Modifié le 14 janvier 2017

Le Swiss Polar Institute lance sa grande expédition autour du Pôle Sud

Le navire scientifique russe Akademic Treshnikov, affrété pour l'occasion, partira du Cap, en Afrique du Sud.
Le navire scientifique russe Akademic Treshnikov, affrété pour l'occasion, partira du Cap, en Afrique du Sud. [AARI]
Premier projet du Swiss Polar Institute, l’"Antarctic Circumnavigation Expedition" a démarré mardi. Le navire scientifique russe affrété pour l'occasion partira d'Afrique du Sud pour faire le tour du continent de glace.

Mardi à 16h, le bateau Akademic Treshnikov emmènera 120 personnes, dont environ 60 scientifiques issus de 18 pays qui vont récolter des données afin de mieux comprendre l'impact des changements climatiques dans l'océan Austral. Durant trois mois, cette expédition fera le tour complet du continent antarctique et visitera une douzaine d'îles.

Parcours effectué par l'expédition autour du Pôle Sud.
Parcours effectué par l'expédition autour du Pôle Sud. [Présence suisse]
 

Ce voyage du Swiss Polar Institute (SPI) a été initié et est soutenu par Frederik Paulsen, entrepreneur et philanthrope. Présence Suisse s'associe également à l'expédition.

 

>> Lire la présentation du Département fédéral des affaires étrangères: Quand la Suisse fait avancer la recherche polaire

Les pôles sont essentiels pour l'équilibre climatique

L'océan austral joue un rôle central dans la régulation climatique de notre planète, a précisé l'EPFL. Des courants marins d'eau glacée vont, en profondeur, des pôles vers l'équateur, tandis qu'inversement, des eaux et de l'air chauds sont acheminés en surface vers les régions froides.

Le retour du bateau est prévu le 19 mars 2017. Un bilan de l'expédition sera présenté en septembre, lors d'un symposium international organisé en Valais.

>> Voir la vidéo de présentation du projet:

 

fme avec ats

Publié le 20 décembre 2016 - Modifié le 14 janvier 2017

Du plancton aux micro-plastiques

Vingt-deux projets de recherche – émanant d'équipes suisses, mais aussi britanniques, françaises, australiennes, notamment – seront menés durant ce voyage. Ils ont été sélectionnés par un panel d'experts internationaux suite à un appel organisé par les instituts polaires de huit pays: Afrique du Sud, France, Australie, Nouvelle-Zélande, Grande-Bretagne, Norvège, Russie et Suisse.

Les projets retenus touchent des domaines aussi variés que la glaciologie, la climatologie, la biologie et l'océanographie. Les chercheurs étudieront, entre autres, la formation des vagues, la variation géographique des quantités de plancton, les échanges chimiques entre air et eau, la biodiversité sur les îles, la capacité des fonds marins à stocker le CO2, la présence de pollution sous forme de micro-plastiques et leur impact sur la faune ou encore les populations de baleines.

Nouvelle chaire des environnements extrêmes

Le Swiss Polar Institute (SPI) se dote d'une nouvelle chaire, dont la création a été signée mardi. Intitulée "Ingvar Kamprad Chair of Extreme Environments" et soutenue par la société Ferring Pharmaceuticals, elle prendra ses quartiers au sein de l'antenne EPFL Valais-Wallis, à Sion.

S'inscrivant dans le cadre du centre de recherche spécialisé dans les environnements alpins et extrêmes, la nouvelle équipe aura pour tâche de renforcer la contribution scientifique, économique et diplomatique de la Suisse à la résolution des défis environnementaux tels que les changements climatiques et la gestion des ressources mondiales.

Créé en avril dernier, le Swiss Polar Institute est un consortium d'universités suisses fondé par l'EPFL, l'Institut fédéral de recherches sur la forêt, la neige et le paysage WSL, l'EPF de Zurich, l'Université de Berne et les Éditions Paulsen.