Modifié mercredi à 08:31

Pete Buttigieg, l'étoile montante de la présidentielle américaine

Pete Buttigieg est candidat à l'investiture démocrate aux Etats-Unis.
Pete Buttigieg est candidat à l'investiture démocrate aux Etats-Unis. [Elise Amendola - AP/Keystone]
Gay et fervent chrétien, le candidat à l’investiture démocrate Pete Buttigieg intrigue l’Amérique. Saura-t-il faire le plein de voix et convaincre un électorat plus conservateur en terme de moeurs pour le scrutin de novembre 2020?

Pete Buttigieg, 37 ans, maire de la petite ville de South Bend dans l’Indiana vient de se hisser à la deuxième position dans la course à l’investiture démocrate pour les prochaines élections présidentielles aux Etats-Unis. Il est passé devant Elisabeth Warren et se place à présent derrière Joe Biden.

Le phénomène Buttigieg intrigue les médias et les électeurs américains, et pour cause: jeune, cultivé, polyglotte, gay, chrétien, vétéran de l'Afghanistan, il cartonne dans les sondages. "Vous ne ressemblez à aucune personne issue du sérail politique. On dirait que vous avez été créé dans un laboratoire secret. Où avez-vous caché les cadavres?",  lui demandait Trevor Noah, animateur du Daily Show. 

Un nouvel Obama?

Si certains chroniqueurs voient en lui un nouvel Obama, Pete Buttigieg incarne plutôt la classe moyenne supérieure blanche du nord du pays et peine à récolter des voix auprès de l’électorat noir. Son homosexualité assumée peut aussi refroidir certains électeurs, mais il possède un atout inestimable: sa foi.

Membre actif de l’Eglise épiscopalienne de South Bend, Pete Buttigieg a d’ailleurs choisi le parvis de son lieu de culte pour annoncer sa candidature. "Mayor Pete", comme aiment l’appeler ses administrés de South Bend ne rechigne donc pas à afficher sa foi pour aller à la pêche aux voix.

Un révérend baptiste à la rescousse

La tactique s’annonce payante. Pete Buttigieg s’est affiché au côté du pasteur baptiste noir William Barber, dimanche dernier. Il a assisté à l’office du révérend dans son Eglise de Greenleaf, en Caroline du Nord.

William Barber, grande figure de la lutte pour les droit sociaux des noirs dans la continuité de Martin Luther King, a pris la parole afin de défendre la candidature de Buttigieg et désamorcer la question la plus épineuse de son rapprochement avec le jeune candidat démocrate: Pourquoi des baptistes, plutôt conservateurs en terme de morale, voteraient-ils pour une personne qui affiche son homosexualité? Le révérend Barber a dénoncé un "faux récit" qui opposerait les électeurs afro-américains et la communauté LGBTI+. Il y voit plutôt une convergence des luttes.

Est-ce que cela sera suffisant pour engranger des voix dans les Etats du Sud, plus conservateurs en matière de moeurs et donc moins enclins à voter pour un candidat gay? Il faudra étudier les sondages de ces prochaines semaines pour le savoir.

>> La Chronique de RTSreligion:

RTSreligion (vidéo) - Pete Buttigieg veut tisser des liens avec les baptistes au sud des Etats-Unis
RTSreligion - Publié le 03 décembre 2019

Guillaume Henchoz / RTSreligion

Publié le 03 décembre 2019 à 19:27 - Modifié mercredi à 08:31

Kamala Harris jette l'éponge

La sénatrice démocrate Kamala Harris, qui voulait devenir la première présidente noire des Etats-Unis, a annoncé mardi qu'elle abandonnait la primaire démocrate, faute de fonds suffisants pour financer sa campagne.

Agée de 55 ans, l'ex-procureure de Californie était entrée fin janvier dans la course pour décrocher l'investiture démocrate et défier le républicain Donald Trump lors de la présidentielle de novembre 2020. Après des débuts très remarqués, elle était retombée et stagnait dans les sondages derrière le peloton de tête.

"Ma campagne pour être élue président ne compte tout simplement pas sur les moyens dont nous avons besoin pour continuer", a-t-elle écrit dans un communiqué.