Modifié

Les hommes et les femmes ne sont pas égaux face à l’inflation

Une femme parle au téléphone pendant qu'elle essaie des vêtements dans une cabine d'essayage à Lucerne. [Christof Schuerpf - Keystone]
Les hommes et les femmes ne sont pas égaux face à l’inflation / La Matinale / 1 min. / le 24 janvier 2023
Le renchérissement a renforcé certaines inégalités financières entre les genres. Notamment le fait que les femmes paient plus cher que les hommes pour certains produits et services, à matière première égale.

Ce biais s’observe en particulier pour les chaussures, le coiffeur et les vêtements. Ces vingt dernières années, les prix des vêtements pour femmes ont ainsi augmenté de 17%, contre 6% pour les hommes, selon l’Office fédéral de la statistique (OFS).

Et entre août et septembre 2022, les prix des vêtements pour femmes ont enregistré la plus forte augmentation du panel de biens observés (+6,2% contre +3,1% le mois précédent), selon les données établies par le Centre de recherches conjoncturelles (KOF) de l’EPF Zurich, pour l'indice du comparateur en ligne.

"Il peut y avoir beaucoup de facteurs qui expliquent cette évolution des prix différente. Ce n’est pas une cause qui est exclusivement discriminatoire envers les femmes ou envers les hommes. Il peut y avoir une question d’offre et de demande qui est différente. Ce sont des marchés différents", explique dans La Matinale Corinne Becker, responsable de la section des prix à l'OFS.

Si cette inflation en rose est une réalité pour certains produits et services, de manière générale l'OFS n’a aucune indication que le renchérissement touche plus durement les femmes en Suisse. L’indice des prix à la consommation ne fait en effet pas de distinction entre les genres.

Faire la transparence dans la formation des prix

"Je pense qu’il faut surtout continuer à documenter ce phénomène, faire appel aussi aux consommatrices qui compareraient elles-mêmes des produits et qui se rendraient compte de ça, pour autant que ces produits soient comparables. Et toujours continuer ce travail de fond que fait la FRC sur les marges et sur la transparence dans la formation des prix", réagit la secrétaire générale de la Fédération romande des consommateurs Sophie Michaud Gigon.

Établir quelle partie du prix revient à quels intermédiaires, voilà la vraie bataille, pour la FRC, derrière celle de l’inflation au féminin.

Selon l'institut d'études de marché GfK, les vêtements et chaussures pour femmes ont rapporté 4,3 milliards de francs en Suisse en 2021. Les articles pour hommes représentaient 2 milliards de francs, soit moins de la moitié. Les vêtements pour enfants ont généré environ 1 milliard de francs.

Sujet radio: Guillaume Meyer

Adaptation web: cab

Publié Modifié