Modifié le 08 mars 2018 à 14:20

Plus de 900 civils tués dans les raids sur la Ghouta orientale en Syrie

Les dommages des bombardements aux abords de Hos al-Ashaari, le 7 mars, dans la Ghouta orientale.
Les dommages des bombardements aux abords de Hos al-Ashaari, le 7 mars, dans la Ghouta orientale. [Syrian Arab news agency - EPA/Keystone]
Plus de 900 civils, dont 188 enfants, ont été tués depuis le début de l'offensive du régime syrien sur le fief rebelle dans la Ghouta orientale, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme.

Ce nouveau bilan intervient après la mort de sept civils, tués jeudi dans une frappe aérienne visant la localité de Zamalka, selon l'ONG. Elle précise que 905 civils ont aussi été tués dans le pilonnage du régime depuis le 18 février.

La même organisation évoque aussi des dizaines de cas de suffocation dans la Ghouta orientale. Mercredi, au moins 60 personnes ont souffert de difficultés respiratoires dans les localités de Saqba et Hammouriyé après des frappes aériennes.

Attaques au gaz de chlore

Des médecins dans un établissement médical de l'enclave rebelle ont assuré de leur côté avoir traité au moins 29 patients qui présentaient des symptômes d'exposition au gaz de chlore, selon la Société médicale syro-américaine.

Des cas similaires ont déjà été rapportés à deux reprises ces jours dans la Ghouta orientale, selon l'OSDH. Le régime syrien, qui a plusieurs fois démenti utiliser des armes chimiques, a aussi été pointé du doigt pour des attaques présumées au gaz de chlore.

>> Lire: L'ONU accuse le régime syrien d'être à l'origine d'une attaque chimique

ats/jvia

Publié le 08 mars 2018 à 12:07 - Modifié le 08 mars 2018 à 14:20