Modifié

Federer dans l'ombre de Wawrinka sur ses terres

Federer avait perdu l'an dernier en finale contre Del Potro. [KEYSTONE - URS FLUEELER]
Federer avait perdu l'an dernier en finale contre Del Potro. - [KEYSTONE - URS FLUEELER]
Avec Roger Federer et Stanislas Wawrinka en course pour une place au Masters, l'édition 2013 du tournoi de Bâle présente un attrait supplémentaire. Les deux joueurs suisses abordent néanmoins ce tournoi dans des contextes différents. Le Rhénan cherche à se refaire une santé alors que le Vaudois se trouve dans une forme ascendante qu'il doit confirmer.

Après deux défaites aussi mortifiantes qu'inattendues face à Tommy Robredo à Flushing Meadows et Gaël Monfils à Shanghaï, Roger Federer retrouve "sa" ville dans des circonstances bien particulières. Le Bâlois court derrière une confiance détruite sans doute cet été par son élimination au deuxième tour de Wimbledon.

Federer jouera ce tournoi, qu'il a remporté à cinq reprises, sans être au bénéfice d'un contrat avec Roger Brennwald, directeur de l'épreuve. "Rodgeur" évoluera donc "gratuitement" et il n'est pas acquis qu'il accepte de prendre la place de Rafael Nadal pour le match de gala du lundi qui "lance" le tournoi.

Wawrinka devrait ouvrir les feux

Wawrinka peut réaliser un grand coup à Bâle. [Eugene Hoshiko]

Cet honneur reviendra très vraisemblablement et logiquement à Stanislas Wawrinka. Dans la Halle Saint-Jacques où il fut demi-finaliste en 2006 et 2011, Stanislas Wawrinka a vraiment les moyens de frapper un grand coup. Le forfait de Nadal fait son affaire dans la mesure où il n'aura pas à affronter un joueur mieux classé que lui avant le stade des demi-finales. S'il évolue dans le registre qui était le sien à New York et à Shanghaï, il est fort capable de remporter le titre dimanche prochain.

Déjà trois journées à guichets fermés

Le succès populaire du tournoi ne se dément par ailleurs pas. On jouera ainsi à guichets fermés le vendredi, le samedi et le dimanche. Les 18 000 places mises en vente pour ces trois derniers jours se sont arrachées en... 44 minutes. La "tennismania" n'est pas près de s'éteindre à Bâle.

>> A lire aussi : Ce sera sans Rafael Nadal

si/scho

Publié Modifié