Modifié le 23 décembre 2013 à 18:28

Mikhaïl Khodorkovski déclare avoir été contraint de quitter la Russie

Mikhaïl Khodorkosvki s'exprimait depuis Berlin où il s'est rendu directement après sa libération.
Les premiers mots de l’ancien prisonnier politique Mikhaïl Khodorkovski Forum / 7 min. / le 22 décembre 2013
Libéré de sa prison russe vendredi, l'ex-oligarque Mikhaïl Khodorkovski a affirmé dimanche à Berlin qu'on ne lui avait pas "laissé le choix" de rester en Russie et a remercié la Suisse.

L'opposant russe Mikhaïl Khodorkovski, gracié et envoyé à Berlin, a révélé dimanche qu'on l'avait contraint de quitter la Russie lors de sa libération. "Je n'avais pas le choix", a déclaré Mikhaïl Khodorkovski en donnant sa première conférence de presse à Berlin depuis sa libération après dix ans de détention en Russie.

Il a indiqué que les gardes pénitentiaires l'avaient accompagné "jusqu'à la fermeture de la porte de l'avion" qui l'a emmené à Berlin.

Pas de boycott de Sotchi

Mikhaïl Khodorkovski a ajouté que les leaders politiques occidentaux ne devaient pas oublier, en discutant avec Vladimir Poutine, qu'il y avait "d'autres prisonniers politiques en Russie".

Il a remercié la chancelière allemande Angela Merkel pour avoir oeuvré à sa libération, et s'est dit contre le boycott des JO de Sotchi pour ne pas "gâcher la fête du sport".

ats/vkiss

Publié le 22 décembre 2013 à 14:42 - Modifié le 23 décembre 2013 à 18:28

Mikhaïl Khodorkovski et la Suisse

Lors de sa conférence de presse berlinoise de dimanche, l'opposant russe a également rendu hommage à la Suisse, et notamment à un "parlementaire dont (il) ne se rappelle pas le nom" (le conseiller national Andreas Gross (PS/ZH), qui a permis d'améliorer ses conditions de détention en Russie, selon l'oligarque.



A noter que les liens entre Mikhaïl Khodorkovski et la Suisse étaient nombreux avant son incarcération: adresse à Genève, enfants scolarisés en Suisse, etc.