Rencontre avec sept des volcans les plus surveillés au monde

Grand Format Volcans

Reuters - Iceland Civil Protection

Introduction

En Islande, en Italie, aux Philippines, au Japon... Les volcans sont nombreux sur Terre et la civilisation n'en est jamais très loin. L'activité sismique des plus dangereux d'entre eux est particulièrement scrutée afin de protéger les populations en cas d'éruption imminente. Le point sur quelques-uns des volcans les plus surveillés au monde.

Chapitre 1
Plus de 1300 volcans potentiellement actifs

/Irfan Sumanjaya / reuters - Antara Foto

Selon la United States Geological Survey (USGS), l'agence scientifique américaine qui fait référence en la matière, environ 1350 volcans répartis sur la surface du globe seraient potentiellement actifs. L'Indonésie, le Japon et les Etats-Unis sont les trois pays à compter le plus de volcans actifs depuis 1960.

Il y a en permanence entre 40 et 50 volcans en éruption dans le monde. Rien que depuis le début de l'année 2024, des volcans situés en Islande, en Indonésie, au Vanuatu et aux Etats-Unis sont entrés en éruption. D'autres, au Japon et au Mexique par exemple, le sont en continu.

Actif, en sommeil ou éteint

"Actif" signifie que le volcan est entré en éruption au cours des 10'000 dernières années. Les volcans peuvent aussi être classés comme "ceux qui dorment" et "éteints" ou "ceux qui n’ont pas montré de signe d’activité depuis 10'000 ans".

Pour autant, cela ne signifie pas qu'ils ne se réveilleront jamais et ne représentent aucun danger, prévient une étude publiée dans la revue Contributions to Mineralogy and Petrology.

C'est par exemple le cas du volcan Ciomadul, au centre-est de la Roumanie, dans la région des Carpathes. Sa dernière éruption, qui remonte à environ 30'000 ans, le classe dans les volcans officiellement éteints, soit lorsque la dernière éruption date d'il y a au moins 10'000 ans.

Toutefois, les sources chaudes, les émissions de gaz et le gradient géothermique élevé qui en émanent posent la question de l'état réel du volcan. Par le passé, le volcan Ciomadul a eu de longues périodes de sommeil, de plusieurs dizaines de milliers d'années à plus de 100'000 ans. Mais il a toujours fini par se réveiller. Une violente éruption explosive s'est ainsi produite il y a 56'000 ans, après une période calme d'environ 32'000 ans.

Chapitre 2
Les volcans de la baie de Naples, en Italie

afp - Alberto Pizzoli

L'Italie ne compte que deux volcans actifs depuis 1960 (l'Etna, en Sicile, et le Stromboli, sur l'île du même nom située dans les îles Éoliennes, au nord de la Sicile) et six depuis 1800. En tout, 13 volcans sont connus dans le pays. Deux autres retiennent particulièrement l'attention des volcanologues: les champs Phlégréens et le Vésuve.

L'Etna et le Stromboli provoquent, eux, souvent des perturbations et ils sont donc sous surveillance constante.

>> Lire : L'aéroport sicilien de Catane fermé après une éruption de l'Etna

Les champs Phlégréens

Le volcan de la Solfatara, l'un des 40 volcans encore actifs dans les champs Phlégréens (Campi Flegrei en italien), est particulièrement scruté. La région volcanique est située à moins de dix kilomètres de Naples, au sud-ouest de l'Italie, et a provoqué de nombreuses fortes secousses en octobre 2023. Le supervolcan de la Solfatara est en effet beaucoup plus actif que la normale.

Les champs Phlégréens, qui s'étendent sur un périmètre de 15 km sur 12, sont une caldeira formée par deux importantes éruptions: l'une il y a environ 40'000 ans et l'autre il y a environ 14'000 ans. L'éruption la plus récente a eu lieu le 29 septembre 1538 et a donné naissance au Monte Nuovo, un monticule de cendres et de ponces de 130 mètres de hauteur.

Plus de trois millions de personnes à risque

La ville de Pouzzoles est située au centre des champs Phlégréens et compte environ 80'000 habitants. La vieille ville a déjà dû être évacuée à cause de l'activité sismique de la Solfatara. Entre 1982 et 1984, un bradyséisme provoqua l'élévation du sol de 1,87 mètre.

Des ruines antiques ont été découvertes après le soulèvement du sol de Pouzzoles, comme ce temple romain ici. [Creative Commons / Wikimedia - Ferdinando Marfella]

>> Lire aussi : Secousses sismiques, simulation d'évacuation: l'inquiétude croît vers le supervolcan de Naples

Plus de trois millions de personnes seraient exposées en cas d'éruption de l'un de ces volcans, selon le volcanologue Giuseppe Mastrolorenzo. Mais le plan d'évacuation en vigueur comporte de nombreuses lacunes, déplorent les habitantes et habitants.

>> Voir le reportage du 19h30 du 23 octobre 2023 :

Les lacunes dans le plan d’évacuation de la population vivant près du volcan des champs Phlégréens inquiètent les spécialistes après les fortes secousses sismiques subies
19h30 - Publié le 23 octobre 2023

Le Vésuve

Situé de l'autre côté de Naples, à l'est, le Vésuve est l'autre volcan dont l'activité sismique fait peur aux habitants. Il culmine à 1281 mètres et est célèbre pour avoir enseveli les villes de Pompéi, Herculanum, Oplontis et Stabies lors d'une éruption en 79 après Jésus-Christ. Les historiens estiment entre 3000 et 20'000 le nombre de personnes ayant péri à cette occasion.

Des ruines sur le site archéologique d'Herculanum. [RTS - Julie Marty]
Le village détruit d'Herculanum en Italie. [RTS - Julie Marty]

Sa dernière éruption date de 1944.

Le Vésuve domine la baie de Naples. [Reuters - Tony Gentile]

>> Sur le sujet, lire : Les dernières heures de Pompéi comme si vous y étiez

Chapitre 3
Le Pinatubo, aux Philippines

Hemis via afp - Bourseiller Philippe

Les Philippines comptent 38 volcans, dont 15 sont actifs depuis 1800 et six depuis 1960. Le Pinatubo est situé à l'ouest de l'île de Luçon, à moins de 100 kilomètres de Manille, la capitale du pays.

Bien que considéré comme éteint et qu'il soit recouvert d'une forêt tropicale abritant des milliers d'habitants, il inquiète les volcanologues. Il s'est en effet réveillé le 2 avril 1991, alors qu'il était en sommeil depuis 500 ans.

Près de 1000 morts

Cette éruption a duré jusqu'en août 1991, mais le 15 juin est la date la plus marquante. Elle a été l'une des éruptions les plus importantes du XXe siècle à l'échelle du globe, mais l'une des plus petites dans l'histoire du volcan. Elle est notamment à l'origine d'un refroidissement planétaire d'environ 0,8 degré pendant un à deux ans, sans parler des conséquences pour la population qui y vivait, les animaux, la forêt tropicale, les villes et zones agricoles autour, et des dégâts matériels. Au moins 875 personnes ont péri. Les effets de l'éruption ont été tels que 2,1 millions de personnes ont été touchées, 8000 maisons complètement détruites et 73'000 endommagées.

Ce stratovolcan a perdu 250 mètres de hauteur dans l'éruption de 1991 et un grand lac de cratère de 2,5 kilomètres de diamètre s'est formé au fond de la caldeira.

Les premiers signes d'une éruption remontent au 16 juillet 1990, marqué par un tremblement de terre de magnitude 7,8 sur l'échelle de Richter qui a provoqué la mort de 1450 personnes. Dès mars de l'année suivante, les secousses se sont succédé, laissant clairement comprendre que le volcan allait se réveiller. Plusieurs milliers de personnes ont été évacuées entre avril et juin 1991, dont 60'000 lors de la dernière phase d'évacuation.

Avant l'éruption, le Pinatubo était une montagne paisible qui culminait à 1745 mètres. Aujourd'hui, plus de 500'000 personnes vivent dans les 40 kilomètres autour, contre environ 370'000 en 1991.

Chapitre 4
Le Popocatepetl, près de Mexico City, au Mexique

Reuters - Claudia Daut

Le Mexique compte 38 volcans, dont 9 actifs depuis 1800 et cinq depuis 1960. Le Popocatepetl est en activité depuis janvier 2005. Trente-sept éruptions se sont produites depuis 1345.

Le volcan est situé à 70 kilomètres au sud de la capitale Mexico (plus de 9 millions d'habitants) et à 45 kilomètres à l'est de Puebla, la capitale de l'Etat du même nom et où vivent plus de 3 millions de personnes. Il culmine à 5426 mètres d'altitude.

Son éruption la plus célèbre a provoqué la mort de 18 personnes et l'évacuation de 75'000 autres. Ce 22 décembre 1994, une pluie de cendres s'est abattue sur Mexico City.

Des risques majeurs

L'éruption toujours en cours est marquée par plusieurs vagues d'activité, dont la dernière en date, le 9 janvier 2020, a propulsé un épais nuage de cendres à plus de 8000 mètres d'altitude. Avant cela, le trafic aérien avait été perturbé et le niveau d'alerte volcanique relevé.

>> Sur le sujet, lire : Au Mexique, le volcan Popocatépetl crache ses cendres sur les villages alentour

Ses éruptions sont faiblement explosives mais menacent la vie de plusieurs dizaines de millions d'habitants. Les conséquences d'une éruption pourraient être dramatiques pour l'environnement aux alentours, car elle pourrait provoquer la fonte des glaciers situés au sommet du volcan et donc d'importantes avalanches et coulées de boue.

>> Pour aller plus loin sur le sujet des volcans, lire : Il est désormais possible de prévoir la prochaine super-éruption d'un volcan

Chapitre 5
Le Merapi, sur l'île de Java, en Indonésie

Reuters - STR New

L'Indonésie compte environ 500 volcans, dont 130 sont actifs. C'est le pays qui en abrite le plus.

Le Merapi est l'un des volcans les plus célèbres et, à ce jour, le plus meurtrier du XXIe siècle. Son éruption, qui s'est étendue du 25 octobre 2010 au 9 février 2011, a fait plus de 350 morts et délocalisé plus de 300'000 personnes. En 1672, 3000 personnes avaient perdu la vie dans une éruption du Merapi.

Sa dernière éruption date de mai 2023: il a alors craché de la lave en fusion et des cendres à deux kilomètres à la ronde, selon les autorités. Il ne faut toutefois pas confondre le Merapi avec le Marapi, aussi situé en Indonésie, mais sur l'île de Sumatra. Il est, lui, entré en éruption en décembre 2023, piégeant une dizaine de randonneurs.

Entre 1548 et 2010, le Merapi est entré en éruption explosive 49 fois. Il est donc considéré comme le plus actif d'Indonésie et le plus meurtrier. Les volcanologues le surveillent en permanence.

Très dangereux pour l'Indonésie

Ce stratovolcan est situé sur l'île de Java, dans la ceinture de feu du Pacifique, et culmine à plus de 2900 mètres d'altitude. Il est situé dans l'une des zones les plus densément peuplées d'Indonésie et la ville de Yogyakarta, dont l'agglomération regroupe quelque 4 millions habitants, est située à 25 kilomètres.

Ses pentes sont recouvertes de cultures, un risque pour les nombreux paysans qui y travaillent. Certaines y sont tellement hautes qu'elles peuvent être touchées par les nuées ardentes provoquées par le Merapi. Entre 2000 et 2010, 118 personnes y ont ainsi perdu la vie.

La ceinture de feu du Pacifique désigne l'alignement de volcans qui borde l'océan Pacifique. Elle compte 452 volcans, soit 75% des volcans émergés du globe.

Chapitre 6
Le Sakurajima, au sud du Japon

Reuters - Kyodo

Le Japon compte 40 volcans actifs depuis 1960, ce qui le place en deuxième position du classement des pays qui en comptent le plus. Il est placé sur la ceinture de feu du Pacifique. Son volcan le plus dangereux est le Sakurajima.

Ce volcan explosif de 1117 mètres de hauteur est très actif et ses éruptions sont très dangereuses. Sa lave et ses nuées ardentes pourraient avoir des conséquences sur la ville de Kagoshima et ses 600'000 habitants, qui est située à huit kilomètres à vol d'oiseau.

Exercice d'évacuation annuel

Le Sakurajima a cessé d'être une île lors de l'éruption du 11 janvier 1914 pendant laquelle la lave a comblé le détroit qui la séparait de l'île de Kyushu, au sud du pays. Le volcan dormait depuis un siècle et a tué 58 personnes. L'île de 22'000 habitants est évacuée après de nombreuses secousses. Il s'agit de son éruption la plus meurtrière.

Depuis, chaque année, la population est soumise à un entraînement d'évacuation en cas d'éruption imminente. Son éruption la plus récente s'est produite en juillet 2022, mais il y en a eu plusieurs depuis 1914.

>> Relire : Alerte maximale au Japon après l'éruption d'un volcan dans le sud du pays

Nouvelle île

Au large de Tokyo, l'éruption d'un volcan sous-marin a craché tant de lave qu'une île est apparue. L'événement s'est passé en novembre 2023, près de l'île de Niijima, elle-même née d'une éruption en novembre 2013. La nouvelle île mesure une centaine de mètres de long et ne porte pour l'instant pas de nom.

Une île est née après l'éruption de ce volcan sous-marin. [The Yomiuri Shimbun via afp - Manabu Kato]

Chapitre 7
Le Mont Saint Helens aux Etats-Unis

REUTERS - Reuters Photographer

Les Etats-Unis sont le troisième pays avec le plus de volcans actifs depuis 1960: il y en a 39.

Le volcan le plus dangereux est le Mont Saint Helens, dans l'Etat de Washington, au nord-ouest du pays, entre les villes de Portland et Seattle. Il est situé dans la chaîne des Cascades et l'arc volcanique des Cascades, un tronçon de la ceinture du feu du Pacifique. Explosif, il est aussi connu pour relâcher des nuées ardentes et des cendres volcaniques.

Eruption meurtrière

Lors de sa plus grosse éruption, le 18 mai 1980, 57 personnes ont perdu la vie, 250 maisons ont été détruites et des centaines d'hectares de forêts sont partis en fumée. Depuis, il ne mesure plus que 2540 mètres, contre 2950 avant l'éruption. Le volcan était en sommeil depuis 1842.

Le 20 mars 1980, le volcan fut le théâtre d'un tremblement de terre d'une magnitude 4,2 sur l'échelle de Richter, puis d'un autre de magnitude 5,1 le 18 mai. La coulée de lave qui s'est formée a recouvert 600 km2 de végétation et d'habitations et la déflagration a été ressentie jusqu'en Californie, située à 300 km de là. 

Sa dernière éruption date du 12 avril 2010, dégageant des fumées à forte teneur en sulfure d'hydrogène.

La prochaine éruption du Mont Saint Helens sera probablement plus explosive que celle de 1980, selon les scientifiques. Cela est dû à la configuration actuelle du dôme de lave dans le cratère qui implique une pression bien supérieure et donc un potentiel de destruction plus élevé. Ils estiment que les cendres volcaniques pourraient s'étendre sur une superficie de 100'000 km2.

Inquiétudes autour du Yellowstone

Un autre volcan est très connu aux Etats-Unis. Il s'agit du Yellowstone, situé dans le Yellowstone National Park, au nord-ouest du pays.

Ce volcan endormi inquiète les scientifiques car le magma présent à l'intérieur se reproduit plus vite que les premières estimations. Une fois le "réservoir" du volcan rempli, il pourrait donner lieu à une éruption gigantesque. Un séisme de magnitude 4,8 a été ressenti sur le site le 30 mars 2014, soit le plus fort tremblement de terre sur le site depuis 1980. En juin 2022, de fortes précipitations ont provoqué d’importantes inondations, des glissements de terrain et des coulées de boue dans le parc national.

La caldeira n'a été découverte que dans les années 1960, les fumerolles ayant été comprises comme un effet visible d'une activité géothermique. Ce volcan est donc l'un des plus surveillés au monde.

Le Yellowstone pourrait bientôt se réveiller. [afp - Mint Images]

Chapitre 8
Le Katla, au sud de l'Islande

NurPhoto via afp - Patrick Gorski

L'Islande compte environ 130 volcans, répartis sur tout le territoire, sauf dans les Westfjords, au nord-ouest, dont 9 actifs depuis 1960. Le pays fait face à une éruption majeure tous les cinq ans en moyenne.

Le Katla, au sud, est considéré comme le plus dangereux du pays car ses éruptions pourraient causer d'importants dégâts. Les scientifiques s'attendent à ce qu'il se réveille bientôt car il a montré des signes de vie ces dernières années. De plus, il est censé éclater tous les 60 à 80 ans et sa dernière éruption date de 1918. La côte sud de l’Islande s’est même étendue de 5 km à cause des dépôts des lahars qui ont suivi. On raconte qu’un iceberg de la taille de six maisons fut retrouvé flottant sur la mer à cause de l'événement.

Du haut de ses 1512 mètres d'altitude, ce volcan peut cracher jusqu’à 700 millions de mètres cubes de cendres. Cela provoquerait des nuages de près de 25 km de hauteur. Autre conséquence, les inondations dans les villages voisins. En cas d'éruption, toute la calotte glaciaire dont il est recouvert fondrait et coulerait jusqu'à l'océan, emportant avec elle un flot de boue et de cailloux.

Eruptions chaotiques

Un autre volcan est particulièrement scruté: l'Eyjafjöll (ou Eyjafjallajökull, du nom de la calotte glaciaire qui le recouvre). Situé à 20 km à l'est du Katla, il est relié à ce dernier par un réseau de canaux de magma. Cela signifie qu'en cas d'éruption de l'un, l'autre pourrait suivre. Lors de la dernière éruption de l'Eyjafjöll entre le 20 mars et le 27 octobre 2010, les scientifiques ont eu peur que ça ne se produise. Mais il n'en a rien été.

L'éruption de l'Eyjafjöll en 2010 a été sa plus importante. [Biosphoto via afp - Juan-Carlos Munoz]

Ce stratovolcan avait semé le chaos en Europe avec la fermeture de l'espace aérien total ou partiel de ces pays à cause des nuages de cendres qui s'étendaient au-delà des frontières de l'Islande.  Les premiers avaient été la Belgique, la Norvège, le Danemark, l'Irlande et le Royaume-Uni et le lendemain, la majorité des pays allant de la France à la Russie avaient suivi. Quelque 100'000 vols avaient été annulés.

La pire éruption que l'Islande a connue s'appelle "Skaftáreldar" et a eu lieu entre 1783 et 1784. Le volcan Laki est entré en éruption pendant huit mois et a déversé lave et nuages de gaz toxiques, tuant plus de 50% du cheptel islandais et environ 25% de la population de l'île à l'époque à cause de la famine qu'il a causée.

La fissure du volcan Laki en 2009. [Wikimedia Commons - Chmee2/Valtameri]

Cet événement fait partie des plus importantes éruptions laviques du dernier millénaire et a eu des conséquences météorologiques sur toute l'Europe. Le Royaume-Uni a souffert des pluies de cendres, au point que l'été de 1783 soit connu comme "l'été de sable". Il est estimé que plus de 20'000 Britanniques ont ainsi péri. Les hivers qui ont suivi l'éruption du Laki ont été très rigoureux. A Paris, la Seine aurait même gelé pendant huit jours au mois de février 1784, phénomène rare, et à Charleston, aux Etats-Unis, il était possible de faire du patin à glace dans le port.

Troisième éruption en deux mois à Grindavik

L'éruption la plus récente en Islande remonte à ce jeudi dans la péninsule de Reykjanes (sud-ouest), au nord de la petite ville de Grindavik de 4000 habitants, qui avaient été évacués par précaution le 11 novembre 2023. Il s'agit de la troisième éruption du volcan Fagradalsfjall depuis le 18 décembre.

>> Les images de l'éruption :

En Islande, la région de Grindavik fait face depuis trois jours à une nouvelle éruption volcanique avec une importante coulée de lave.
12h45 - Publié le 10 février 2024

>> Reportage à Grindavik, où les habitants sont confrontés à une nouvelle éruption :

La lave se répand près de la route de Grindavík, en Islande, le 8 février 2024. [Keystone - AP Photo /Marco Di Marco]Keystone - AP Photo /Marco Di Marco
La Matinale - Publié le 9 février 2024

>> Pour en savoir plus, lire : Nouvelle éruption en Islande: à Grindavik on vit désormais au rythme du volcan Fagradalsfjall