crèches. L'autre, élaboré par le groupe du centre, propose que communes, cantons et Confédération endossent chacun un tiers de la facture, sans fixer de montant.

Pour Marie-France Roth Pasquier, conseillère nationale PDC, si on ne les aide pas, il va manquer de places de crèches lorsque les parents devront retourner travailler. Elle juge nécessaire une aide étatique.

Reste à savoir si elle passera la rampe du Parlement. Marie-France Roth Pasquier a bon espoir. Le centre compte sur le soutien de la gauche, et pourquoi pas, de quelques élus PLR.

Marielle Savoy /ddup

Publié le 21 avril 2020 à 10:29 - Modifié le 21 avril 2020 à 10:36