Modifié

Lia Wälti: "C'est difficile de sortir du creux que nous traversons"

Poignée de main entre Grings et Wälti après le remplacement de cette dernière. [Michael Buholzer]
Poignée de main entre Grings et Wälti après le remplacement de cette dernière. - [Michael Buholzer]
Suisse
1 - 7
Espagne
Les Suissesses ne se sont pas cachées après la déroute 7-1 face à l'Espagne, concédées au Letzigrund. La mine basse, elles ont porté un regard lucide sur leur performance tout en tâchant de trouver un peu de positif à tirer de cette soirée très compliquée.

LIA WÄLTI (capitaine): C'est difficile de trouver quelque chose de positif. Certainement, le fait que nous ayons marqué un but. Je pense aussi que ce qui était positif pour les fans, c'est qu'ils ont pu voir jouer la meilleure équipe du monde, qu'ils ont pu voir beaucoup de joueuses de haut niveau. Mais pour nous, c'était évidemment une soirée très difficile. Nous traversons un creux en ce moment. Et c'est difficile de s'en sortir, de gagner en confiance, d'acquérir des automatismes contre des équipes comme la Suède et l'Espagne, qui jouent aussi quelque chose, qui veulent aller aux Jeux olympiques, et donc qui ne se ménagent pas non plus.

C'est une chose de perdre contre l'Espagne, mais cela en est une autre de perdre comme cela.

Viola Calligaris

VIOLA CALLIGARIS (défenseuse): Je crois qu'après un match comme cela, il faut attendre un petit peu et analyser avec tranquillité. C'est difficile de voir du positif. Sept buts, c'est trop. C'est une chose de perdre contre l'Espagne, mais cela en est une autre de perdre comme cela. Qu'est-ce qu'on s'est dit lorsqu'on s'est rassemblées? On cherchait des solutions car on a vu qu'elles étaient tout le temps en supériorité sur notre côté droit, mais on ne l'a pas trouvée.

SMILLA VALLOTTO (milieu): C'est chiant de perdre comme cela, mais bon, c'est la vie. Elles étaient bien meilleures que nous. Il nous faut vraiment travailler. Le positif? On a bien joué par moments, à ressortir parfois proprement le ballon et il y a ce but. Il faut prendre cela avec nous. Il y a peut-être un peu de fatigue. On a beaucoup couru contre la Suède. A nous de faire le nécessaire maintenant pour battre l'Italie et la Suède dans les derniers matches.

La joie de Pilgrim après son but. [Imago - Sergio Brunetti]

ALAYAH PILGRIM (attaquante): Ce n'était vraiment pas un bon match. Sept buts, c'est vraiment beaucoup trop. Cela ne doit pas arriver. Il nous faut maintenant analyser. Oui, le but c'est bien. On savait qu'on pouvait le marquer. Mais une seule réussite, ce n'est pas assez. Défensivement, il nous faut boucher les espaces. On est pas assez agressives, trop loin de nos adversaires.

COUMBA SOW (milieu): Le seul bon truc, c'est qu'on a marqué. On est contentes pour Alayah, pour nous. On doit maintenant digérer ce résultat. Mon sentiment maintenant? Je suis déçue et fâchée, mais demain est un autre jour. On a joué contre les meilleures joueuses du monde. On doit apprendre d'elles. La suite? Il faut continuer à croire en la troisième place et à se battre pour la prendre.

>> A lire aussi : La Suisse coule à pic face aux championnes du monde

Zurich, Ludovic Perruchoud

Publié Modifié