Modifié le 24 mai 2013 à 18:23

Un djihadiste présumé mort revendique les attaques au Niger

Des attaques ont frappé jeudi un camp militaire d'Agadez, en représailles à l'intervention française au Mali.
Des attaques ont frappé jeudi un camp militaire d'Agadez, en représailles à l'intervention française au Mali. [ - ]
Donné pour mort, le djihadiste algérien Mokhtar Belmokhtar a réapparu vendredi pour revendiquer les attaques meurtrières de jeudi au Niger.

Le Tchad l'avait annoncé mort, mais le djihadiste Mokhtar Belmokhtar est non seulement bien vivant mais aussi très actif.

L'Algérien a revendiqué vendredi les attaques de jeudi, les premières du genre au Niger, qui ont visé l'armée nigérienne à Agadez et le site d'uranium du groupe nucléaire français Areva à Arlit, faisant une vingtaine de morts. Il a menacé de frapper encore le Niger, ainsi que les autres pays engagés au Mali.

Changement de mouvement

Le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest, l'un des groupes armés islamistes qui occupaient le nord du Mali en 2012, avait auparavant revendiqué ces attaques.

Mokhtar Belmokhtar, un ancien dirigeant d'Al-Qaïda au Maghreb islamique, a quitté ce groupe fin 2012 pour créer son propre mouvement, Les Signataires par le sang.

A Agadez, l'armée nigérienne et les forces spéciales françaises sont intervenues vendredi matin pour faire cesser la prise d'otages qui avait démarré après l'attentat-suicide contre un camp militaire. Deux terroristes ont été tués.

afp/boi

Publié le 24 mai 2013 à 14:34 - Modifié le 24 mai 2013 à 18:23

Agadez au Niger