Modifié le 19 août 2012

Les Allemands approuvent l'achat de CD volés en Suisse

Seuls 29% des Allemands interrogés sont opposés à l'achat de données volées en Suisse.
Seuls 29% des Allemands interrogés sont opposés à l'achat de données volées en Suisse. [OLIVER BERG - ]
Une nette majorité d'Allemands (62%) approuvent l'achat de nouveaux disques volés contenant des données de clients de banques suisses, selon un sondage de l'institut GfK effectué pour le journal Welt am Sonntag.

Au total, 62% des Allemands se disent en faveur de l'achat de nouvelles données volées concernant des clients de banques suisses. C'est qui ressort d'un sondage de l'institut GfK mené pour le journal allemand Welt am Sonntag. Seuls 29% s'y opposent et 9% sont sans opinion.

Plus les personnes interrogées sont âgées, plus elles sont favorables à l'achat de disques contenant des données bancaires, écrit le journal. Selon l'enquête, 71% des Allemands gagnant plus de 3500 euros se disent pour l'achat de CD.

Accord contesté

Un accord fiscal contesté passé entre la Suisse et l'Allemagne doit mettre fin à l'achat de disques volés contenant des données de clients de banques suisses, ainsi qu'à la fraude fiscale via des comptes bancaires en Suisse.

Les deux chambres du Parlement allemand doivent se prononcer cet automne sur l'accord.

ats/hend

Publié le 19 août 2012 - Modifié le 19 août 2012

L'accord germano-suisse est "mort"

L'accord fiscal entre la Suisse et l'Allemagne est jugé "mort, dans les faits" par le ministre des finances du Land de Saxe-Anhalt. Le social-démocrate aurait encore laissé une chance à ce texte si le gouvernement de la chancelière Angela Merkel avait présenté celui-ci dans le cadre d'un paquet fiscal.

Mais le gouvernement fédéral de coalition de centre-droite n'est plus prêt à un tel compromis, déclare dans une interview à la SonntagsZeitung Jens Bullerjahn. Sauf nouveaux éléments à sa connaissance, le social-démocrate ne se voit pas voter ce texte au Bundesrat allemand, la chambre représentant les Länder, à majorité de gauche.

"Vivre avec le vol de données bancaires"

"Il va falloir vivre avec le vol de données bancaires", selon une déclaration du président de l'UBS, Axel Weber, à la SonntagsZeitung. Ce n'est pas la dernière fois que des données auront été volées, estime-t-il.

Le service juridique de l'UBS, tout comme les autorités et la FINMA, sont en discussion avec les instances compétentes allemandes. "Nous n'avons pas encore les preuves que les critiques du ministre des finances du Land allemand de Rhénanie du Nord-Westphalie nous touchent directement", déclare Axel Weber.

A propos de transactions douteuses vers Singapour, le patron d'UBS estime qu'il est impossible d'exclure quelques cas isolés. Il reste confiant quant à l'issue de l'accord fiscal passé avec entre l'Allemagne et la Suisse". J'attends de la chancelière Merkel qu'elle fasse appliquer l'accord partout en Allemagne", souligne-t-il encore.