Modifié

Rio 2016: "J'ai une petite chance de médaille à Rio", estime Nicole Büchler

Büchler avait bouclé les Mondiaux en salle  à Portland au 4e rang. [Steve Di Paola - Keystone]
Büchler avait bouclé les Mondiaux en salle à Portland au 4e rang. [Steve Di Paola - Keystone]
La perchiste Nicole Büchler connaît la meilleure saison de sa carrière. Ses performances auraient dû être couronnées aux Européens d'Amsterdam, mais une blessure a tout gâché. La Biennoise, qui a préféré se ménager pour les Jeux olympiques de Rio, crééra-t-elle la sensation au Brésil?

A 32 ans, Nicole Büchler connaît une consécration tardive et soudaine. Après avoir longtemps écumé les meetings sans faire de bruit, la Seelandaise fait désormais partie du gratin européen de la perche.

Pour preuve, son saut à 4m80 lors des Mondiaux en salle de Portland en mars, qui lui a valu le 4e rang. Mieux, elle a fini 2e du meeting Ligue de diamant à Doha début mai, en franchissant une barre à 4m78. Il s'agissait tout simplement de la meilleure marque suisse de tous les temps en plein air.

Malheureusement forfait sur blessure pour les récents Européens, Büchler a les moyens, en s'appuyant sur la meilleure saison de sa carrière, de bousculer les meilleures aux JO de Rio.

"Difficile d'avoir dû renoncer aux Européens"

RTSsport.ch: Vous n'avez pas eu de chance avec cette blessure à une cuisse...

NICOLE BÜCHLER:Ce n'était pas une grosse blessure, mais elle est survenue au mauvais moment. Je ne suis pas encore à 100%, mais je vais bientôt pouvoir sauter à nouveau.

RTSsport.ch: Vous serez donc prête pour Rio?

NICOLE BÜCHLER: Oui, si j'ai préféré renoncer aux Européens, c'est uniquement pour être en pleine possession de mes moyens aux Jeux olympiques. 

RTSsport.ch:Tout de même, avoir dû renoncer aux récents Européens à Amsterdam a sûrement été un crève-coeur pour vous...

NICOLE BÜCHLER: Oui, cela a été très difficile. D'autant plus que pour la première fois, j'avais de bonnes chances de médaille dans une grande compétition. Mais je n'étais pas en pleine forme. Donc, si j'avais participé quand même tout en faisant une contre-performance, cela aurait été dommageable pour ma confiance en vue des JO.

"Tout dépendra de la présence d'Isinbayeva"

RTSsport.ch:Quel but vous fixez-vous à Rio?

NICOLE BÜCHLER: Je donnerai le meilleur de moi-même, et on verra ce qui en ressortira. J'ai une petite chance de ramener une médaille. Il y a 6 favorites, le concours sera ouvert comme jamais. La meilleure cette saison (réd: la Brésilienne Fabiana Murer) a sauté 4m87. Mon meilleur résultat est 4m78. Mais tout dépendra aussi de la présence de Yelena Isinbayeva (réd: celle-ci a déposé une demande de repêchage auprès de la Fédération internationale suite aux affaires de dopage impliquant la Russie).

RTSsport.ch: Que représentent les JO pour vous?

NICOLE BÜCHLER: Ils ont une grande signification pour moi. Mais je suis dans un autre état d'esprit désormais. A Londres, j'étais juste heureuse d'être de la partie. Pour Rio, j'aurais vraiment été déçue de ne pas me qualifier, avec un minimum fixé à 4m50.

RTSsport.ch:Vos propres attentes ont évolué, tout comme celles du public. Vous êtes désormais plus visible dans les médias.

NICOLE BÜCHLER:Oui. Avant, dans les journaux, il n'y avait rien ou presque me concernant. Il y a 4 ans, lors des JO de Londres, j'étais "invisible". Mais je ne dois pas trop penser aux médias, je dois me concentrer sur mes objectifs.

"Je me vois continuer encore une ou deux années"

RTSsport.ch: Jusqu'ici, vous n'avez que peu brillé lors des grands rendez-vous. Est-ce uniquement de la malchance?

NICOLE BÜCHLER: Renaud Lavillenie a fait un "zéro" (réd: le champion olympique en titre français n'a franchi aucune barre) aux Européens. C'est aussi déjà arrivé à des stars comme Isinbayeva ou Sergeï Bubka. Ca fait partie de notre sport: parfois tout marche comme sur des roulettes, parfois rien ne va. Mais j'ai tout de même fini 4e des Mondiaux en salle à Portland.

RTSsport.ch: Ces JO de Rio seront-ils vos troisièmes et derniers Jeux?

NICOLE BÜCHLER: Il y a 4 ans, je m'étais dit "encore 4 ans et ensuite stop". Mais, alors que je vis ma meilleure saison, ce serait dommage d'arrêter maintenant. Je me vois encore continuer une ou deux années.

RTSsport.ch: Comment expliquez-vous vos brillantes performances de cette année?

NICOLE BÜCHLER: Il y a plusieurs raisons. J'ai changé de technique l'année dernière. Je mets davantage de pression sur la perche avec mon bras gauche. Je travaille aussi avec un psychologue depuis l'automne dernier. Et mon mari me coache depuis avril 2015.

RTSsport.ch:Votre mari, l'Américain Mitch Greeley, qui est aussi perchiste, vous aide donc beaucoup.

NICOLE BÜCHLER: Oui. Il s'occupe surtout de ma technique. Mais c'est un travail d'équipe, il n'y a pas de hiérarchie entre nous. Il est actuellement blessé, sa saison est terminée. Il s'est naturalisé et représentera la Suisse à l'avenir.

Propos recueillis par Michaël Taillard

Publié Modifié