Modifié

Liga: en attendant le Real et le Barça, toujours la menace du coronavirus

Le Real Madrid tentera de remporter un deuxième championnat d'affiliée, performance plus réussie depuis 2007-2008. [EPA/Rodrigo Jimenez - Keystone]
Le Real Madrid tentera de remporter un deuxième championnat d'affiliée, performance plus réussie depuis 2007-2008. [EPA/Rodrigo Jimenez - Keystone]
Le Championnat d'Espagne reprend samedi sans les stars du Real Madrid et du FC Barcelone, mais la donne n'a pas vraiment changé avec des matches à huis clos et la crainte d'une deuxième vague de la pandémie.

En attendant le Barça toujours porté par Messi et le Real de Benzema, qui défendra son titre dès le 20 septembre, la Liga 2020-21 va débuter samedi dans l'anonymat du petit stade d'Eibar qui reçoit le Celta Vigo devant des tribunes vides au Pays basque.

Il faudra attendre le 20 septembre dans le stade de la Real Sociedad pour voir Zinédine Zidane et ses stars du Real Madrid de retour. Sacré champion d'Espagne pour la 34e fois de son histoire en juillet, le Rea, autour de ses piliers habituels (Ramos, Benzema, Kroos, Modric...) est favori à sa propre succession, malgré des renforts pour le moment encore inexistants, à moins d'un mois de la clôture du mercato estival.

Koeman pour relancer le Barça

Le Barça a bénéficié d'une semaine de pause supplémentaire après sa participation au "Final 8" et sa déroute face au Bayern Munich en quarts, et disputera son premier match de Liga le 26 ou 27 septembre contre Villarreal.

L'ogre catalan sort d'une période tourmentée avec les envies de départ de sa superstar argentine Lionel Messi. Le Barça, qui compte toujours dans son effectif (pour l'instant) Luis Suarez et Arturo Vidal, a tenté une révolution avec les arrivées de l'entraîneur néerlandais Ronald Koeman et du milieu de terrain bosnien Miralem Pjanic... et l'éclosion du très jeune Ansu Fati (17 ans).

afp/jfk

Publié Modifié

Un match d'ouverture qui se disputera dans un climat de crainte

Lundi, l'Espagne a dépassé la barre des 500'000 cas diagnostiqués et depuis le début de la pandémie, le pays de 47 millions d'habitants a recensé 525'549 cas, ce qui représente, rapporté à sa population, une proportion environ deux fois plus importante que celle de la France ou de l'Italie.

Et la Liga n'est pas épargnée: obligés de passer des tests PCR de détection avant de reprendre l'entraînement collectif en août, des joueurs ont été testés positif dans presque toutes les équipes du championnat.

Pour assurer une reprise en toute sécurité après la fin de saison post-confinement réussie entre juin et juillet, LaLiga, la ligue espagnole, a retouché son protocole de sécurité et a revu certaines de ses règles.

Chaque équipe devra par exemple aligner au minimum cinq joueurs de l'équipe première pour un match et ne pourra pas repousser plus d'une rencontre. Les membres du staff technique pourront aussi être remplacés, et les motifs de reprogrammation d'une rencontre ont eux aussi été aménagés.

Les clubs doivent aussi disposer d'un stade alternatif en dehors de leur région, au cas où leur stade serait fermé pour des cas de Covid-19.

Le tout, pour éviter une répétition de l'affaire Fuenlabrada, équipe de D2 espagnole qui avait voyagé à La Corogne avec une vingtaine de cas positifs pour la dernière journée de deuxième division fin juillet... un cas qui avait déclenché une série de tensions entre la fédération (RFEF), LaLiga et le secrétariat d'Etat aux Sports espagnol (CSD).