Modifié le 22 juillet 2012 à 21:51

Un riche et fantasque Russe financera le projet immobilier d'Aminona

Le complexe hôtelier projeté à Aminona prévoit 5 tours avec 220 appartements luxueux.
Le complexe hôtelier projeté à Aminona prévoit 5 tours avec 220 appartements luxueux. [Olivier Maire - KEYSTONE]
Le fantasque homme d'affaires russe Sergei Polonsky, patron de l'ancienne société Mirax, va financer l'essentiel du gigantesque complexe touristique prévu à Aminona (VS), un projet qui a reçu l'aval du Tribunal fédéral cette semaine.

Après le feu vert du Tribunal fédéral cette semaine à la première partie du projet, plus rien ne devrait freiner la construction du gigantesque complexe touristique prévu à Aminona, en Valais. Pour autant que les investisseurs, dont on ignorait presque tout jusqu'ici, tiennent parole et réunissent les 650 millions de francs nécessaires.

Et Sergei Polonsky, le patron de l'ancienne société russe Mirax, devenue Potok après avoir frôlé la faillite, affirme dans une interview accordée à RTSinfo, que c'est essentiellement lui et son entreprise qui investiront dans ce projet. Des investisseurs suisses, des banques notamment, seraient également recherchés.

Soigner les liens avec la Suisse

Les personnes qui vont investir dans ce projet immobilier sont restées plus que discrètes jusqu'ici. L'homme qui pilote le projet est un Russe domicilié en Suisse, Vladimir Marakutsa. Il a promis que le chantier démarrera au printemps 2013, mais affirmait cette semaine encore que ni Potok ni Mirax (voir encadré) n'étaient impliqués dans le projet.

Il semble que toutefois que l'ex-Mirax va massivement investir dans le projet via un fonds d'investissement basé au Luxembourg. "C'est moi qui ai tout conçu de A à Z. J'y suis allé, j'ai regardé, j'ai choisi les bâtiments que nous allons construire. Nos projets ne sont pas juste dessinés par des architectes. Quand nous lançons un projet, je rencontre l'architecte, on discute", assure le patron Sergei Polonsky. Et d'ajouter: "Tant que je n'ai pas validé le projet, il n'a aucune chance d’exister."

Ce milliardaire réputé fantasque, qui n'a pas encore 40 ans, dit avoir eu un coup de cœur pour le projet d’Aminona, présenté en long et en large sur le site internet de Potok. Il assure aussi vouloir soigner ses liens avec la Suisse: "Je mesure la responsabilité qui m'incombe quant à l'avenir de nos relations. Cela peut sembler présomptueux mais c'est tout de même un projet d'une grande importance. C'est un des fondamentaux qui déterminera les relations futures entre la Suisse et la Russie."

Ron Hochuli/boi

Publié le 22 juillet 2012 à 21:51 - Modifié le 22 juillet 2012 à 21:51

Mirax devenue Potok

La société Potok est le nouveau nom de Mirax, qui a formellement changé d'appellation.

Mirax était le nom d'un géant du bâtiment russe qui s’est retrouvée au bord de la faillite après la crise financière de 2008.

Des projets colossaux ont alors été abandonnés à Londres, Paris, Moscou ou Kiev.