Le Bâlois, qui fêtera ses 36 ans le 8 août, s'impose pour la 8e fois sur le gazon de Church Road après 2003, 2004, 2005, 2006, 2007, 2009 et 2012. Sacré pour la première fois à Londres sans avoir perdu le moindre set, il est le 2e joueur de l'ère Open à s'adjuger au moins huit fois le même tournoi majeur après Rafael Nadal, qui a triomphé pour la 10e fois à Roland-Garros le mois dernier.

Joueur le plus âgé à conquérir le titre à Wimbledon au cours de l'ère Open (1968), Roger Federer a survolé les débats pour sa 11e finale sur l'herbe londonienne. Maric Cilic a fait illusion en tout début de match, se procurant même la première balle de break enregistrée au cours de cette partie, dans le quatrième jeu. Gêné par de grosses ampoules au pied gauche, le vainqueur de l'US Open 2014 a cependant très rapidement "surjoué", accumulant les fautes directes.

Federer en pleurs

Lâché par son service (49 % de premières balles passées seulement dans le set initial), Marin Cilic a fait appel une première fois au kiné alors que le tableau d'affichage indiquait 6-3 3-0 en sa défaveur, sans toutefois se faire soigner. En larmes sur sa chaise à ce changement de côté, le géant Croate (1m98) était quasi inoffensif à la reprise et concédait un 4e break dans cette partie pour se retrouver dos au mur à 6-3 6-1 et après seulement 61' de jeu.

Marin Cilic, dont les déboires n'enlèvent rien aux mérites de Roger Federer, se faisait finalement soigner à l'issue du 2e set. Sa résistance était d'ailleurs plus grande dans la 3e manche: il retrouvait sa première balle de service, et sauvait une première balle de break à 1-1. Mais il lâchait prise à 3-3, commettant quatre fautes (dont deux non provoquées) consécutives pour offrir le break décisif à son adversaire.


 

Roger Federer, qui grimpera à la 3e place mondiale grâce à son triomphe londonien, conservait sans trembler cet avantage. A 15h49 heure de Londres, avec des balles neuves, il pouvait servir pour le titre. Trois minutes plus tard, il armait un ace sur le "T" sur sa deuxième balle de match pour poursuivre son parcours de rêve en 2017 et écrire un nouveau chapitre de sa légende, avant de fondre en larmes sur sa chaise.

ats/savi

A lire aussi: Roger Federer: "c'est magique"

Le monde sportif salue le sacre de Federer

Roger Federer: "Je crois que vous auriez rigolé"