Modifié

Un double au marronnier officiel de la Treille a été planté à Genève

Le Marronnier de la Treille annonce symboliquement l'arrivée du printemps à Genève (photo d'archive). [Martial Trezzini - Keystone]
Le Marronnier de la Treille annonce symboliquement l'arrivée du printemps à Genève (photo d'archive). [Martial Trezzini - Keystone]
Le marronnier officiel de la Treille vieillissant, un double génétiquement identique a été planté à la mi-décembre aux côtés de l'original à Genève.

A Genève, le marronnier officiel de la Treille, dont la première feuille annonce le printemps, a désormais un double génétiquement identique. Le Service des espaces verts (SEVE) de la ville a planté à la mi-décembre sur la même esplanade un arbre issu d'un greffon de l'original.

La greffe a été réalisée en prévision du remplacement du marronnier officiel, explique Luc-Eric Revilliod, responsable de l'unité logistique du SEVE. Il revenait sur une information parue dans plusieurs médias. Un marronnier vit une centaine d'années. Avec ses 83 ans printemps, celui de La Treille arrive en bout de course.

Greffe à l'anglaise

Le SEVE a utilisé le procédé de la greffe à l'anglaise pour créer un double. Cette technique consiste à positionner un rameau de l'arbre original sur un porte-greffe, en l'occurrence une pousse issue d'un marron de semis. Les deux tronçons coupés en biais sont mis bout à bout pour que la greffe prenne.

Une dizaine de plants ont ainsi été créés. Ils ont été choyés pendant dix ans dans la pépinière municipale des Bornaches à Certoux. A la mi-décembre, les pépiniéristes ont estimé que les arbres étaient désormais assez solides pour affronter la nature urbaine. L'un d'entre eux a donc été solennellement planté sur la Treille pas loin du marronnier officiel.

ats/vtom

Publié Modifié

L'annonce de l'arrivée du printemps

Ce vénérable arbre soutenu par une béquille fait l'objet d'une observation rigoureuse de la part du sautier de la République.

L'éclosion de la première feuille annonce symboliquement l'arrivée du printemps au bout du lac.

Une planchette d'observations, recouverte d'un parchemin et enfermée dans une custode, répertorie toutes les dates depuis 1818.