Modifié le 07 septembre 2014 à 16:20

Bombardements américains près du barrage de Haditha en Irak

Barrage de Haditha Irak
Le barrage de Haditha est vital pour la production d'électricité et l'irrigation dans le pays. [HO/ USMC/ CPL. JUSTIN L SCHAEFFER - ]
Les avions de combat américains ont étendu pour la première fois dimanche à l'ouest de l'Irak leur zone de frappes contre les djihadistes afin de protéger un barrage stratégique.

Les Etats-Unis ont effectué dimanche quatre frappes aériennes sur des combattants de l'Etat islamique (EI) menaçant le barrage de Haditha, dans l'ouest de l'Irak, a annoncé le Pentagone. Le chef d'une force paramilitaire pro-gouvernementale dans l'ouest de l'Irak a dit à Reuters que les frappes américaines avaient pulvérisé une unité de l'Etat islamique tentant d'attaquer le barrage.

"Frappes précises"

"Elles ont été très précises. Il n'y a pas eu de dégâts collatéraux (...). Si l'Etat islamique avait pris le contrôle du barrage, de nombreux secteurs d'Irak auraient été fortement menacés, même Bagdad", a déclaré le cheikh Ahmed Abou Richa.

Le secrétaire américain à la Défense a souligné que ces bombardements avaient été effectués à la demande du gouvernement irakien. Le barrage de Haditha, deuxième plus grande installation hydroélectrique d'Irak, se trouve sur l'Euphrate, en amont de Bagdad, au nord-ouest de la capitale irakienne.

afp/moha

Publié le 07 septembre 2014 à 15:24 - Modifié le 07 septembre 2014 à 16:20

Les barrages, zones convoitées

L'Etat islamique contrôle de vastes territoires en Syrie et en Irak, sur lesquels il a proclamé un califat chevauchant la frontière entre ces deux pays.

Les djihadistes se sont emparés en avril d'un barrage près de Falloudja, également dans la province d'Anbar. Ils avaient alors inondé des zones rurales de la périphérie ouest de Bagdad, contraignant des milliers de personnes à partir, avant d'abandonner le site.

Ils ont ensuite pris le contrôle en août du barrage de Mossoul, le plus grand d'Irak. Ils en ont été expulsés par les combattants kurdes et l'aviation américaine.