Le mammouth

Représentation d'artiste du mammouth.
Représentation d'artiste du mammouth. [ikonaut - Jurassica]
L’Ajoie est parsemé de tombeaux naturels des restes d’animaux morts durant la dernière glaciation du Weichsélien (Würm), il y a 40’000 ans. Parmi eux, le mammouth.

Une défense de mammouth.
Une défense de mammouth. [Jurassica]

Il y a 2,6 millions d’années environ, un net refroidissement est enregistré à l’échelle globale. C’est le début de la période du Quaternaire avec sa mégafaune glaciaire et son alternance de cycles glaciaires et tempérés.

Le modelé karstique de l’Ajoie est parsemé d’un grand nombre de dolines. Ces véritables tombeaux naturels conservent de précieux témoins de l’histoire géologique de la région en fonctionnant comme trappes à restes d’animaux morts dans leur immédiate proximité durant la dernière glaciation du Weichsélien (Würm), il y a 40’000 ans. Dans le Jura, de nombreux restes ont été mis au jour au fond de ces structures dans le cadre de fouilles liées à la construction de la Transjurane.

Le paysage régional est alors apparenté à une toundra-steppe arborée, qui n’a plus d’équivalent actuel, tout comme la mégafaune mammalienne qui le peuplait. Cette dernière, composée notamment de mammouths laineux (Mammuthus primigenius), de rhinocéros laineux (Coelodonta antiquitatis), de chevaux sauvages (Equus germanicus), de bisons des steppes (Bison priscus) et de grands cervidés (Megaloceros giganteus), était pourtant commune régionalement durant plusieurs interstades tempérés du Pléniglaciaire moyen, il y près de 40’000 ans.

Le fossile d'une dent de mammouth.
Le fossile d'une dent de mammouth. [Jurassica - DR]

Le mammouth appartient à la même famille que les éléphants actuels. Il est originaire d'Afrique et a gagné l’Europe il y a 2,5 millions d’années. Il vécut dans l’arc jurassien entre -100 000 et -15 000 ans avant de se retirer dans des zones restreintes, nommées refuges, par exemple dans le nord sibérien. Le réchauffement progressif de la planète, il y a 10 000 ans, est probablement la cause majeure de son extinction.

Mammuthus primigenius pouvait mesurer plus de 3 mètres au garrot et peser 4 à 6 tonnes. Une épaisse couche de graisse recouverte de très longs poils le protégeait du froid. Ses défenses, incisives surdimensionnées, atteignaient 4,5 mètres de long. Constituées de lamelles abrasives d’émail et remplacées à cinq reprises durant sa vie, ses grosses molaires lui permettaient de broyer et d’ingurgiter jusqu’à 300 kilos de végétaux par jour, essentiellement des graminées.

RTS Découverte en collaboration avec le JURASSICA Museum à Porrentruy

Publié le 30 mars 2016 à 11:16 - Modifié le 14 août 2018 à 16:24

En plus

Fiche descriptive

> Nom: Mammuthus primigenius
> Période: Pléistocène
> Âge: -40’000 ans
> Environnement: toundra-steppe herbacée, climat glaciaire
> Contexte de découverte: fouille d’une doline dans le cadre de la construction de l’autoroute A16 à
Courtedoux, dans le Jura suisse.

Lexique

> Karst: Le karst est une structure géomorphologique résultant de l’action de l’eau qui s’infiltre dans le sous-sol de certaines régions, générant une forme typique de paysage: les paysages karstiques. Cette eau va dans un premier temps dissoudre la roche (principalement les calcaires) puis, dans un second temps, redéposer cette matière dissoute en créant des formations caractéristiques.

> Dolines: Les dolines, ou emposieu en région jurassienne, sont caractéristiques des paysages karstiques. La dissolution des calcaires par les eaux de pluie ronge le sol du Jura et forme des dépressions circulaires mesurant de quelques mètres à plusieurs centaines de mètres.

> Toundra-steppe: Formation végétale sans analogue actuel, mais généralisée au cours de la dernière période glaciaire dans les latitudes moyennes d’Amérique du nord et d’Eurasie. Elle était adaptée à la fois à la rigueur des hivers (toundra) et à la sécheresse environnante, surtout celle des étés (steppe). La toundra-steppe est donc un environnement en mosaïque constitué de rocailles, de végétation basse tels que les mousses et les lichens, de hautes herbes, de buissons, d’arbustes nains et d’arbres épars. Les sols, plutôt humides et bien développés par endroit, sont secs et immatures sur les surfaces plus rocailleuses.