Modifié le 19 juin 2012 à 21:36

La Suisse se défend mal contre les plantes invasives

VS: A Nendaz, une opération a été lancée pour éradiquer les plantes invasives
VS: A Nendaz, une opération a été lancée pour éradiquer les plantes invasives Couleurs locales / 4 min. / le 19 juin 2012
La Suisse présente de sérieuses lacunes en matière de lutte contre les plantes exotiques invasives alors que certaines d'entre elles sont dangereuses pour la santé ou pour les végétaux indigènes.

Selon une étude de Pro Natura, la lutte menée par la Suisse contre les espèces invasives est inefficace et ne suit aucune stratégie.


Des millions de francs sont dépenses inutilement. C'est d'autant plus dommageable que certaines d'entre elles sont dangereuses pour la santé ou la flore locale. Pro Natura dénonce cette situation et demande une véritable stratégie.


Espèces interdites toujours en vente

Alors que les autorités dépensent près de 20 millions de francs par an dans toute la Suisse pour éradiquer ces plantes, des jardineries continuent d'en vendre. Même les espèces invasives dont la vente est interdite depuis 2008 sont toujours dans les rayonnages, écrit Pro Natura, dont la section fribourgeoise a mené des contrôles par échantillonnage dans certaines jardineries de son canton.


Non seulement les quelque 45 plantes exotiques invasives connues en Suisse représentent toutes une menace pour la diversité biologique, mais certaines d'entre elles sont dangereuses pour l'être humain. Ainsi la berce du Caucase, une magnifique plante ornementale, peut brûler la peau au 3e degré après un contact avec ses feuilles et une exposition au soleil.


L'organisation de protection de la nature s'exprime mardi en marge des Journées nationales d'action "Espèces sans frontières" qui se déroulent du 21 au 23 juin.


agences/pym


Publié le 19 juin 2012 à 14:13 - Modifié le 19 juin 2012 à 21:36