Modifié

Mort de l'une des dernières survivantes de l'orchestre d'Auschwitz, Esther Bejarano

Esther Bejarano, survivante d'Auschwitz, dans un procès contre l'ancien garde SS Bruno Dey, à Hamburg. Allemagne, le 9 décembre 2019. [Christian Charisius/Pool - AFP]
Mort de l'une des dernières survivantes de l'orchestre d'Auschwitz, Esther Bejarano / Le Journal horaire / 47 sec. / le 11 juillet 2021
L'une des dernières survivantes de l'orchestre des femmes d'Auschwitz est décédée. Esther Bejarano est morte dans la nuit de vendredi à samedi à l'âge de 96 ans, a annoncé le directeur du Centre éducatif Anne Frank, sur Twitter.

Née Esther Loewy, elle est morte à Hambourg des suites "d'une brève et lourde maladie", a confirmé le Comité-Auschwitz d'Allemagne, sans fournir de plus amples précisions.

"Elle a dédié sa vie à la musique et à la lutte contre le racisme et l'antisémitisme", a écrit Meron Mendel. Et de rappeler que cette Allemande de confession juive, déportée en 1943 dans le camp d'extermination nazi, avait eu la vie sauve parce qu'elle était musicienne et joua de l'accordéon à Auschwitz.

"Nous endurons une grande perte avec sa mort", a écrit le président de la République allemande, Frank-Walter Steinmeier, dans un message de condoléances à ses enfants. "Elle restera toujours dans nos coeurs", a-t-il ajouté, saluant la mémoire d'une "personnalité courageuse qui s'est jusqu'à la fin engagée en faveur de ceux qui ont été poursuivis par le régime nazi".

"Une voix importante dans la lutte contre le racisme et l'antisémitisme est décédée", a également twitté le ministre allemand des Affaires étrangères, Heiko Maas, à propos de cette "formidable" personnalité, en soulignant que "sa vitalité et son histoire incroyable" forçaient l'admiration.

Mise en garde contre l'extrême-droite

Née à Sarrelouis, la jeune femme avait d'abord été soumise au travail forcé avant d'être déportée à Auschwitz en avril 1943 puis d'être transférée en novembre de la même année au camp de Ravensbrück. Ses parents et sa sœur ont été assassinés par les nazis.

Après la guerre, Esther Bejarano avait rejoint la Palestine et vécu pendant près de quinze ans en Israël, avant de revenir en Allemagne où depuis des années, elle racontait inlassablement son histoire, notamment dans les écoles.

Très populaire dans son pays, elle mettait aussi en garde ces dernières années contre la montée de l'extrême-droite, notamment depuis l'entrée en force du parti AfD à la chambre des députés, le Bundestag, en 2017.

"Pour ceux qui ont vécu ça [la déportation, ndlr.], on ne peut pas décrire à quel point c'est grave", insistait-elle citant notamment le mouvement xénophobe et anti-musulmans Pegida et l'AfD.

Figure écoutée

Figure écoutée, elle a écrit plusieurs romans autobiographiques, s'est consacrée au chant et à ses activités au sein du Comité international d'Auschwitz.

Avec sa fille et son fils, Esther Bejarano fonda le groupe Coincidence au début des années 1980 avec des chansons du ghetto et des chansons juives et antifascistes. Elle s'est aussi produite avec un groupe de hip-hop, Microphone Mafia, avec qui elle a effectué une tournée dans toute l'Allemagne.

Les déportés sur la rampe de sélection nous faisaient signe de la main. Ils pensaient sûrement que là où il y a de la musique, ça ne peut pas être si mauvais. C'était la tactique des nazis. Ils voulaient que tous ces gens aillent à la mort sans se battre.

Esther Bejarano, survivante d'Auschwitz, dans un procès contre l'ancien garde SS Bruno Dey, à Hamburg. Allemagne, le 9 décembre 2019. [Christian Charisius/Pool - AFP]
Esther Bejarano

Née le 15 décembre 1924, Esther Bejarano fut recrutée en 1943 au sein de l'orchestre des femmes d'Auschwitz alors qu'elle ne savait pas jouer de l'accordéon mais seulement du piano. Avec les autres musiciennes, elle devait jouer pour les prisonniers et pour les déportés à la descente des convois. Elle raconta en 2014 à la Deutsche Welle: "Vous saviez qu'ils allaient être gazés, et tout ce que vous pouviez faire était de rester là et de jouer".

Les déportés sur la rampe de sélection "nous faisaient signe de la main. Ils pensaient sûrement que là où il y a de la musique, ça ne peut pas être si mauvais. C'était la tactique des nazis. Ils voulaient que tous ces gens aillent à la mort sans se battre", avait-elle aussi témoigné.

Avec la violoncelliste Anita Lasker-Wallfisch, 95 ans, elle était l'une des toutes dernières musiciennes connues de l'orchestre des femmes d'Auschwitz encore en vie. Cette dernière, qui vit en Grande-Bretagne, a elle aussi témoigné à de nombreuses reprises auprès des jeunes générations des souffrances endurées dans le camp nazi situé dans la Pologne d'aujourd'hui.

ats/sjaq

Publié Modifié