Modifié le 20 septembre 2019 à 10:19

L'USAM monnaie son soutien à certains candidats au Parlement

L'USAM affiche son soutien à certains candidats PME compatibles.
L'USAM monnaie son soutien aux candidats des élections fédérales La Matinale / 1 min. / le 20 septembre 2019
L'Union Suisse des arts et métiers (USAM) affiche son soutien à une cinquantaine de candidats aux élections fédérales du 20 octobre. Pour intégrer la liste de "certifiés PME", les postulants doivent cotiser, une pratique contestée par certains.

Olivier Feller (PLR/VD), Philippe Bauer (PLR/NE), Jean-François Rime (UDC/FR) et d'autres partisans bourgeois ont reçu le tampon du groupe d'intérêt à un mois des élections au Parlement. "Tous les candidats recommandés par les sections cantonales [de l'USAM] doivent payer pour leur promotion une petite cotisation qui permet de financer le site internet", explique le directeur de la faîtière, le PLR Hans-Ulrich Bigler.

La contribution de 200 francs dérange des élus. Plusieurs membres de l'UDC proches de l'économie ont refusé de la payer, estimant leurs convictions plus importantes qu'un virement.

Charte trop contraignante

Une partie des sections cantonales de l'USAM ont plutôt opté pour l'envoi d'une charte aux candidats en échange de leur soutien. En Valais, la candidate PDC au Conseil des Etats Marianne Maret ne l'a pas signée.

"On a reçu un texte avec un certain nombre de points et on avait le droit à un joker seulement, ce n'était pas suffisant", explique-t-elle. "Donc je leur ai envoyé un mail en disant que je ne pouvais pas signer. Tant pis si je n'ai pas le soutien d'un tel lobby, j'ai davantage besoin de liberté.

L'autre candidat PDC aux Etats Beat Rieder n'a pas non plus signé cette charte. L'Union valaisanne des Arts et Métiers estime de son côté avoir fixé des conditions raisonnables afin de s'assurer que les candidats soutenus défendent sous la Coupole les quelque 525'000 PME du pays.

Julien Bangerter/ani

Publié le 20 septembre 2019 à 09:34 - Modifié le 20 septembre 2019 à 10:19