Modifié le 30 mai 2017

L'Etat de Genève dit stop au dumping salarial dans le secteur du nettoyage

L’Etat de Genève s'attaque à la sous-enchère salariale dans le secteur du nettoyage...
L’Etat de Genève s'attaque à la sous-enchère salariale dans le secteur du nettoyage 12h45 / 1 min. / le 29 mai 2017
Dès octobre, les nettoyeurs employés par l'Etat de Genève devront avoir suivi une formation. Le but: des services de qualité et un personnel mieux payé. Le canton espère réduire la sous-enchère salariale du secteur du nettoyage.

Le conseiller d'Etat genevois Serge Dal Busco, en charge du Département des finances, avait entamé des discussions avec les syndicats et l'association des entrepreneurs en nettoyage après avoir été choqué par des cas de sous-enchère salariale en 2015.

Jusqu'à peu, le prix des prestations de nettoyage constituait l'élément essentiel quand il s'agissait de départager les candidats. Aujourd'hui, ce n'est plus le cas. Dès octobre, les nettoyeurs devront avoir suivi une formation minimale d'une soixantaine d'heures, assurant ainsi à l'Etat des meilleurs services et des salaires acceptables.

Donner l'impulsion

Lundi, lors de la conférence de presse, Serge Dal Busco a annoncé qu'il espérait que l'impulsion donnée par l'Etat de Genève permettra de généraliser "les bonnes pratiques" dans le secteur du nettoyage. L'effort de l'Etat permettra d'augmenter la rétribution horaire de 19 francs à 19,80 francs.

ats/duva

Publié le 29 mai 2017 - Modifié le 30 mai 2017

Premier pas salué par les syndicats

Tout en saluant l'initiative, Yves Mugny, secrétaire syndical d'Unia, s'est empressé de rappeler le travail à venir: "nous ne sommes pas au bout du chemin".

Le syndicaliste souhaiterait aussi "que l'entier des marchés publics suive la démarche", rappelant, à titre d'exemple, qu'une entité comme l'aéroport n'est pour le moment pas concernée.

200 employés pour 1900 bâtiments

L'Office des bâtiments de l'Etat de Genève (OBA) gère un parc immobilier de 1900 bâtiments et environ 200 contrats de nettoyage.

Les appels d'offres pour le nettoyage des locaux de l'Etat sont régulièrement renouvelés. Une trentaine de sites sont mis en soumission chaque année.