Modifié

Où en est la course aux vaccins contre le Covid?

Le vaccin allemand Curevac a déçu les attentes. [Christoph Schmidt - Keystone/DPA]
Les incertitudes demeurent quant aux vaccins annoncés / Tout un monde / 4 min. / le 16 novembre 2020
Aujourd'hui, au moins dix candidats vaccins sont dans la phase 3 des essais cliniques, soit la dernière avant la mise sur le marché. Mais beaucoup d'incertitudes demeurent, notamment au niveau de la distribution des vaccins dans le monde.

La semaine dernière, les laboratoires Pfizer et l'allemand BioNtech ont annoncé un vaccin efficace à 90% lors d'essais cliniques à large échelle. La Russie, quant à elle, assure que le sien l'est à 92%.

Et d'autres labos comme Moderna, AstraZeneca ou Sanofi sont également avancés à des stades différents.

>> Lire aussi: Le vaccin de Pfizer et BioNTech contre le Covid-19 serait efficace à 90%

On ne peut compter pour l'heure que sur des communiqués de presse. ILa semaine dernière, les laboratoires Pfizer et l'allemand BioNtech ont annoncé un vaccin efficace à 90% lors d'essais cliniques à large échelle.  [Vincenzo Pinto - afp]La semaine dernière, les laboratoires Pfizer et l'allemand BioNtech ont annoncé un vaccin efficace à 90% lors d'essais cliniques à large échelle. [Vincenzo Pinto - afp]l faut encore que les compagnies pharmaceutiques fournissent des études scientifique qui permettront aux autorités de régulation comme la FDA aux Etats-Unis de délivrer le sésame pour une commercialisation.

Pour Blaise Genton, responsable du centre de vaccination et de médecine du voyage à Lausanne, cela ne veut pas dire que des raccourcis sont pris. Mais, comme il l'explique dans Tout un Monde, il subsiste encore bien des inconnues. En premier lieu sur la réponse immunitaire des personnes âgées à ces potentiels vaccins.

"On ne sait pas s'il y a une efficacité sur le Covid sévère. On peut le présumer mais on n'en est pas sûrs. On ne sait pas non plus si le vaccin va avoir un effet sur la transmission par les personnes asymptomatiques."

Et le spécialiste d'ajouter que la plus grande incertitude reste la durée de protection du vaccin. Et, comme il le souligne, cette donnée sera "déterminante pour savoir comment vont se pratiquer les campagnes de vaccination".

Problématique de la distribution

Mais comment ces vaccins seront distribués et répartis une fois les autorisations accordées? L'OMS, avec d'autres ONG partenaires, a mis sur pied le Covax, une plateforme qui devrait permettre d'acheter des vaccins en gros et de les redistribuer équitablement.

Mais Sylvie Briand, directrice du département de gestion des risques infectieux à l'OMS, ne cache pas que la  situation reste complexe. "Tous les Etats, à l'image des Etats-Unis, n'ont pas eu envie d'être membres du Covax". Sans compter que "certains sont membres de Covax mais ont aussi fait des accords bilatéraux".

En conséquence, certains pays riches risquent de se tailler la part du lion. Pour l'éviter, le Covax s'est déjà assuré auprès de quatre compagnies d'obtenir 700 millions de doses, avec le but de tripler ce chiffre d'ici 2021. A noter que des fonds ont également été levés pour que les vaccins soient commercialisés à des prix abordables pour les pays les plus pauvres.

Quantité limitée

Et comme ces doses seront en quantité limitée, il est prévu que chaque pays en reçoive suffisamment pour couvrir 20% de sa population, comme l'explique Sylvie Briand. "Ces 20% correspondent au pourcentage de professionnels de la santé et de personnes risquant d'avoir une maladie grave, c'est-à-dire les personnes âgées et celles avec des maladies sous-jacentes."

Le programme est ambitieux. Et de toute façon, il ne pourra être réalisé que si les autres vaccins encore à l'essai se rapprochent des chiffres annoncés par la compagnie américaine Pfizer. Pour Blaise Genton, il faudrait que leur efficacité soit de l'ordre de 85 à 95%. "Il est clair que si un vaccin ne montrait que 50% d'efficacité, celui-ci ne serait probablement pas retenu." Or, pour combattre la pandémie, il va falloir compter sur plusieurs vaccins.

Sujet radio: Francesca Argiroffo

Adaptation web: Fabien Grenon

Publié Modifié