Modifié

Super League: "Le FC Sion est dans une dynamique de peur, on peut se faire du souci pour lui", observe Léonard Thurre

Les joueurs du FC Sion qui baissent la tête, leurs adversaires qui jubilent; une image bien trop souvent vue cette saison. [Jean-Christophe Bott - Keystone]
Les joueurs du FC Sion qui baissent la tête, leurs adversaires qui jubilent; une image bien trop souvent vue cette saison. [Jean-Christophe Bott - Keystone]
La saison de Super League aborde son dernier quart ce week-end avec notamment le match de la peur entre Vaduz et Sion. A l'amorce du dernier virage de l'exercice, Léonard Thurre pose son regard sur la situation pour RTSsport. L'ancien international suisse, passé notamment par Lausanne, Servette et Sion, détaille les choses avec lucidité.

RTSsport.ch: Léonard Thurre, le championnat entre dans sa toute dernière ligne droite avec un match "chaud" Vaduz-Sion. Avez-vous peur pour les Valaisans?

LEONARD THURRE: Sion est dans un dynamique de peur, donc oui nous pouvons être inquiets. On a vu que l'équipe n'est pas tout à fait dans le bon état d'esprit. Elle ne va certes rien lâcher, mais Vaduz est dans un sentiment inverse. Les Liechtensteinois ont l'avantage mental en ce moment. Ils sont plus solides dans la tête, ils affichent une vraie volonté de se sauver; une sorte de volonté du désespoir, au moment où tout le monde les avait enterrés. De l'autre côté, Sion joue avec le feu. Et à force, il va peut-être se brûler les doigts. Il faut toutefois bien reconnaître, en regardant l'année 2021, que si Vaduz se sauve, il n'aura rien volé (ndlr: elle est la 2e meilleure équipe du pays en 2021)!

RTSsport.ch: Pourtant, Sion semble valoir mieux que cette 10e place...

LEONARD THURRE: Il est clair que lorsque je regarde l'effectif valaisan, je me dis qu'il y a clairement les individualités pour faire mieux. Je pense notamment à un Grgic, qui est un très bon joueur. Mais entre avoir lesdites individualités et faire en sorte qu'elles s'expriment au mieux, il y a un écart... Les qualités ne font pas tout. Il y a un équilibre à trouver, une cohérence. Il reste 9 matches et il faut que Marco Walker trouve la clé. Le groupe doit prendre conscience de l'urgence qu'il y a à se sauver.

Les qualités ne font pas tout. Il y a un équilibre à trouver, une cohérence. Le groupe valaisan doit prendre conscience de l'urgence qu'il y a à se sauver.

Léonard Thurre, ancien international suisse [Keystone]
Léonard Thurre, ancien international suisse

RTSsport.ch: L'an dernier, on avait le sentiment que Sion ne pouvait pas tomber, notamment car Pajtim Kasami pouvait tout faire. Faut-il voir en Anto Grgic une sorte de possible "Kasami 2021"?

LEONARD THURRE: Je suis entièrement d'accord avec vous concernant votre sentiment de l'an dernier. D'ailleurs, Kasami avait fini par sauver Sion... Mais là, ce n'est plus un seul homme qui doit sauver le club, mais bien un collectif. Oui, Anto Grgic, et je l'ai déjà dit, est un très beau joueur, que j'estime beaucoup, mais il ne pourra pas porter l'équipe à lui tout seul. Ce n'est pas ainsi qu'elle se sauvera cette saison. Elle doit trouver une assise défensive, mieux s'exprimer offensivement aussi. C'est collectif. Il faut aller chercher le maintien, partir à la guerre, presque. Les Sédunois doivent trouver en eux cette volonté de se surpasser. Ce n'est pas la 5e, la 6e ou la 7e place qu'ils doivent viser, mais c'est bien l'avenir du club qui se joue, encore davantage par les temps qui courent, où une relégation serait dramatique. Personne, du moins en Suisse romande, ne veut voir tomber Sion.

RTSsport.ch: D'aucuns vont se plaire - ou l'ont déjà fait - à relancer le débat de l'utilité d'offrir une place à Vaduz dans l'élite suisse...

LEONARD THURRE: Pour moi, il n'y a pas de débat à avoir, désormais. La décision a été prise et entérinée depuis bien longtemps par les instances. Sauf que le débat revient à chaque fois que Vaduz "menace" de faire tomber un grand nom. Cela me dérange vraiment. Le FCV ne vole rien. Et puis bon, la meilleure manière de les éliminer, ces Liechtensteinois, c'est de les battre. Donc si des clubs n'ont plus envie de voir Vaduz en Super League, ils savent ce qu'ils ont à faire...

RTSsport.ch: Si on regarde ailleurs dans le classement, en début de semaine, le FC Bâle s'est séparé de Ciriaco Sforza, ce qui était tout sauf une surprise. Quel regard portez-vous sur les déboires du FCB?

LEONARD THURRE: On sentait effectivement venir le "truc" ces dernières semaines. Il est toutefois difficile de se faire un vrai avis, d'autant que je me méfie des rumeurs, de ce que je peux entendre ou de ce que je peux lire çà et là. Mais il est clair qu'il y avait déjà un malaise sous-jacent, notamment avec la mise à l'écart de Valentin Stocker dans un premier temps en début d'année. L'équipe n'a jamais vraiment décollé, la mayonnaise de Sforza n'a pas pris. Il semble qu'il n'y avait pas une vraie idée de jeu, pas vraiment de projet, pas de cohérence. Les joueurs ne semblaient pas évoluer en confiance.

A Bâle, la mayonnaise de Sforza n'a pas pris. Il semble qu'il n'y avait pas une vraie idée de jeu, pas vraiment de projet, pas de cohérence. Les joueurs ne semblaient pas évoluer en confiance.

Léonard Thurre, ancien international suisse [Keystone]
Léonard Thurre, ancien international suisse

RTSsport.ch: Bâle, ce club qui a fait rêver tant de Suisses ces 15-20 dernières années, ne "tourne" pas rond depuis plusieurs mois maintenant. On sait que le football est cyclique, mais comment expliquer ces problèmes?

LEONARD THURRE: Je crois en premier lieu que le FCB n'a plus de figure emblématique, comme Gigi Oeri ou Bernhard Heusler, ces gens qui "tenaient" vraiment l'institution. Puis le club a quelque peu perdu son "fluide" en termes de recrutement. A l'époque, sa force était d'avoir déjà des successeurs à ses meilleurs joueurs qui allaient partir. C'était très fort de se renouveler ainsi à chaque fois, sans que le groupe ne pâtisse réellement des ventes. Ce temps semble révolu. Ces dernières années, les nouveaux joueurs n'ont pas eu le même rendement. Après les départs d'Alexander Frei et de Marco Streller, l'idée de faire revenir certains autres anciens n'a pas non plus été une franche réussite. Et puis bon, le FC Bâle doit maintenant faire face aux Young Boys, qui travaillent comme lui il y a de cela quelques années, avec intelligence et réussite. Cela étant, je comprends la colère des supporters, qui ne comprennent qu'avec une telle manne financière, leur club n'arrive pas - ou plus - à s'en sortir sur le plan sportif.

RTSsport.ch: Parlons de choses plus heureuses: Lausanne et Servette, qui réussissent tous deux une très belle saison!

LEONARD THURRE: Tout cela fait plaisir, forcément! Si on arrête la saison maintenant, c'est génial. Mais tout peut encore passer dans ce championnat. Après, force est de souligner que Lausanne fait la saison que Servette a réalisée en 2020. Quant à Servette, il signe le parcours que j'en attendais, dans la droite ligne de sa première saison post-promotion. On sent qu'il y a un vécu dans cette équipe, un vrai groupe, au sein duquel les nouveaux joueurs ont su se greffer. Servette a des idées, une philosophie et ne renonce jamais. On ne s'ennuie jamais en le voyant jouer. Lausanne, lui, s'en sort finalement grâce à son système et cette défense à 3 qui lui fait le plus grand bien. Les Vaudois sont dans une dynamique positive depuis février. Certains éléments ont eu besoin d'un peu de temps pour s'intégrer, mais dorénavant le groupe, avec notamment un excellent Cameron Puertas, tourne à plein régime. Giorgio Contini a su évoluer et ainsi pu faire taire les critiques.

Servette a des idées, une philosophie et ne renonce jamais. On ne s'ennuie jamais en le voyant jouer.

Léonard Thurre, ancien international suisse [Keystone]
Léonard Thurre, ancien international suisse

RTSsport.ch: Vous le disiez précédemment, tout peut encore arriver dans ce championnat. Dès lors, pensez-vous que le LS et le SFC ont assez de confiance et de certitudes pour éviter de trembler ce printemps en cas de 2 défaites successives?

LEONARD THURRE: Ca va être chaud, mais je les crois assez forts pour s'en sortir aisément. Bon, il est clair que cette saison est terrible, car il y a une seule équipe qui joue le titre et toutes les autres peuvent encore se voir prises dans la même galère, ou presque. Mais concernant Lausanne et Servette, ces deux formations ont, semble-t-il, des certitudes, une solidité et des assurances dans le jeu qui doivent leur permettre de ne pas s'inquiéter sur le long terme... Elles sont bien installées en Super League. Je veux croire qu'elles seront tranquilles. Pour la relégation en revanche, ce week-end peut déjà être déterminant. Imaginons que Lucerne perde à Bâle et que Vaduz batte Sion; il y aurait désormais 3 équipes dans la lutte pour le maintien. Et d'autres pourraient ensuite s'y ajouter. Cela va être très intéressant à suivre. 

Arnaud Cerutti - @arnaud_cerutti

Publié Modifié
Classement Matches Diff. Buts Points
1. Young Boys 36 74 : 29 84
2. Bâle 36 60 : 53 53
3. Servette 36 45 : 56 50
4. Lugano 36 40 : 42 49
5. Lucerne 36 62 : 59 46
6. Lausanne-Sport 36 52 : 55 46
7. Saint-Gall 36 45 : 48 44
8. Zurich 36 53 : 57 43
9. Sion 36 48 : 58 38
10. Vaduz 36 36 : 58 36