Modifié le 04 octobre 2017

Le Nobel suisse Jacques Dubochet: "J'étais très mauvais à l'école"

Jacques Dubochet: "J'étais très mauvais à l'école"
Jacques Dubochet: "J'étais très mauvais à l'école" L'actu en vidéo / 2 min. / le 04 octobre 2017
Le nouveau prix Nobel de chimie suisse Jacques Dubochet raconte son parcours d'ancien dyslexique dans une interview à la RTS. "Très mauvais à l'école", il était en train de "foirer son collège" quand l'école vaudoise lui "a permis de continuer".

Interrogé par le 19h30, Jacques Dubochet explique avoir été averti en matinée qu'il était co-lauréat du Nobel de chimie. A ses yeux, un prix Nobel était "pensable", mais "la probabilité était faible" même si la cryo-microscopie électronique est pour lui une "révolution".

>> Lire aussi: Le Nobel de chimie pour le professeur à l'Uni de Lausanne Jacques Dubochet

"Depuis gamin, je voulais devenir un scientifique pour comprendre la nature et le faire savoir", a-t-il ajouté. Ce Nobel représente donc pour lui une gratification, mais surtout un "moyen de vous parler".

>> Jacques Dubochet et l'annonce du Nobel:

Jacques Dubochet: "La probabilité d'un Nobel était faible"
L'actu en vidéo - Publié le 04 octobre 2017
 

"Je suis un joyeux athée"

Le professeur Dubochet explique également la logique de sa découverte dans l'histoire des sciences. Sa méthode d'observation des molécules sans les dénaturer répond, dit-il, à la mission essentielle du scientifique qui est "d'observer la nature". Cette observation l'a amené à être un "joyeux athée", conclut-il.

>> Jacques Dubochet et ses croyances:

Jacques Dubochet: "Je suis un athée joyeux"
L'actu en vidéo - Publié le 04 octobre 2017
 

>> Lire aussi: Le CV tout en humour du prix Nobel vaudois Jacques Dubochet

dr/boi

Publié le 04 octobre 2017 - Modifié le 04 octobre 2017