Modifié

"Victimes" du passeport biologique connues lundi

De nouveaux nuages planent sur la petite reine. [Reuters]
De nouveaux nuages planent sur la petite reine. [Reuters]
L'UCI va rendre publique lundi une liste de coureurs qui ont été confondus sur la base des résultats du passeport biologique. Mais il n'y aura pas de sanction comme dans le cas d'un contrôle antidopage positif.

Le président de l'Union cycliste internationale (UCI) Pat
McQuaid a annoncé l'ouverture de sanctions disciplinaires contre
plusieurs coureurs sur la base des résultats du passeport
biologique. Au cours d'une conférence de presse, McQuaid a déclaré
qu'un "certain nombre de coureurs" était concerné.

Pas de sanction pour les coureurs!

Il n'a pas révélé leur identité. "Ces coureurs seront
informés en début de semaine prochaine",
a-t-il dit. "Peu
après avoir informé les coureurs, nous informerons leurs équipes et
les fédérations nationales avant de faire un communiqué. Ce
communiqué contiendra les noms des coureurs."


Le passeport biologique de l'UCI permet de déceler les éventuelles
anomalies physiologiques liées à des pratiques dopantes dans le
profil des coureurs. McQuaid a ajouté que les sanctions
disciplinaires prises à la suite d'anomalies sur le passeport
biologique ne prévoyaient pas de suspension provisoire automatique
comme dans le cas d'un contrôle antidopage positif. "Ce sera
aux équipes de décider",
a-t-il dit.

Le Tour de France "l'épreuve la plus testée au monde"

L'Union cycliste internationale (UCI) et l'Agence française de
lutte contre le dopage (AFLD) ont conclu un accord pour la
réalisation des contrôles antidopage lors du Tour de France (4-26
juillet). Il prévoit un ciblage d'une cinquantaine de coureurs sur
des critères sportifs et sur des informations tirées des passeports
biologiques. "Par rapport au nombre de tests, de mon point de
vue il s'agira de l'épreuve la plus contrôlée dans l'histoire du
sport"
, a déclaré McQuaid.

Le jeudi précédant le départ de la course, qui se déroulera du 4
au 26 juillet, tous les coureurs engagés se feront prélever deux
échantillons sanguins. A chaque étape, entre 8 et 11 coureurs
seront sélectionnés, sur la base des résultats, du ciblage et du
tirage au sort. Des contrôles seront effectués le soir et le
matin.

«De notre point de vue, le Tour est une épreuve importante et
nous ferons tout pour protéger ses intérêts»,
a-t-il ajouté,
évoquant entre 300 et 400 contrôles antidopage. «Nous nous
réjouissons de cette collaboration. Le protocole d'accord permet
des contrôles aux entraînements avant l'épreuve et pendant le Tour
lui-même»,
a expliqué le patron de l'AFLD Pierre Bordry. Outre
les analyses traditionnelles (EPO Cera et stéroïdes notamment), des
tests auront également lieu pour détecter l'hormone de
croissance.

agences/alt

Publié Modifié

Affaire Valverde: l'UCI toujours dans l'attente

L'UCI a indiqué à Paris être toujours en attente du dossier du coureur espagnol Alejandro Valverde, interdit de compétition en Italie, pour décider d'une éventuelle extension géographique de cette sanction.

«On espère recevoir le dossier dans quelques jours. Dès qu'on l'a entre les mains, on l'étudie et dans la semaine qui suit on voit si on étend (la décision du Coni) au monde entier», a affirmé Pat McQuaid, président de l'UCI.

Le 11 mai, le Comité national olympique italien (Coni) avait décidé d'une interdiction pour deux ans de toute participation à une compétition sur le territoire italien de Valverde pour son implication dans l'affaire Puerto. Cette sanction concerne notamment le Tour de France dont un bout d'étape passera en Italie. Selon McQuaid, Valverde ne pourra participer au Tour de France que si le Tribunal arbitral du sport (TAS) casse cette décision du Coni.