Modifié

Un policier blanc abat un homme noir non armé en Arizona

Aux Etats-Unis, les protestations contre l'impunité accordée aux policiers continuent [RTS]
Les protestations contre l'impunité accordée aux policiers continuent / 12h45 / 2 min. / le 5 décembre 2014
Un policier blanc a abattu jeudi un homme noir non armé en Arizona, alors que des milliers de New-Yorkais ont une nouvelle fois dénoncé les violences impunies de la police qui ravivent les tensions raciales.

Alors que les Etats-Unis sont déjà secoués par plusieurs affaires impliquant les forces de l'ordre et des cas de "dérives racistes" non sanctionnées, un policier blanc de Phoenix (Arizona) a tué un Noir de 34 ans qu'il soupçonnait de vendre de la drogue, a indiqué la police locale. L'homme a été tué pour avoir tenté de s'échapper et refusé d'obéir "à plusieurs ordres" du policier, âgé de 30 ans et qui avait sept ans d'expérience.

"Une lutte" a eu lieu entre les deux hommes. Alors que le suspect a mis sa main dans sa poche, le policier a "cru sentir la crosse d'un revolver" et "a tiré deux fois dans le torse".

Version contestée

La poche de la victime contenait en fait une boîte d'oxycodone, un analgésique puissant, parfois consommé comme drogue récréative.

Une avocate de la famille de la victime a déclaré qu'il y avait "plusieurs témoins qui contestent la version des policiers". "Il n'avait pas d'arme et ne menaçait personne".

Le drame s'est produit alors que l'Amérique est traumatisée par la mort de deux hommes noirs sans armes, l'un à Ferguson et l'autre à New York, tués par des policiers blancs qui ont échappé à toutes poursuites.

D'autres "affaires" ont également ébranlé l'opinion publique ces derniers mois:

agences/fb

Publié Modifié

Des milliers de manifestants à New York

Jeudi soir, des milliers de New-Yorkais se sont rassemblés la deuxième nuit consécutive.

Ils se sont rendus dans le square Foley, dans le sud de Manhattan, près de la mairie et du quartier général de la police new-yorkaise, brandissant des pancartes avec des inscriptions "La vie des Noirs compte", "Le racisme tue", ou encore "Ferguson est partout".