Modifié

L'ex-activiste italien d'extrême gauche Cesare Battisti interpellé au Brésil

Une photo prise en 2015 de Cesare Battisti, alors qu'il quitte le quartier général de la police à Sao Paulo, au Brésil. [Reginaldo Castro - AFP]
Une photo prise en 2015 de Cesare Battisti, alors qu'il quitte le quartier général de la police à Sao Paulo, au Brésil. [Reginaldo Castro - AFP]
L'écrivain et ancien militant d'extrême gauche italien Cesare Battisti a été interpellé mercredi dans la ville brésilienne de Corumba, à la frontière bolivienne, ont indiqué les autorités locales.

"Cesare Battisti a été amené au commissariat de police fédérale de Corumba, où il fournit des explications au sujet d'un délit d'évasion de devises", a expliqué la police. Au Brésil, il est interdit de transporter hors du pays des sommes supérieures à 10'000 réais (environ 2900 francs) non déclarées au préalable.

Agé de 62 ans, Cesare Battisti aurait tenté de traverser la frontière en possession de 5000 dollars et 2000 euros, d'après le journal O Globo.

Pas d'extradition

Cesare Battisti est réclamé par l'Italie après avoir été condamné en 1993 par contumace à la réclusion à perpétuité pour quatre meurtres et complicité de meurtres à la fin des années 1970, les "années de plomb" du terrorisme. Des crimes dont il se dit innocent.

Après avoir vécu librement en France dans les années 90, puis dans la clandestinité au Brésil à partir de 2004, Cesare Battisti est arrêté à Rio de Janeiro en 2007. Au dernier jour de son mandat, le 31 décembre 2010, le président Lula avait refusé de l'extrader vers l'Italie.

afp/ta

Publié Modifié

L'Italie confirme vouloir toujours son extradition

Dans la foulée, le gouvernement italien a confirmé sa volonté d'obtenir des autorités brésiliennes l'extradition de Cesare Battisti. "Aujourd'hui nous travaillons avec l'ambassadeur (italien au Brésil Antonio) Bernardini pour ramener Battisti en Italie et le remettre à la justice", a déclaré le ministre italien des Affaires étrangères, Angelino Alfano.

L'Italie a déjà réclamé à plusieurs reprises l'extradition de Cesare Battisti. La dernière demande remonte au 25 septembre et, selon les médias italiens, le président brésilien Michel Temer s'y était montré favorable, ce qui aurait pu motiver la tentative de fuite de Battisti vers la Bolivie.