Modifié

Super League: faire bouger les lignes, le dernier défi

Le FC Bâle d'Embolo (à gauche) et le FC Sion de Pa Moudou ont le championnat dans le viseur, mais pas seulement. [Laurant Gilliéron - Keystone]
Le FC Bâle d'Embolo (à gauche) et le FC Sion de Pa Moudou ont le championnat dans le viseur, mais pas seulement. [Laurant Gilliéron - Keystone]
Bâle très seul en tête, GC isolé à la deuxième place, un ventre mou au sein duquel on s'écharpera pour des accessits et Vaduz candidat tout désigné à la relégation: la seconde phase de la Super League, qui débute ce week-end, pourrait bien se résumer à une simple confirmation de la hiérarchie déjà existante. A moins que certains, tels Young Boys, Sion ou Lucerne, ne réussissent à faire bouger les lignes.

Avec dix points d'avance sur GC et un effectif qui, malgré les départs d'Elneny (Arsenal), de Gashi (Colorado) et du flop Kuzmanovic (Udinese), reste le plus riche du pays, le FC Bâle fonce tout droit vers un septième titre consécutif. Un sacre qui lui ouvrirait directement les portes de la Ligue des champions.

Duel GC - YB

Pour qu'un intérêt demeure dans un championnat qui semble être déjà joué, on attend beaucoup de Grasshopper et Young Boys. Les Sauterelles de Pierluigi Tami ont certes perdu un de leurs meilleurs éléments offensifs, Yoric Ravet, parti à... YB, mais elles se sont offert un nouveau patron en défense en la personne de Philippe Senderos, qui veut se relancer après son échec à Aston Villa.

Troisièmes à cinq points de GC - la deuxième place permet d'entrer au 3e tour des éliminatoires de la Ligue des champions -, les Young Boys, avec leur pressing total prôné par Adi Hütter, ont réalisé un gros coup en transférant Ravet pour quelque 1,5 million de francs. Il le fallait puisque l'animateur en chef de leurs couloirs, Renato Steffen, s'en est allé, au terme d'un bras de fer, du côté de Bâle.

YB regarde vers le haut mais sent toujours le souffle de la meute sur sa nuque. Lucerne n'est qu'à deux longueurs et possède des arguments avec les arrivées notamment de Michael Frey (Lille) et Christian Schneuwly (Zurich).

Deux révolutions

Décrochés derrière ce quartette, St-Gall et Sion se doivent de réaliser un excellent tour pour terminer la saison à une place qualificative pour l'Europe. Les Sédunois ont misé, il s'agit aussi d'une révolution, sur la continuité.

Les objectifs ne manquent pas pour des Valaisans pas trop éloignés de la troisième place (6 points), toujours en course pour une quatorzième Coupe de Suisse (demi-finale le 3 mars contre Zurich) et encore engagés en Europa League (face à Braga).

ats/alt

Publié Modifié

Vaduz en danger

Les quatre dernières formations auront pour but de chasser le spectre d'une relégation au plus vite. Thoune, septième, a cinq points d'avance sur Vaduz. Entre eux, Lugano, qui a misé sur le Lausannois de 21 ans Karim Rossi, arrivé de La Spezia (2e division italienne), et le FC Zurich, qui a procédé à un nettoyage de printemps de fond en comble en se séparant de sept joueurs.

Le FCZ mise beaucoup sur la recrue-star du mercato suisse, Aleksandr Kerzhakov (33 ans), meilleur buteur de l'histoire de l'équipe de Russie (30 réalisations).

Vaduz, qui a essayé de remplacer Neumayr (impliqué dans 40% des buts marqués par le club cette saison) par Dejan Janjatovic (St-Gall) et Armando Sadiku (FCZ), a deux points de retard sur les Zurichois et quatre sur les Luganais. Les Liechtensteinois auront bien de la peine à s'inviter en Super League pour une troisième saison consécutive.