Publié

Après un mois de certificat Covid, le Danemark tire un bilan positif

Au Danemark, le "Coronapas" est en place depuis plus d'un mois. [Tom Little - AFP]
Après un mois de certificat Covid, le Danemark tire un bilan positif / La Matinale / 1 min. / le 10 mai 2021
Le certificat Covid est en place depuis plus d'un mois au Danemark. Introduit en catimini avec la réouverture des zoos, le "coronapas" est désormais obligatoire pour obtenir certains services. Si certains Danois restent encore dubitatifs, le bilan est globalement positif.

Pour retrouver une vie sociale et culturelle au Danemark, il faut se faire vacciner ou avoir eu le Covid dans les 6 derniers mois. Il faut en effet montrer son certificat Covid pour aller chez le coiffeur, au restaurant, au cinéma, au théâtre ou fréquenter une salle de sport.

>> Lire aussi : Le certificat Covid sera réalisé par l'administration fédérale d'ici fin juin

Pour l'heure, Tyra Krause, cheffe de l'unité d'infectiologie et d'épidémiologie à l'Institut national des maladies infectieuses, est satisfaite. Selon elle, le système fait tout juste: "Il répond à deux objectifs: le premier est de réduire les flambées de cas dans les endroits où les gens se rassemblent en nombre. Le second est d'encourager les gens à se faire tester."

Seuls 12% des Danois sont en effet vaccinés. Pour éviter les discriminations, un test de moins de 72 heures suffit à mettre à jour le coronapass. Pour Tyra Krause, cela constitue un point clé: "Pour faire en sorte que ça marche, vous devez avoir d'immenses capacités de test. Et c'est ce que nous avons au Danemark. On a une population de 5,8 millions de personnes, et on en teste maintenant environ 500'000 par jour."

Cabines d'auto-tests à l'entrée

Côté restaurateurs, certains restent sceptiques: toutes les restrictions n'ont pas encore été levées et les amendes sont salées pour ceux qui cherchent à s'y soustraire.

Responsable de la communication de Madklubben - l'un des plus grands groupes de restaurants du pays -, Stephen Kastberg Haar est de son côté ravi. Le groupe s'en sort, et il n'a même pas eu à refuser des réfractaires du coronapas.

"On a eu peur de ça au début, mais ça n'est pas encore arrivé. Jusque-là, tout ça marche étonnamment bien. Et on n'a pas vu des gens devenir fous ou s'énerver. Mais vous savez, il y aura toujours des gens pour tricher, et si ça arrive, ce n'est pas de notre responsabilité. C'est à la police de les contrôler."

Tout est effectivement fait pour faciliter les choses. Certains restaurants proposent même des cabines d'auto-tests à l'entrée.

Cédric Guigon/asch

Publié