Modifié le 20 décembre 2012 à 17:09

Le bilan annuel du WWF confirme la baisse de la diversité des espèces

Grâce à la protection de plus d'un million d'hectares de zones côtières au Mozambique, le dugong figure lui parmi les gagnants de 2012 de la rétrospective annuelle du WWF.
Grâce à la protection de plus d'un million d'hectares de zones côtières au Mozambique, le dugong figure lui parmi les gagnants de 2012 de la rétrospective annuelle du WWF. [ - wikipédia.org]
Le WWF confirme une baisse de la diversité des espèces dans sa rétrospective 2012 sur les espèces menacées. Si le dugong, un mammifère marin herbivore, se porte mieux, le sort des hirondelles de fenêtre en Suisse est inquiétant.

La baisse de la diversité des espèces s'est confirmée en 2012, y compris en Suisse, constate le WWF. Près d'un tiers des espèces examinées sont qualifiées de menacées par l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN). La destruction de l'habitat, la pollution et les interventions directes de l'homme sont les principales causes.

L'UICN chiffre à exactement 19'817 le nombre d'espèces menacées. Plusieurs milliers d'espèces animales et végétales disparaissent ainsi chaque année. La Suisse n'est pas épargnée: au moins 40% des espèces animales et plus de 30% des espèces végétales et des champignons sont menacés de disparition.

L'éléphant en danger

Parmi les perdants de l'année figure notamment l'éléphant africain. Les experts estiment que plus de 10'000 d'entre eux ont été victimes du braconnage en 2012, en particulier les éléphants de forêt d'Afrique centrale.  Les braconniers sont aussi toujours plus lourdement armés et opèrent en bandes.

Le commerce illégal d'ivoire est lucratif, une paire de défenses de belle taille rapportant jusqu'à 120'000 dollars. La demande est particulièrement forte au Vietnam et en Chine, que ce soit pour la sculpture, la production de bijoux ou la préparation de produits "médicaux".

L'hirondelle de fenêtre est sur la liste rouge des oiseaux menacés de disparition depuis 2010.
L'hirondelle de fenêtre est sur la liste rouge des oiseaux menacés de disparition depuis 2010. [Mark Hamblin - ]

A l'étranger, le pronostic n'est pas bon non plus pour la tortue radiée de Madagascar, qui pourrait avoir disparu d'ici moins de vingt ans. Déforestation, pâtures à bétail et production de charbon de bois menacent l'habitat de cette espèce terrestre. Bien qu'elle soit protégée, elle finit aussi souvent à la casserole.

Mais le commerce illégal est encore plus dévastateur: les motifs étoilés de sa carapace en font une espèce très recherchée sur le marché des animaux de compagnie et de l'artisanat. D'après une étude du WWF, 1000 tortues disparaissent chaque semaine. Depuis 2001, la population de 12 millions d'individus a été réduite de moitié.

Le dugong gagnant

Le dugong, mammifère marin herbivore des régions tropicales menacé par la pêche au chalut et la pollution de l'environnement qui détruit les prairies d'algues sous-marines, figure lui parmi les gagnants de 2012. Le Mozambique a en effet placé sous protection plus d'un million d'hectares de zones côtières.

ats/aduc

Publié le 20 décembre 2012 à 16:01 - Modifié le 20 décembre 2012 à 17:09

Hirondelle menacée en Suisse

En Suisse, le sort de l'hirondelle de fenêtre, sur la liste rouge des oiseaux menacés de disparition depuis 2010, inspire de grandes inquiétudes.

Alors que les zones urbanisées ne cessent de croître, il ressort du recensement de la Station ornithologique de Sempach que la population de cet oiseau, qui niche volontiers sur les façades extérieures des bâtiments, a reculé d'un cinquième ces vingt dernières années.

De nombreux propriétaires détruisent les nids pour éviter que la fiente des oiseaux ne salisse leurs façades. Les hirondelles sont également incapables de fixer leurs nids sur les parois lisses ou en verre.

Crapaud sauvé et réintroduit

Le crapaud de jet de Kihansi, découvert en 1996 en Tanzanie, avait disparu 13 ans plus tard de son seul habitat connu, au pied des chutes des gorges de Kihansi à cause d'un barrage construit en amont déviant 90% de l'eau de la rivière.

Un programme d'élevage lancé par deux zoos américains avec 500 crapauds sauvés a permis de faire remonter la population à 6000 individus.

Grâce à un système de vaporisation artificielle, près de 2000 ont pu regagner leur habitat naturel. Il s'agit de la première réintroduction d'une espèce d'amphibiens déclarée "éteinte dans la nature" par l'UICN.