Modifié

Internautes prêts à payer pour des contenus en ligne

Le succès de certaines plate-formes de téléchargement légal peut redonner de l'espoir à la branche de la musique. [Mike Segar  - Reuters]
Le succès de certaines plate-formes de téléchargement légal peut redonner de l'espoir à la branche de la musique. [Mike Segar - Reuters]
Internet n'est pas seulement un repaire de pirates avides de contenus gratuits. Près des deux tiers (65%) des internautes américains ont payé pour télécharger ou accéder en ligne à des contenus culturels, de la musique aux films en passant par les articles de presse ou les jeux, selon une étude publiée vendredi.

"Internet est devenu un canal de distribution viable pour nombre de contenus en ligne, en particulier sur l'internet à haut débit", affirme l'étude sur "internet et la vie américaine" réalisée par le Pew Research Center.

"Le fait que les gens soient prêts à payer pour des contenus en ligne a des énormes implications pour les groupes de médias, les artistes et ceux qui espèrent vivre - ou développer de nouvelles activités - en tirant des revenus des ventes en ligne", poursuit l'enquête, propre à bousculer la perception largement répandue que les internautes recherchent seulement des contenus gratuits.

Gros marché des smartphones

Dans le détail, 33% des internautes ont payé pour de la musique ou des logiciels, 21% pour des applications de smartphones ou tablettes informatiques et 19% pour des jeux vidéos. 18% des internautes ont aussi payé pour de la presse en ligne (journal, article ou magazine), 16% pour des vidéos (films ou émissions télé) et 15% pour des sonneries de téléphone.

"Le plus surprenant est que le pourcentage d'internautes qui achète des contenus en ligne est pratiquement le même que pour ceux qui achètent d'autres produits ou services comme des livres ou des voyages", a noté Jim Jansen, auteur de l'enquête.

L'étude fait également un lien entre les revenus et le fait de payer en ligne. Ainsi les internautes avec de hauts revenus sont plus enclins à payer pour des contenus en ligne que ceux à faibles revenus. L'enquête a été réalisée auprès de 1003 adultes, vivant aux Etats-Unis.

agences/ther

Publié Modifié