Publié le 20 avril 2017

Une usine de General Motors au Venezuela saisie par les autorités

Une photo d'archive qui date de 2009, prise devant l'usine de General Motors à Valencia, gardée par un agent de sécurité.
Une photo d'archive qui date de 2009, prise devant l'usine de General Motors à Valencia, gardée par un agent de sécurité. [Keystone]
General Motors annonce la saisie par les autorités vénézuéliennes de son usine de Valencia, dans le nord du pays. Le constructeur américain veut recourir en justice contre la mesure qu'il juge illégale.

La saisie est source, selon General Motors (GM), de "dommages irréparables" pour la société, ses 2678 employés, ses 79 revendeurs et ses fournisseurs.

L'industrie automobile au Venezuela a été durement affectée par les pénuries de matières premières liées notamment à un système complexe de contrôles des devises du gouvernement. De nombreuses usines ont drastiquement ralenti leur production.

Début 2015, Ford Motor avait radié la valeur de son investissement au Venezuela, après avoir enregistré une dépréciation de 800 millions de dollars sur ses opérations dans le pays.

Arbitrages internationaux

En 2014, le gouvernement vénézuélien avait annoncé la reprise "temporaire" de deux usines du fabricant de détergents américain Clorox, qui avait quitté le pays.

Près de vingt arbitrages internationaux impliquent le Venezuela, en lien avec les nationalisations menées par l'ex-dirigeant socialiste Hugo Chavez.

Lire>> Trois morts et des arrestations dans les manifestations au Venezuela

ats/pym

Publié le 20 avril 2017