Modifié

Super League: "cela ne me sert à rien de garder des joueurs qui ne veulent pas faire d'efforts", explique Christian Constantin

Le président du FC Sion estime avoir agi dans son bon droit. [Salvatore Di Nolfi - Keystone]
Le président du FC Sion estime avoir agi dans son bon droit. [Salvatore Di Nolfi - Keystone]
Après la réplique dans les médias des joueurs du FC Sion remerciés pour ne pas avoir accepté le chômage technique, le président du club Christian Constantin a exposé sa vision de l'affaire dans Sport Première.

"En ce qui concerne la position des joueurs aujourd'hui, c'est du rattrapage quand on a fait une grande connerie. Mais cela ne change pas qu'ils ont refusé ce qu'on leur a proposé au début de la semaine", a expliqué Constantin avant de détailler le déroulé des événements.

"La fronde n'a pas tenu"

"Cela s'est passé de la manière suivante. Comme je savais que le chômage technique serait confirmé cette semaine, je leur ai posé la question 'Est-ce que vous acceptez le chômage technique, ce qui va vous amener finalement à 80% de votre salaire avec un plafond de 12'500 francs'. Comme on ne pouvait faire une réunion collective, on a fait une conférence vidéo mardi soir. Ceux qui n'avaient pas compris pouvaient y participer pour forcer la réponse."

"Evidemment, les plus anciens ont managé les réponses des plus jeunes et avaient l'idée en tête, déjà pour protéger leur contrat, de se mettre en masse pour refuser ce chômage technique", a poursuivi le président du FC Sion. "Comme tous mes joueurs ne sont pas des imbéciles, certains n'ont pas accepté [ndlr: de suivre les anciens]. La fronde n'a donc pas tenu."

Le président du FC Sion a donné sa version des faits samedi à Sport Première. [Keystone]
Christian Constantin: ''Le foot a l'habitude de marcher sur la tête et de perdre le sens des réalités'' / RTS Sport / 6 min. / le 22 mars 2020

"Leur salaire minimum sans rien faire c'est quasiment le salaire de deux infirmières"

"On est dans une situation de force majeure, on doit faire des propositions comme le chômage technique. Et si ce n'est pas accepté, on peut faire des résiliations pour juste motif. C'est ce que j'ai fait", a-t-il dit avant de tacler les concernés.

"A partir de là, cela ne me sert à rien de garder des joueurs qui ne veulent pas faire d'efforts au moment où tout le monde doit en faire. Quand je leur dis que leur salaire minimum sans rien faire c'est quasiment le salaire de deux infirmières qui travaillent d'arrache-pied pour sauver des vies aujourd'hui, il y a peut-être un peu de bon sens à avoir."

RTSsport

Publié Modifié

"Le football est un jeu et maintenant ce n'est pas le moment de jouer"

Interrogé sur la suite à donner à la saison, le président du FC Sion a répondu: "très objectivement, quand je vois le nombre de morts derrière les montagnes qui sont devant moi, je me rends bien compte que le foot devient futile. Et qu'on doit mettre toute notre énergie pour éviter des cataclysmes de ce type dans notre pays. Le football est un jeu et maintenant ce n'est pas le moment de jouer."