Publié Modifié

L'UNRWA à nouveau sous le feu des critiques après la découverte d'un tunnel du Hamas sous son siège à Gaza

- L'UNRWA, l'agence de l'ONU pour les réfugiés palestiniens, est à nouveau sous le feu des critiques après la découverte d'un tunnel du Hamas sous son siège dans la ville de Gaza. L'armée israélienne affirme que des installations de pointe s'y trouvaient et accuse l'agence d'être totalement infiltrée par le mouvement islamiste.

- Le patron de l'UNRWA Philippe Lazzarini assure que l’organisation n’a pas connaissance de ce qui se trouve sous son siège et que le personnel a quitté ce bâtiment le 12 octobre. L'Etat hébreu exige toutefois sa démission.

- La possibilité d'une offensive terrestre israélienne d'envergure sur la ville de Rafah, au sud de la bande de Gaza, continue d'inquiéter. Le Hamas a averti qu'elle pourrait se muer en massacre avec possiblement des dizaines de milliers de morts et qu'elle menacerait les négociations sur la libération des otages détenus dans le territoire. A l'étranger, plusieurs pays, dont la Suisse, ont mis en garde contre une "catastrophe humanitaire".

- Le Hamas a annoncé un nouveau bilan de 28'176 personnes tuées, en majorité des femmes, enfants et adolescents, dans la bande de Gaza depuis le début de la guerre.

22h10

Deux attaques au couteau à Jérusalem et en Cisjordanie, les deux assaillants tués

Deux attaques au couteau contre la police et l'armée israéliennes ont eu lieu dimanche soir à Jérusalem et en Cisjordanie occupée.

Peu après 21h00 dans la Vieille ville de Jérusalem-Est, un homme est arrivé près d'un barrage de police, s'est approché de policiers et "a soudainement sorti un couteau et tenté de les poignarder", a indiqué un porte-parole de la police israélienne dans un message à la presse.

Les policiers ont "réagi rapidement" et "neutralisé le terroriste en tirant", a-t-il ajouté, précisant qu'il "n'y a aucune victime parmi les forces" de l'ordre mais qu'"un passant a été légèrement blessé à la jambe". Il a été touché par un éclat de balle, ont précisé les services de secours. A peu près au même moment à Hussan, un village de Cisjordanie occupée situé à 10 kilomètres de Jérusalem, un autre assaillant "a tenté de poignarder un soldat" israélien déployé sur un barrage routier et a été "neutralisé" par les soldats, a indiqué l'armée dans un message à la presse.

20h35

Des appels à ne pas lancer une offensive à Rafah, y compris en Israël

Au Proche-Orient, la pression internationale est maximale sur Israël pour éviter une catastrophe humanitaire à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, où près d'un million de Palestiniens ont trouvé un ultime refuge.

Malgré les appels à éviter un massacre dans cette ville, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu persiste à vouloir y mener une vaste offensive militaire. Il assure que l’armée va auparavant évacuer les civils de la zone. Mais pour aller où? Plus au sud, l'Egypte refuse d'ouvrir ses frontières pour évacuer les civils palestiniens. 

L'opération de l'armée israélienne suscite l'indignation internationale, mais aussi à Tel Aviv, où des manifestations sont organisées pour dénoncer la politique du Premier ministre.

"Il est clair que Netanyahu fait traîner la guerre en longueur, il n'a aucune idée de ce qu'il faut faire le lendemain. Il se contente de dire non, non et des mots vides de sens et n'a pas d'autre solution que la solution militaire", déplore un manifestant interrogé dans le 19h30

>> Les explications du 19h30 :

Alors que l’armée israélienne a entamé son offensive militaire dans le sud de la bande de Gaza, l'UNRWA est à nouveau sous le feu des critiques israéliennes.
Alors que l’armée israélienne a entamé son offensive militaire dans le sud de la bande de Gaza, l'UNRWA est à nouveau sous le feu des critiques israéliennes. / 19h30 / 2 min. / le 11 février 2024

19h55

Le patron de l'UNRWA en quête de soutien européen

Israël a formulé de nouvelles accusations graves contre l’UNRWA, l'agence onusienne pour les réfugiés palestiniens. L'armée et la sécurité intérieure israéliennes ont affirmé, photos et vidéos à l'appui, avoir découvert dans la ville de Gaza un immense tunnel du Hamas qui mène notamment à un centre informatique du groupe armé situé exactement en dessous du siège de l'UNRWA.

A la suite de ces déclarations, le commissaire général de l'agence, le Suisse Philippe Lazzarini, s'est exprimé sur X pour nier toute complicité avec le Hamas et affirmer que l'agence n'avait aucune idée de ce qui se trouvait sous ses installations.

Alors qu'Israël demande sa démission, Philippe Lazzarini entame lundi une tournée européenne pour trouver des soutiens. Il sera lundi à Bruxelles afin de plaider la cause de l'agence auprès des Etats de l'Union européenne, alors que les avis sont contrastés au sein de l'union. Certains pays ont même déjà suspendu leur contribution à l'UNRWA dans l'attente des résultats d'une enquête indépendante sur les accusations israéliennes visant 12 collaborateurs qui auraient pris part aux massacres du 7 octobre sur sol israélien.

Philippe Lazzarini sera ensuite à Genève mardi.

>> Les précisions de Forum :

Israël demande la démission du directeur de l’UNRWA accusé de "collaborer avec le Hamas" (vidéo)
Israël demande la démission du directeur de l’UNRWA accusé de "collaborer avec le Hamas" (vidéo) / Forum / 2 min. / le 11 février 2024

19h10

Biden demande à Netanyahu un "plan" pour "garantir la sécurité" de la population à Rafah

Lors d'un échange téléphonique avec le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, le président américain Joe Biden "a réaffirmé son opinion selon laquelle une opération militaire à Rafah ne devrait pas avoir lieu sans plan crédible et réalisable afin de garantir la sécurité (...) des plus d'un million de personnes s'y réfugiant", a rapporté l'exécutif américain dans un communiqué.

16h50

Benjamin Netanyahu promet aux civils de Rafah une évacuation "sécurisée"

Le Premier ministre israélien a affirmé que l'armée israélienne assurerait un "passage sécurisé" avant l'assaut prévu sur la ville de Rafah, dans la bande de Gaza, lors d'un entretien à une chaîne américaine diffusé dimanche. "La victoire est à portée de main. Nous allons le faire. Nous allons prendre les derniers bataillons terroristes du Hamas et Rafah, qui est le dernier bastion", a déclaré Benjamin Netanyahu sur la chaîne ABC News.

"Nous allons le faire (...) tout en assurant un passage sécurisé à la population civile pour qu'elle puisse quitter" les lieux, a-t-il affirmé. "Nous mettons au point un dispositif détaillé pour y parvenir", a-t-il ajouté, "nous n'abordons pas cela avec désinvolture".

Zones sécurisées

Benjamin Netanyahu a répondu aux critiques s'inquiétant du sort des civils en cas d'offensive sur Rafah: "ceux qui disent qu'il ne faut absolument pas entrer dans Rafah sont en réalité en train de nous dire qu'il faut perdre la guerre, et laisser le Hamas sur place".

Il a mentionné les zones au nord de Rafah qui ont été dégagées et pourraient être utilisées comme zones sécurisées pour les civils, selon lui.

15h10

Des milliers d'Iraniens défilent aux cris de "Mort à Israël"

Des centaines de milliers de personnes ont défilé dimanche à Téhéran et dans plusieurs villes d'Iran aux cris de "Mort à Israël" à l'occasion des célébrations du 45e anniversaire de la Révolution islamique.

Le président iranien Ebrahim Raïssi, dans une allocution télévisée, a accusé les Etats-Unis, alliés de l'Etat hébreu, de soutenir "les crimes contre l'humanité du régime sioniste à Gaza".

Des manifestants, qui scandaient également "Mort aux Etats-Unis", ont brûlé des drapeaux américains et israéliens.

14h40

Paris réitère son appel à un "arrêt des combats" à Rafah

La France, vivement préoccupée après les frappes israéliennes intervenues à Rafah, a exhorté Israël à l'arrêt des combats pour éviter "un désastre".

"Une offensive israélienne à grande échelle à Rafah créerait une situation humanitaire catastrophique d'une nouvelle dimension et injustifiable", a réagi le porte-parole adjoint du ministère des Affaires étrangères. "Afin d'éviter un désastre, nous réitérons notre appel à un arrêt des combats", a-t-il ajouté dans une déclaration écrite.

12h55

Le tunnel du Hamas sous l'UNRWA serait doté de "technologies de pointe"

C'est un coup dur pour l'UNRWA. L'armée israélienne affirme avoir découvert un tunnel du Hamas sous le quartier général de l'UNRWA à Gaza. Israël accuse donc l'agence pour le réfugiés d’être totalement infiltrée par le Hamas.

Dans le tunnel situé sous l'UNRWA, des installations de pointe ont été aperçues, selon Israël. Un colonel israélien, guide de visite aux journalistes dans ce sous-terrain, décrit: "On se trouve là dans le coeur top secret du Hamas. Sous le bâtiment de l'UNRWA. Il y a les serveurs des services de renseignements du Hamas."

"On le voit, ce sont des installations de pointe. Ce pourraient être celles de n'importe quelle entreprise de data du monde", ajoute-t-il.

>> Voir les images du 12h45 : L'UNRWA est à nouveau sous le feu des critiques israéliennes. Les services secrets de l'Etat hébreux ont révélé l'existence d'un tunnel du Hamas sous son siège à Gaza.

Réagissant à ces accusations d'Israël, le patron de l'agence de l'ONU Philippe Lazzarini précise que l’organisation n’a pas connaissance de ce qui se trouve sous son siège et que le personnel a quitté ce bâtiment le 12 octobre suite aux ordres d’évacuation de l’armée israélienne et à l’intensification des bombardements.

Toutefois, Israël appelle Philippe Lazzarini à démissionner.

>> Les précisions dans le 12h30 de la journaliste de la RTS à Jérusalem : Israël demande la démission du patron de l’UNRWA après la découverte d’une salle souterraine

12h40

La guerre a été "dévastatrice" pour l'économie palestinienne, regrette le FMI

La guerre entre Israël et le Hamas a ravagé l'économie palestinienne en Cisjordanie occupée et dans la bande de Gaza, a déclaré la cheffe du Fonds monétaire international (FMI), ajoutant que seule une "paix durable" améliorerait les perspectives.

"Les perspectives désastreuses de l'économie palestinienne s'aggravent à mesure que le conflit se poursuit", a ajouté Kristalina Georgieva lors du sommet mondial des gouvernements à Dubaï. "Seule une paix durable et une solution politique changeront fondamentalement la situation", a-t-elle estimé.

"Sur le plan économique, l'impact du conflit a été dévastateur", a affirmé la cheffe du FMI.

En effet, l'activité économique dans la bande de Gaza a chuté de 80% d'octobre à décembre 2023 par rapport à la même période en 2022, selon la directrice du FMI.

12h35

Le Hamas prévient Israël du risque de "menacer" les négociations sur les otages

Un responsable du mouvement islamiste palestinien Hamas a affirmé que toute opération des forces israéliennes sur Rafah "menacerait" les négociations pour la libération des otages en échange de prisonniers palestiniens.

"Toute attaque par l'armée d'occupation (israélienne) sur la ville de Rafah menacerait les négociations" sur les otages toujours retenus dans la bande de Gaza, a dit ce responsable du Hamas.

11h30

Benjamin Netanyahu persiste pour une offensive sur Rafah

Le Premier ministre israélien persiste dans sa volonté de lancer une offensive militaire contre Rafah, avec des combats qui semblaient particulièrement intenses dimanche à quelques kilomètres au nord, à Khan Younès. Des explosions régulières, des avions en survol ont été entendus et plusieurs panaches de fumée noire s'échapper de la ville et de ses environs ont été vus.

L'armée israélienne "continue à éliminer des terroristes et conduire des opérations ciblées dans l'ouest" de la ville, a-t-elle indiqué.

10h25

Le ministère de la Santé du Hamas fait état de 28'176 personnes tuées

Le ministère de la Santé du Hamas a annoncé un bilan de 28'176 personnes tuées, en majorité des femmes, enfants et adolescents, dans la bande de Gaza depuis le début de la guerre.

Il a également fait état d'un total de 112 morts au cours des dernières 24 heures, et de 67'784 personnes blessées depuis le début.

10h20

L'Iran appelle à exclure Israël de l'ONU pour son "crime contre l'Humanité" à Gaza

Le président iranien a appelé à exclure Israël de l'ONU, en célébrant le 45e anniversaire de la Révolution islamique, marqué par des rassemblements à Téhéran et dans les grandes villes d'Iran.

Le soutien à la cause palestinienne, couplé aux critiques contre les pays occidentaux, Etats-Unis en tête, a été cette année le principal mot d'ordre des traditionnelles cérémonies de l'anniversaire de la révolution de 1979.

Israël a "violé" des sujets conclus au sein d'"organisations internationales"

"Nous proposons d'exclure l'entité sioniste des Nations unies", a déclaré le président, Ebrahim Raïssi, en faisant allusion à Israël, un pays que ne reconnaît pas l'Iran.

Car "ce qui arrive à Gaza aujourd'hui est un crime contre l'Humanité, et les soutiens de ce régime criminel sont les Etats-Unis et certains pays occidentaux", a-t-il ajouté au cours d'un discours prononcé devant des milliers de personnes rassemblées sur la place Azadi ("Liberté") dans la capitale en ce jour férié.

Le président Raïssi a accusé Israël d'avoir "violé 400 déclarations, résolutions et accords" conclus au sein des "organisations internationales".

10h10

L'OMI dit travailler "sans relâche" à une solution à la crise maritime en mer Rouge

Le secrétaire général de l'Organisation maritime internationale (OMI), Arsenio Dominguez, affirme dans un entretien à l'AFP que l'institution travaille "sans relâche" pour trouver une solution à la crise en mer Rouge qui perturbe fortement le transport mondial de marchandises.

Depuis la mi-novembre, les rebelles houthis du Yémen, soutenus par l'Iran, ont lancé des dizaines d'attaques contre des navires en mer Rouge, affirmant cibler les bateaux liés selon eux à Israël pour agir en "solidarité" avec les habitants de la bande de Gaza.

De nombreux armateurs ont préféré cesser d'opérer en mer Rouge, reportant leurs navires sur la longue route qui contourne le continent africain par le sud.

Mais "ce n'est pas la solution idéale", pour ces entreprises, souligne Arsenio Dominguez, car cela renchérit le coût du transport, et in fine le prix des produits transportés.

DIMANCHE 11 FEVRIER

Benjamin Netanyahu promet aux civils de Rafah une évacuation "sécurisée"

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu affirme que l'armée israélienne assurera un "passage sécurisé" avant l'assaut prévu sur la ville de Rafah, lors d'un entretien accordé à une chaîne américaine qui sera diffusé dimanche.

"La victoire est à portée de main. Nous allons le faire. Nous allons prendre les derniers bataillons terroristes du Hamas et Rafah, qui est le dernier bastion", a déclaré Benjamin Netanyahu dans l'émission "This Week with George Stephanopoulos", sur la chaîne ABC News qui sera diffusée dimanche et dont des extraits ont été publiés samedi soir.

"Dispositif détaillé"

"Nous allons le faire tout en assurant un passage sécurisé à la population civile pour qu'elle puisse quitter" les lieux, a-t-il ajouté.

"Nous mettons au point un dispositif détaillé pour y parvenir", a-t-il ajouté, "nous n'abordons pas cela avec désinvolture".

Il a mentionné les zones au nord de Rafah qui ont été dégagées et pourraient être utilisées comme zones sécurisées pour les civils, selon lui.

22h45

Joseph Borrell met en garde contre une "catastrophe humanitaire" à Gaza

Le chef de la diplomatie européenne a mis en garde samedi contre une éventuelle offensive de l'armée israélienne à Rafah, dans le sud de Gaza.

"Je fais écho à l'avertissement lancé par plusieurs États membres de l'UE selon lequel une offensive israélienne sur Rafah entraînerait une catastrophe humanitaire indescriptible et de graves tensions avec l'Égypte", a déclaré Josep Borrell dans un message sur son compte X.

"Reprendre les négociations pour libérer les otages et suspendre les hostilités est le seul moyen d'éviter un massacre", a-t-il ajouté.

22h55

Un ministre israélien demande la démission du chef de l'Unwra

Le ministre israélien des Affaires étrangères a jugé samedi "impérative" la démission immédiate du chef de l'agence de l'ONU pour les réfugiés palestiniens, après la découverte selon l'armée d'un tunnel du Hamas sous le quartier général de l'Unrwa à Gaza.

"La mise au jour d'une profonde implication du siège de l'Unrwa à Gaza avec le Hamas, notamment son usage pour des activités terroristes et un point d'entrée aux tunnels" du mouvement islamiste palestinien "nécessitent une action immédiate", a affirmé Israël Katz sur X.

20h30

Israël affirme avoir trouvé un tunnel du Hamas sous le QG de l'Unrwa

L'armée et l'agence de la sécurité intérieure israéliennes ont affirmé avoir découvert un tunnel du mouvement islamiste Hamas sous le quartier général de l'agence de l'ONU pour les réfugiés palestiniens (UNRWA) dans la ville de Gaza.

Cette entrée conduisait à un tunnel souterrain utilisé par le Hamas pour des activités de renseignement militaire. Ce tunnel passait sous le bâtiment servant de quartier général principal à l’UNRWA dans la bande de Gaza, précise-t-on de même source. D’une longueur de 700 mètres et situé à 18 mètres sous terre, il était connecté à l’infrastructure électrique du siège de l’UNRWA, suggérant que les installations de l’agence fournissaient de l’électricité au tunnel.

Des documents et une réserve d'armes dans l'enceinte même de l'ONU "ont confirmé que les bureaux avaient également été utilisés par des terroristes du Hamas".

L’UNRWA réfute les accusations d’Israël

L'UNRWA, qu'Israël accuse d'être "totalement infiltrée par le Hamas", a indiqué qu’elle n’avait pas utilisé son quartier général depuis le 12 octobre. Cette date suit de cinq jours l’attaque inédite du Hamas en Israël, qui a déclenché le conflit à Gaza. Elle a également appelé à une enquête indépendante sur ces événements. En outre, l’UNRWA a précisé que son personnel avait dû abandonner le quartier général suite aux directives des forces israéliennes, en raison de l’intensification des bombardements dans la région.

"Nous n'avons pas utilisé ce bâtiment depuis que nous l'avons quitté et nous n'avons connaissance d'aucune activité qui aurait pu s'y dérouler", a-t-elle ajouté. Le bâtiment a été inspecté pour la dernière fois en septembre 2023, a-t-elle encore dit dans un communiqué.

18h50

Au niveau international, le ton monte face à Israël

Depuis vendredi, Israël a intensifié ses attaques sur Rafah, au sud de la bande de Gaza. Sur la scène internationale, la tension s’accroît, notamment aux Etats-Unis où le président américain Joe Biden élève sérieusement le ton.

>> Les explications de Charlotte Derouin, correspondante de la RTS à Jérusalem :

Les forces israéliennes ont pris d'assaut un hôpital de Khan Younès, au sud de la bande de Gaza. [Keystone]Keystone
Israël prévoit de lancer une opération terrestre sur Rafah / Forum / 2 min. / le 10 février 2024

18h15

Selon Alexandre Vautravers, "les Américains ne parviennent pas à imposer des limites à Israël"

Invité dans l'émission Forum de la RTS, Alexandre Vautravers, rédacteur en chef de la Revue militaire suisse, observe que la tension internationale s’intensifie face aux risques d’une offensive majeure à Rafah. Cependant, il constate la difficulté d'imposer des limites à Israël: même "les Américains n’y parviennent pas", déclare-t-il.

"Ce qui auparavant était une opération essentiellement militaire est devenue une catastrophe humanitaire", affirme l’expert militaire. Ceci nous conduit à la nécessité de poser "un certain nombre de questions politiques". Selon lui, l’attaque contre Rafah implique non seulement sa destruction, mais aussi la nécessité d'une reconstruction et de la réorganisation complète de la gouvernance de la bande de Gaza.

>> Ecouter l'interview d'Alexandre Vautravers dans l'émission Forum :

Alexandre Vautravers, rédacteur en chef de la Revue militaire suisse et chercheur associé au Geneva Centre for Security Policy. [RTS]RTS
Projet israélien d’attaque terrestre de Rafah: la réaction d’Alexandre Vautravers / Forum / 50 sec. / le 10 février 2024

15h45

La Suisse met en garde contre une offensive à Rafah

Le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) est préoccupé par les plans d'Israël de lancer une offensive à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza. Il appelle au "respect du droit international humanitaire en toutes circonstances".

Rafah est un refuge pour 1,3 million de civils fuyant les combats et un conduit vital pour l'aide humanitaire à Gaza, rappelle samedi le DFAE sur le réseau social X. Avant la guerre, Rafah ne comptait qu'environ 300'000 habitants.

La Suisse officielle est loin d'être la seule à s'inquiéter . Ces derniers jours, le gouvernement américain s'est lui aussi clairement prononcé contre une action militaire à Rafah.

15h10

Un responsable du Hamas échappe à un raid israélien

Un responsable du Hamas a échappé samedi à un raid israélien qui le visait au Liban, a indiqué une source de sécurité palestinienne.

La frappe s'est produite dans le village de Jadra, au sud de Beyrouth, éloigné de la zone des violences entre le Hezbollah libanais, allié du Hamas, et l'armée israélienne. Des secouristes locaux ont indiqué que le raid, qui a visé une voiture, avait fait deux morts, des civils.

600675025_highres.jpg [KEYSTONE - STR]

Une source de sécurité libanaise a indiqué que le responsable visé se nomme Bassel Saleh, et qu'il est "responsable de l'enrôlement en Cisjordanie" au sein du Hamas. "Il a échappé à la tentative d'assassinat mais souffre de brûlures au dos et a été hospitalisé", a-t-elle ajouté.

14h05

Les frappes sur Rafah font une quinzaine de morts et inquiètent les Gazaouis

Si l’offensive terrestre sur Rafah pourrait être retardée de quelques jours, les frappes aériennes ont déjà commencé. Ces bombardements ont fait une quinzaine de morts au moins.

Et les plans israéliens d’évacuation des civils ne rassurent pas les Gazaouis, comme en témoigne l'un d'entre eux dans le 12h45. "On nous parle de lieux sûrs, de nous évacuer vers des endroits sans risque. Mais ce sont des mensonges. Les bombardements ont lieu partout. Il n’y a plus de lieux sûrs."

Après avoir fui les bombardements dans le reste de la bande de Gaza, les Palestiniens sont désormais acculés contre la frontière égyptienne et s'attendent au pire.

>> Les précisions du 12h45 :

L’armée israélienne accentue sa pression sur Rafah dans la bande de Gaza.
L’armée israélienne accentue sa pression sur Rafah dans la bande de Gaza. / 12h45 / 2 min. / le 10 février 2024

13h40

Un nouveau bilan du ministère de la Santé du Hamas dépasse les 28'000 morts

Le ministère de la Santé du Hamas a annoncé un bilan de 28'064 personnes tuées, en majorité des femmes, enfants et adolescents, dans la bande de Gaza depuis le début de la guerre entre Israël et le mouvement islamiste palestinien.

Il a fait état d'un total de 117 morts au cours des dernières 24 heures et de 67'611 personnes blessées depuis le début de la guerre le 7 octobre.

13h30

Berlin met en garde contre une "catastrophe humanitaire annoncée" à Rafah

La cheffe de la Diplomatie allemande Annalena Baerbock a mis en garde contre une éventuelle offensive de l'armée israélienne à Rafah, dans le sud de Gaza, qui s'apparenterait à "une catastrophe humanitaire annoncée".

"La détresse à Rafah dépasse déjà l'entendement. 1,3 million de personnes y cherchent à se protéger des combats dans un espace très restreint. Une offensive de l'armée israélienne sur Rafah serait une catastrophe humanitaire annoncée", a estimé la ministre dans un message sur son compte X.

13h10

Ryad met en garde contre "une catastrophe" en cas d'offensive à Rafah

L'Arabie saoudite a prévenu qu'une opération militaire israélienne dans la ville de Rafah, dernier refuge pour des centaines de milliers de civils palestiniens, provoquerait une "catastrophe humanitaire", appelant à une intervention du Conseil de sécurité de l'ONU.

Après avoir ordonné mercredi à l'armée de préparer une offensive sur Rafah, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu lui a demandé vendredi de lui soumettre un "plan combiné" d'"évacuation" des civils et de "destruction" du mouvement islamiste palestinien Hamas dans cette ville.

"Ferme condamnation"

Dans un communiqué, le ministère des Affaires étrangères du royaume a mis en garde contre les "répercussions extrêmement dangereuses" d'une telle offensive. Il a souligné par ailleurs "son rejet catégorique et sa ferme condamnation" du "déplacement forcé" de "centaines de milliers de civils contraints de fuir l'agression israélienne brutale" dans la bande de Gaza.

Le ministère a dénoncé "cette violation continue du droit international" et souligné la nécessité "de convoquer d'urgence le Conseil de sécurité pour empêcher Israël de provoquer une catastrophe humanitaire imminente dont la responsabilité incombe à tous ceux qui soutiennent l'agression", toujours selon le communiqué.

10h40

Une offensive sur Rafah pourrait faire des "dizaines de milliers de morts", selon le Hamas

Le Hamas a affirmé qu'une offensive israélienne sur Rafah pourrait se muer en "massacre qui pourrait aboutir à des dizaines de milliers de morts et de blessés".

Le mouvement islamiste a précisé qu'il tenait pour responsables de ces éventuelles conséquences "l'administration américaine, la communauté internationale et l'occupation israélienne".

09h55

L'Iran a demandé à la FIFA de "suspendre" Israël "de toutes les activités liées au football"

La Fédération iranienne de football a annoncé avoir demandé à la FIFA de suspendre son homologue israélienne en raison de la guerre menée par Israël dans la bande Gaza.

Dans un communiqué publié sur le site de sa fédération de football, l'Iran appelle la FIFA et les syndicats de football à "suspendre complètement" la Fédération israélienne "de toutes les activités liées au football".

La demande porte également sur des "mesures immédiates et sérieuses" de la part de la FIFA et des organisations de football "pour empêcher la poursuite" des "crimes d'Israël et pour fournir nourriture, eau potable, médicaments et fournitures médicales aux innocents et aux civils".

09h50

Trois morts dans des frappes israéliennes près de Damas

Des frappes israéliennes ont ciblé tôt samedi les environs de la capitale syrienne Damas, tuant au moins trois personnes, a indiqué l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Le directeur de cette ONG basée au Royaume-Uni et disposant d'un vaste réseau de sources en Syrie, a précisé que de nombreuses autres personnes avaient été blessées lors des frappes sur un quartier abritant des "villas de militaires et d'officiels de haut rang".

Le bilan pourrait s'aggraver, a ajouté Rami Abdel Rahman, qui n'était pas en mesure de préciser si les victimes étaient des militaires ou des civils.

09h05

Le Hamas accuse Israël de la mort d'une fillette

Une Palestinienne de 6 ans disparue depuis près de deux semaines au milieu des combats dans la ville de Gaza a été retrouvée morte avec d'autres membres de sa famille, ont annoncé le Hamas et sa famille, en accusant les forces israéliennes de les avoir tués.

Leurs dépouilles ont été retrouvées dans une voiture près d'une station essence du quartier de Tel al-Hawa, après que les chars israéliens se sont retirés de la zone à l'aube, a indiqué à la famille.

SAMEDI 10 FEVRIER

Les combats continuent à Rafah

L'armée israélienne bombarde depuis tôt samedi le secteur de Rafah, à la pointe sud de la bande de Gaza, ont constaté des témoins qui décrivent des frappes dans les environs de cette ville peuplée désormais par environ 1,3 million de Palestiniens, soit plus de la moitié de la population du territoire enclavé.

La grande majorité des habitants sont des personnes qui s'y sont réfugiées pour échapper aux violences plus au nord.

>> Ecouter la nouvelle de RTS info sur ces nouvelles frappes à Rafah :

Les combats continuent à Rafah samedi. [Reuters - Ibraheem Abu Mustafa]Reuters - Ibraheem Abu Mustafa
Les bombardements israéliens continuent à Rafah, au sud de la bande de Gaza / Le Journal horaire / 27 sec. / le 10 février 2024