Modifié

Avions de combat: une histoire suisse

Un avion de Havilland Vampire DH 110 de l'aviation suisse, 1981   [Keystone]
Un avion de Havilland Vampire DH 110 de l'aviation suisse, 1981 [Keystone]
"En matière d’aviation, notre pays compte 5 millions de critiques et d’experts qui ont chacun leur avis." En 1964, le journaliste Alexandre Burger évoque en ces termes les liens passionnels existant entre les Suisses et leurs avions de combat. Affaire des Mirages, contestation de l'achat des F/A 18, polémique autour du Gripen: ces soixante dernières années n'ont pas démenti le constat. Retour en archives sur quelques moments forts d'une histoire dont les racines nous font plonger dans les temps héroïques de l'aviation suisse.

L'époque héroïque

Première traversée du Léman, premier franchissement des Alpes, premier vol à plus de 5500 mètres d'altitude. D'Armand Dufaux à Oskar Biden, en passant par René Grandjean, Edmond Audémars et Emile Taddeoli, ils furent nombreux les pilotes suisses à alimenter la légende. En 1910, le Parlement n'est toujours pas disposé à intégrer l'aviation dans son armée. La Société suisse des officiers lance alors une collecte nationale, qui récoltera plus d'un million de francs et contraindra le Conseil fédéral à créer une aviation militaire. Le journaliste Alexandre Burger évoque en images cette période épique.

Les temps héroïques de l'aviation suisse [RTS]
L'aviation suisse avant la Deuxième guerre mondiale / Edition Archives / 3 min. / le 20 septembre 2021

Encore très modeste durant la guerre de 14-18, l'aviation accède en 1936 au statut d'arme à part entière. Elle se dote de chasseurs de pointe Messerschmitt, de C-35 et construit sous licence des chasseurs français Morane-Saulnier. S'ils mènent quelques combats marquants contre la Luftwaffe durant la Deuxième Guerre mondiale, les pilotes militaires s'acquittent avant tout de missions de surveillance et effectuent leurs premiers sauvetages en montagne.

L'aviation militaire suisse pendant la 2eme guerre mondiale [RTS]
L'aviation militaire suisse pendant la 2eme guerre mondiale / Edition Archives / 4 min. / le 20 septembre 2021

L'ère des avions à réaction : Vampire et Venom

Dès après la guerre, l'aviation militaire suisse entame un processus spectaculaire de modernisation. Après avoir acheté en 1948 130 Mustang P-51 D, un chasseur américain à moteur à pistons, elle acquiert ses premiers avions à réaction: 175 Vampire et 250 Venom, dont 350 furent fabriqués sous licence en Suisse. Un bond technologique sans précédent : en 1956, l'armée suisse la première au monde à posséder des escadrilles exclusivement équipées d'appareils à réaction.

En 1946, le Ciné-Journal  suisse présente le Vampire, avion de chasse ultra-moderne qui réalise des essais de vol depuis l'aérodrome de Sion. Les habitantes des vallées valaisannes n'en croient pas leurs yeux...

Valaisannes observant le vol d'un avion de combat Vampire [RTS]
Le Vampire en 1946 / Tell Quel / 1 min. / le 12 février 1982

Sur ces images d'archives, un chasseur Venom à l'entraînement vise des cibles dans les Alpes suisses.

Avion de chasse Venom à l'entraînement [RTS]
Avion de chasse Venom à l'entraînement / Actualités fédérales / 1 min. / le 8 janvier 1969

L'affaire des Mirages

En juin 1961 l'Assemblée fédérale accepte un crédit de 871 millions de francs pour l'acquisition de cent avions de combat Mirages III S auprès de la firme Dassault. Trois ans plus tard, le 2 mai 1964, l'émission Carrefour présente en avant-première cet appareil capable de dépasser le mur du son, et spécialement sorti des hangars d'Emmen pour la télévision.

Présentation du Mirage III [RTS]
Présentation du Mirage III (extrait) / Carrefour / 3 min. / le 2 mai 1964

Deux jours après la diffusion de ces images, le Conseil fédéral demande au Parlement de voter un crédit additionnel de 356 millions de francs, assorti de 220 millions de francs pour le renchérissement. C'est un coup de tonnerre : le Parlement n'a pas été tenu informé des coûts supplémentaires. Ce scandale donnera lieu à la création de la première commission d'enquête parlementaire de l'histoire de la Suisse. A l'automne 1964, la commission dépose un rapport accablant pour le gouvernement. Le Département militaire fédéral est accusé de tromperie, les informations fournies pour faire voter le crédit au parlement étaient lacunaires. Le 23 septembre 1964, le Parlement décide de réduire la commande à 57 avions de chasse. Les têtes tombent au Département militaire fédéral et le conseiller fédéral Paul Chaudet lui-même, appelé à la démission, renoncera à un nouveau mandat en 1966.

1981 : des accidents en cascade

En 1981, les forces aériennes suisses sont lourdement touchées : huit accidents, un civil et trois pilotes tués, neuf appareils détruits. Les pertes financières s’élèvent à 65 millions de francs. Comment expliquer cette hausse des accidents ?

Au début des années 70, l'évolution technologique des missiles avait fait croire à la possibilité de guerres « propres». Des espoirs douchés par le développement de systèmes de repérages sur les avions et les possibilités d’esquives. Les combats aériens rapprochés sont toujours à l’ordre du jour, comme l'explique en 1982 Christophe Keckeis, pilote professionnel et futur chef de l'armée suisse.

Des accidents en rafale [RTS]
Des accidents en rafale / Tell Quel / 1 min. / le 12 février 1982

On peut aussi mettre en avant la relative vétusté de l’aviation suisse. En 1982, un quart des appareils des forces aériennes suisses sont des Vampires. Aucune autre armée de l’air en Europe n’utilise d’avions aussi anciens. Enfin, il faut ajouter que l'armée de l'air utilise encore des pilotes de milice, qui ne sont plus suffisamment formés pour ces exercices très dangereux.

Pour ou contre les F/A 18?

Début des années 90: alors que démarre la réforme « Armée 95 »,  le Conseil fédéral présente au Parlement son projet d'achat de 34 avions de combat américain F/A 18 Hornet, du constructeur McDonnell Douglas pour remplacer les vieux avions Hunter datant de 1958. Le budget est évalué à 3,5 milliards de de francs. La Suisse a obtenu une licence pour construire les appareils. Le projet est accepté par le Parlement. Le Groupe pour une Suisse sans armée (GSsA), dont l'initiative anti-armée avait convaincu 34,9% des Suisses en 1989, se relance dans la bataille et demande un moratoire sur l'achat de nouveaux avions de combat.

En mars 1993, trois conseillers fédéraux tiennent une conférence de presse pour défendre les F/A 18. Autour de Kaspar Williger, en charge du Département militaire fédéral, le président de la Confédération Adolf Ogi et le chef de l’économie Jean-Pascal Delamuraz.

3 conseillers fédéraux prennent la défense du FA18 [RTS]
Des conseillers fédéraux prennent la défense du FA18 / Télé journal / 1 min. / le 22 mars 1993

Le 15 mai 1993, moins d'un mois avant la votation, une foule impressionnante d'opposants aux avions de combat  se rassemble devant le Palais fédéral.

Manifestation contre l'achat des FA 18 [RTS]
Manifestation contre l'achat des FA 18 / Télé journal / 1 min. / le 15 mai 1993

Au soir du 6 juin 1993, Kaspar Williger peut souffler: 57, 2% des Suisses ont rejeté l’initiative. L’armée suisse va pouvoir se doter de ses nouveaux avions de combat.

Ueli Maurer et l'échec du Gripen

Dans le courant des années 2000, l'aviation militaire demande le remplacement de ses Tiger F-5, en service depuis 1978. Trois candidats sont pressentis : L’Eurofighter Typhoon, dont le coût s'élève à 100 millions de dollars, le Rafale français, avion très sophistiqué mais très cher (150 millons de dollars) et enfin le Gripen, un appareil de construction suédoise, possédant un seul réacteur mais ayant l'avantage d'être bon marché. En 2011, le journaliste Etienne Duval fait le voyage en Suède, au siège du constructeur Saab.

Le Gripen, avion de combat suédois [RTS]
Présentation du Gripen, avion de combat suédois / Mise au point / 1 min. / le 27 novembre 2011

Ueli Maurer, chef du Département fédéral de la Défense, a jeté son dévolu sur  le Gripen. Pourtant les critiques me manquent pas. Certains considèrent le Gripen comme un avion "law-coast". La gauche dépose un référendum contre la décision du Conseil fédéral. Le peuple devra se prononcer.  En février 2012, un journal révèle qu’un rapport interne de l’armée met en doute les capacités de l'avion suédois. Or, quelques mois auparavant, Ueli Maurer affirmait haut et fort que le Gripen répondait à tous les critères. On pointe également la légèreté, les gaffes et les erreurs de communication du conseiller fédéral. Le 13 avril 2014, l'émission Mise au point revient sur ces ratages.

Ueli Maurer fait campagne pour le Gripen [RTS]
Ueli Maurer fait campagne pour le Gripen / Mise au point / 2 min. / le 13 avril 2014

Un mois plus tard, le 18 mai 2014, les Suisses disent non à 53,4% à l'achat des vingt-deux avions de combat suédois.

Et enfin... Le F-35

Le 20 septembre 2020, les citoyennes et le citoyens suisses ont accepté de justesse (50,1%) l'arrêté fédéral relatif à l'acquisition de nouveaux avions de combat. Par ce vote, ils ont avalisé un crédit de 6 milliards de francs. Révélé en juillet 2021, le choix du Conseil fédéral s'est porté sur l'avion de combat de type F-35A du fabricant américain Lockheed Martin. Un choix controversé, qui a déjà fait couler beaucoup d'encre et qui, une fois de plus, va conduire les Suissesses et les Suisses aux urnes.

Sophie Meyer pour Les archives de la RTS

Publié Modifié