Modifié

Le site archéologique grec de Mycènes sauvé des flammes

Un incendie près du site archéologique de Mycènes, en Grèce. [EPA/Vangelis Bougiotis - Keystone]
Inquiétude en Grèce à cause d'incendies à côté de sites archéologiques à ciel ouvert / La Matinale / 1 min. / le 1 septembre 2020
Un feu de forêt a frôlé dimanche les ruines du site archéologique de Mycènes, en Grèce. Selon les autorités, le sinistre n’aurait pas provoqué de dommages aux antiquités, mais les images prouveraient le contraire.

Le site archéologique de Mycènes, l'un des plus imposants de la préhistoire grecque, n'a pas subi de dégâts majeurs. La ministre de la Culture l'a assuré lundi après une inspection des ruines.

L'incendie s'était déclaré dimanche à la mi-journée près du site érigé à l'âge de Bronze dans le Péloponnèse, à environ 120 km au sud-ouest d'Athènes. Les flammes ont léché les ruines près du tombeau du héros homérique Agamemnon, le roi de Mycènes et chef des Achéens pendant la guerre de Troie, entraînant l'évacuation immédiate des visiteurs et du personnel. Le site restait fermé aux visiteurs lundi mais son musée archéologique, qui jouxte les ruines, a rouvert au public.

La ministre grecque de la Culture a indiqué que l'ensemble du site de Mycènes rouvrirait bientôt, ajoutant que les "visiteurs ne verraient qu'un peu d'herbe brûlée au sol". Pourtant selon des photos publiées lundi, la célèbre porte des Lionnes, vieille de 3250 ans, qui marque l'entrée de la cité antique, a été noircie par les fumées tout comme le tombeau d'Agamemnon.

"Selon la ministre de la Culture, ce n'est pas un gros problème si les visiteurs de Mycènes voient un peu d'herbe brulée... amusant la ministre est archéologue"

Défi majeur

La Grèce est confrontée chaque été à de violents feux de forêts, attisés par la sécheresse, les vents violents et une température dépassant souvent les 30 degrés. Ces incendies près des sites archéologiques à ciel ouvert posent un réel problème, car il semble très difficile de les préserver à moins de mobiliser plusieurs unités de pompiers qui feront défaut ailleurs.

Il y a 13 ans, le site d’Olympie, berceau des Jeux olympiques modernes, avait été touché par un incendie. Les temples et les stades de la cité, située au nord-ouest du Péloponnèse, avaient été préservés par les pompiers, mais des dizaines d’habitants vivant dans les environs avaient péri.

La priorité est désormais de préserver le patrimoine archéologique coûte que coûte et tout le monde en Grèce se pose la question pourquoi un plan n'a pas été prévu depuis toutes ces années.

AFP / Angélique Kourounis / Katia Bitsch

Publié Modifié