Modifié

L'invité: Marco Chiudinelli

A 28 ans, Marco Chiudinelli peut enfin démontrer son potentiel. [Keystone]
A 28 ans, Marco Chiudinelli peut enfin démontrer son potentiel. [Keystone]
Longtemps blessé, Marco Chiudinelli vit les meilleurs moments de sa carrière et va terminer l'année parmi le top-100 à l'ATP. Le no3 suisse s'est confié à tsrsport.ch avant de disputer les Swiss Indoors, chez lui à Bâle.

A 28 ans, Marco Chiudinelli réalise sa plus belle année sur le
circuit ATP. Victime de 2 blessures sérieuses qui l'ont freiné dans
sa progression, le Bâlois a enfin pu fêter son entrée dans le top
100 (71e) du classement mondial grâce, notamment, à une
qualification pour le 3e tour du dernier US Open. Même s'il reste
sur une défaite au 1er tour à Vienne, l'ancien junior du FC Bâle
espère briller, chez lui, lors des Swiss Indoors qui débutent
lundi. Pour tsrsport.ch, Marco Chiudinelli évoque sa traversée du
désert. Et parle aussi de ses ambitions, de son amitié avec Federer
et de la Coupe Davis. Interview.

"Je vise une place dans les 50 meilleurs"

Le médecin ne
m'avait donné que 80% de chances de rejouer

tsrsport.ch: Vous avez connu la plus belle
année de votre carrière en intégrant le top 100 (71e) alors que
vous pointiez à la 603e place en janvier. Jusqu'où comptez-vous
aller?


MARCO CHIUDINELLI: Dans un premier temps, il faut
que je conserve ma position. Il faut aussi regarder derrière, pas
seulement devant. Aux alentours de la 100e place tous les joueurs
se valent et la concurrence est rude. En priorité, je veux
conserver ma place dans le top 100 pour accéder directement aux
gros tournois sans passer par les qualifications. Si j'y parviens
je viserai alors une place au sein des 50 meilleurs joueurs.

tsrsport.ch: Stoppé 10 mois par une blessure
à une épaule en 2005, vous avez approché le top-100 en 2006 avant
de connaître un nouveau coup d'arrêt de 18 mois suite à une
opération à un genou en 2007. Avez-vous songé à tout
arrêter?


MARCO CHIUDINELLI: La première blessure n'était
pas si pénible à gérer. Je savais que je pourrais rejouer car
l'opération n'était pas trop lourde. J'ai profité de voir mes amis
et j'ai patienté. Le second arrêt a été plus dur moralement car le
médecin ne m'avait donné que 80% de chances de rejouer. J'avais
l'impression de perdre les plus belles années de ma carrière. La
famille et les amis m'ont beaucoup aidé. Mais 18 mois c'est très
long alors j'ai essayé de ne pas trop rester à la maison, de me
changer les idées. Je me suis ainsi fait opérer aux Etats-Unis et
j'ai effectué ma rééducation en Suisse et en Allemagne. J'ai aussi
profité de voyager un peu en suivant de temps en temps mon meilleur
ami Yves Allegro sur le circuit. J'ai ainsi pu garder le contact
avec les joueurs.

tsrsport.ch: Comment avez-vous réussi à
tourner financièrement?


MARCO CHIUDINELLI: Par chance, mon sponsor est
toujours resté derrière moi. Comme mes proches, il a toujours cru à
mon rétablissement et m'a redonné confiance en moi. L'argent n'a
jamais été un souci et j'ai ainsi pu préparer mon retour sans
m'inquiéter de savoir si je pouvais payer mon entraîneur ou mon
loyer.

tsrsport.ch: Les résultats obtenus cette
année ont dû garnir votre compte en banque. Vous vous offrez des
folies?


MARCO CHIUDINELLI: Non, pas du tout. Je suis
plutôt économe et je ne dépense pas d'argent pour des choses
inutiles. Après l'US Open (ndlr: il a touché un chèque de 48'000
dollars pour son accession au 3e tour) je me suis juste fait
plaisir en m'offrant des écouteurs à 400 dollars pour mon i-Pod. Et
je suis bien loin d'être millionnaire...

"J'ai réussi à stabiliser mon niveau ces derniers mois"

Chiudinelli en 2000 lors de sa première saison pro. Les cheveux longs ont disparu depuis.
tsrsport.ch: Vous avez battu des joueurs comme
Safin, Youzhny ou Karlovic mais vous venez de perdre face à Melzer
à Vienne. Vous manquez encore de régularité?


MARCO CHIUDINELLI: Je suis au contraire satisfait
car j'ai réussi à stabiliser mon niveau ces derniers mois. Les
matches de tennis se jouent à quelques points, quelques détails.
Face à Melzer, qui évoluait devant son public, je perds 7-6 7-6
mais le score peut très bien tourner en ma faveur. Un gars comme
lui, 35e mondial, a plus l'habitude que moi de jouer des matches de
ce niveau. A l'inverse, je pouvais tout aussi bien perdre à l'US
Open face à Youzhny mais je le bats sur deux ou trois échanges
clés. Il faut essayer de bien jouer tous les points parce que tu ne
sais pas lesquels seront décisifs au final. C'est ce que les
meilleurs joueurs savent mieux faire que les autres.

tsrsport.ch: Vous avez le même âge que Roger
Federer et vous vous connaissez depuis votre enfance. C'est un
ami?


MARCO CHIUDINELLI: Il fait toujours partie de mes
meilleurs amis même si on se voit évidemment beaucoup plus rarement
qu'avant. Plus jeunes, on habitait dans le même village, on
s'entraînait ensemble et on se voyait presque tous les jours.
Aujourd'hui, on reste en contact par téléphone et par sms. Mais il
est toujours disponible pour moi et me donne par exemple des
conseils tactiques lorsque je joue, comme à l'US Open, face aux
meilleurs joueurs du monde, que je n'ai pas l'habitude de
rencontrer.

tsrsport.ch: Que vous inspire son
palmarès?


MARCO CHIUDINELLI: C'est incroyable ce qu'il
fait. J'ai tout de suite pensé qu'il allait faire son chemin
tellement il était supérieur au niveau suisse à 14-15 ans. Mais ses
débuts internationaux chez les juniors ont été difficiles et, même
si je savais qu'il vivrait du tennis, je n'imaginais pas qu'il
deviendrait le meilleur joueur du monde. Je suis très heureux de sa
réussite.

tsrsport.ch: Vous l'aviez battu en
juniors?


MARCO CHIUDINELLI: Oui. La toute première fois.
Mais on avait joué seulement neuf jeux. Je l'ai ensuite encore
affronté six ou sept fois et je n'ai jamais gagné!

"Au foot, j'étais aussi fort que Federer"

En juniors, j'ai
battu Federer une seule fois. Mais c'était seulement sur neuf
jeux
tsrsport.ch: Junior au FC
Bâle vous avez aussi connu le Federer footballeur...


MARCO CHIUDINELLI: Oui. Comme il évoluait à
Concordia, l'autre club phare de la ville, nous nous sommes très
souvent retrouvés face à face. Je me souviens particulièrement de
deux finales de tournois en salle. Nous en avions gagné chacun une.
Au foot, j'étais aussi fort que lui... Puis, vers 12-13 ans, nous
avons opté pour le tennis. Comme lui, je reste un grand fan du FC
Bâle.

tsrsport.ch: Patty Schnyder, Roger Federer et
vous. Trois Bâlois de la même génération dans le top-100. C'est
explicable?


MARCO CHIUDINELLI: Non. C'est juste une
coïncidence. Et Federer, même s'il a aussi eu besoin de coaches à
ses débuts, est un tel phénomène qu'il serait devenu ce qu'il est
où qu'il soit né.

"Je ne me sens pas prêt à construire une famille"

Aux côtés de Wawrinka lors du double perdu face à l'Italie en Coupe Davis.
tsrsport.ch: Vous avez reçu une wild-card pour
les Swiss Indoors la semaine. Vous rêvez d'un duel 100% Bâlois dans
votre ville?


MARCO CHIUDINELLI: J'espère passer deux ou trois
tours et marquer encore des points ATP alors je ne pense pas que ce
soit une bonne chose de jouer contre Federer (rires). Et surtout
pas au 1er tour! Ce serait une belle expérience, mais, là, je
préfère un tirage plus clément.

tsrsport.ch: Federer est papa, Wawrinka est
sur le point de le devenir. Ca vous donne des idées?


MARCO CHIUDINELLI: Oh non! Même si j'ai le même
âge que Roger et que je suis plus vieux que Stan, je ne me sens pas
prêt à construire une famille. J'ai une copine mais c'est trop tôt
pour moi.

Propos recueillis par Gérald Golay

Publié Modifié

Gagner la Coupe Davis? Il faut que tout le monde soit là"

tsrsport.ch: Vous avez remporté, cet été à Gstaad, votre premier titre ATP, en double, avec Michael Lammer. Pourquoi ne jouez-vous pas avec Stanislas Wawrinka dans l'optique de la Coupe Davis?

MARCO CHIUDINELLI: Pour l'instant, je n'ai pas les points nécessaires en double pour entrer dans les grands tournois. Je reçois juste des wild-card pour disputer les épreuves en Suisse. Et, à Gstaad, Stan avait clairement annoncé qu'il voulait se concentrer uniquement sur le simple. C'est vrai qu'on n'a pas été bons ensemble contre l'Italie. Mais si je conserve mon classement je pourrai peut-être disputer à l'avenir quelques doubles dans les grands tournois. Et pourquoi pas avec Stan.

tsrsport.ch: Avec votre arrivée dans le top-100 et la présence de Federer et Wawrinka, la Suisse peut-elle viser le titre?

MARCO CHIUDINELLI: C'est clair. Mais il faut que tout le monde soit là. Je suis content d'être le no 3. Mais sans Roger ou Stan c'est impossible de gagner la Coupe Davis. Il faut aussi avoir un bon tirage et là pour l'année prochaine on n'a pas eu de chance (ndlr: la Suisse jouera le 1er tour en Espagne).

tsrsport.ch: L'ambiance a l'air au beau fixe dans l'équipe. C'est le cas?

MARCO CHIUDINELLI: On a toujours eu une super ambiance. Mais les joueurs ne viennent pas pour ça. Ils viennent pour autant que les dates correspondent à leur calendrier, à leurs objectifs.

tsrsport.ch: Ne pensez-vous pas que Federer devrait désormais faire de la Coupe Davis un objectif prioritaire?

MARCO CHIUDINELLI: C'est à lui seul de décider. Personne ne peut définir son programme à sa place. Et c'est pareil pour Stan. S'ils viennent c'est bien, mais s'ils renoncent on fera de notre mieux sans eux. Mais j'espère que tout le monde répondra présent en 2010.

Marco Chiudinelli express

Plat favori: les sushi.

Boisson préférée: coca-cola.

Film favori: "Il était une fois dans l'Ouest".

Lieu de vacances préféré: la Thaïlande.

Meilleur souvenir: ma victoire en 2007 contre Verdasco/ESP en Coupe Davis.

Pire souvenir: ma blessure au genou. Pour moi, c'était une catastrophe.

Principale qualité: l'honnêteté.

Principal défaut: mauvais perdant. Mais avec le job que je fais, je me suis amélioré avec l'âge (rires)...

Si vous n'aviez pas joué au tennis: je me destinais à faire des études d'économie mais je n'ai aucune idée du métier que j'aurais exercé.

Enfant, c'était qui votre idole? Michael Jordan. Ma chambre était pleine de posters et je possédais absolument tout à son effigie. J'étais aussi fan de Lendl, Maradona et Batistuta.

Joueur le plus sympa: les joueurs suisses en général.

Joueur le moins sympa: Koellerer/AUT. Et je ne suis pas le seul à le dire.

Carte de visite

Nom: Chiudinelli
Prénom: Marco
Né le: 10 septembre 1981 à Bâle
Domicile: Bâle
Taille: 188 cm
Poids: 79 kg
Débuts pros: 2000
Entraîneur: Jan de Witt
Classement ATP: 71e en simple, 124e en double
Titres en simple: 0
Titres en double: 1 (Gstaad 2009 avec Michael Lammer)