Modifié le 20 septembre 2017

"Toto" Morand prêt à aller jusqu'à une initiative dans le dossier du Flon

"Toto" Morand et Grégoire Junod
Métamorphose urbaine de Lausanne: débat entre Toto Morand et Grégoire Junod Forum / 13 min. / le 19 septembre 2017
Lors d'un débat mardi dans Forum avec le syndic de Lausanne Grégoire Junod, le commerçant "Toto" Morand a déclaré qu'il était prêt à lancer une initiative si son recours pour la préservation de la forêt du Flon était rejeté.

"La forêt sera complètement détruite et elle sera reboisée avec de petits arbustes, ce qui n'aura plus rien à voir avec une forêt (...) Les occupants du Flon sont contre, puisqu'elle a un rôle essentiel pour le quartier!" rappelle mardi dans l'émission Forum le commerçant Guillaume "Toto" Morand, à propos des conséquences de la construction du tram au centre de Lausanne.

>> Lire aussi: Fâché, Toto Morand cesse son soutien aux manifestations lausannoises

"Maintenant, on se retrouve dans une situation où l'on ne s'est jamais rencontrés depuis 5 ans avec Monsieur Junod (...) Il n'y a jamais eu de débat démocratique au sujet de la forêt du Flon", condamne l'ancien candidat au Conseil d'Etat.

Une situation qui a conduit l'association des commerçants, représentée par Guillaume Morand, à recourir auprès du Tribunal administratif fédéral. "Mais ce qui est sûr c'est que si nous échouons au tribunal, nous lancerons une initiative", complète-t-il.

Sur 130 recours, il n'en reste que 5

De son côté, Grégoire Junod, syndic de Lausanne, rappelle que le projet de tram Lausanne-Renens - porté par les Transports lausannois (TL) et le canton - est déjà le résultat d'un large consensus et que le débat a eu lieu au Grand conseil.

"Évidemment c'est un projet qui a suscité un certain nombre d'oppositions, il y en a eu 130 (...) Sur celles-ci il n'en reste que 5, donc il y a eu un gros travail de concertation", précise le syndic de Lausanne. "C'est le résultat d'un accord global qui a permis de trouver des solutions avec de très nombreux opposants, y compris avec Pro Natura à propos de cette forêt."

Une forêt qui d'ailleurs ne sera pas entièrement déboisée, à en croire Grégoire Junod qui explique que trois-quarts vont subsister. Un point contesté par Guillaume Morand: "C'est faux, la forêt sera complètement détruite".

lan/jzim

Publié le 19 septembre 2017 - Modifié le 20 septembre 2017