Publié Modifié

Pas d'avancée au Caire dans les pourparlers sur la libération d'otages israéliens

- Les discussions menées mardi au Caire par des responsables américains, égyptiens, israéliens et qataris se sont terminées sans accord de trêve pour la bande de Gaza, alors qu'Israël prévoit de mener un assaut dans le sud de l'enclave, où elle a procédé à des bombardements.

- Israël juge que le mandat de l'enquête diligentée par l'ONU sur les agissements de l'agence de l'ONU pour les réfugiés palestiniens (UNRWA), accusée d'aider le Hamas, est "trop général". "Ce n'est pas un mandat qui permet de vérifier que vous (l'UNRWA, ndlr) ne déploierez pas de terroristes à l'avenir", a dénoncé l'ambassadrice d'Israël auprès de l'ONU à Genève. Le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres avait annoncé le 5 février la création d'un comité indépendant chargé d'évaluer la "neutralité" de l'UNRWA.

- L'UNRWA est à nouveau sous le feu des critiques après la découverte d'un "tunnel du Hamas" sous son siège dans la ville de Gaza, selon l'armée israélienne, qui affirme que des installations de pointe s'y trouvaient. Elle accuse l'agence d'être totalement infiltrée par le mouvement islamiste.

- La perspective d'une "véritable" offensive de l'armée israélienne à Rafah, à l'extrême sud de la bande de Gaza, où sont réfugiés des centaines de milliers de Palestiniens, est "terrifiante", a affirmé le Haut-Commissaire de l'ONU aux droits de l'Homme.

- Israël a annoncé lundi avoir libéré deux otages à Rafah, où le Hamas au pouvoir a fait état de nombreuses victimes lors d'une opération nocturne israélienne.

- Le Hamas a annoncé un nouveau bilan de 28'473 personnes tuées, en majorité des femmes, enfants et adolescents, dans la bande de Gaza depuis le début de la guerre.

21h10

Pas d'avancée sur une trêve au Caire

Les discussions menées mardi au Caire par des responsables américains, égyptiens, israéliens et qataris se sont terminées sans accord de trêve pour la bande de Gaza, alors qu'Israël prévoit de mener un assaut dans le sud de l'enclave, où elle a procédé à des bombardements.

Au Caire, le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi a réuni le directeur de la CIA Williams Burns et le Premier ministre qatari Cheikh Mohammed ben Abdulrahman ben Jassim Al-Thani, pour des discussions destinées à obtenir un accord de trêve dans la bande de Gaza.

Les "consultations" sur des questions clé vont se poursuivre, a indiqué le service d'information gouvernemental dans un communiqué publié sur son site internet, précisant qu'aucune avancée substantielle n'a été obtenue ce mardi.

20h50

Opérations israéliennes à Rafah, l'ONU craint un "massacre"

Les opérations militaires israéliennes à Rafah "pourraient conduire à un massacre à Gaza", a alerté le chef des Affaires humanitaires de l'ONU Martin Griffiths, appelant Israël à ne pas "continuer à ignorer" les appels de la communauté internationale.

"Plus de la moitié de la population de Gaza, largement plus d'un million de personnes, s'entassent à Rafah, voyant venir la mort: ils ont peu à manger, pratiquement aucun accès aux soins médicaux, nulle part où dormir, aucun endroit sûr", a-t-il commenté, décrivant un "assaut incomparable en matière d'intensité, de brutalité et d'ampleur".

"Je dis depuis des semaines que notre réponse humanitaire est en lambeaux. Je sonne l'alarme une nouvelle fois: les opérations militaires à Rafah pourraient conduire à un massacre à Gaza. Elles pourraient aussi conduire à l'article de la mort les opérations humanitaires déjà fragiles", a-t-il ajouté.

"Nous n'avons ni les garanties liées à la sécurité, ni l'approvisionnement, ni le personnel nécessaire pour maintenir ces opérations".

>> Voir le sujet du 19h30 à Rafah :

Sortir de Gaza était déjà très compliqué pour les palestiniens. Depuis le 7 octobre, c’est devenu quasiment impossible
Sortir de Gaza était déjà très compliqué pour les palestiniens. Depuis le 7 octobre, c’est devenu quasiment impossible / 19h30 / 2 min. / le 13 février 2024

18h15

Philippe Lazzarini: "L'UNRWA n'a pas le mandat de voir ce qu'il se passe sous la bande de Gaza"

Philippe Lazzarini s'est rendu au siège des Nations unies à Genève mardi pour rassurer les Etats membres. Le commissaire général de l'UNRWA demande l'ouverture d'une enquête internationale après la découverte d'un tunnel du Hamas sous son siège à Gaza.

Déjà sous le feu des critiques suite aux accusations d'Israël de l'implication de douze membres de l'UNRWA dans l’attaque terroriste du 7 octobre, l'agence de l'ONU pour les réfugiés palestiniens est à nouveau dans la tourmente après la découverte d'un tunnel du Hamas sous son siège dans la ville de Gaza.

>> L'interview de Philippe Lazzarini dans Forum :

Accusations d’infiltration de l’UNWRA par le Hamas: interview de Philippe Lazzarini
Accusations d’infiltration de l’UNWRA par le Hamas: interview de Philippe Lazzarini / Forum / 9 min. / le 13 février 2024

Invité dans l'émission Forum, le patron de l'UNRWA Philippe Lazzarini dit avoir demandé qu'une enquête internationale soit ouverte à la fin des hostilités militaires. "Nous avons besoin de faire toute la lumière sur ce qui s'est passé", affirme-t-il. Philippe Lazzarini se dit également inquiet du fait que "plus de 150 bâtiments des Nations unies ont été endommagés".

"Plusieurs d'entre eux ont été utilisés à des fins militaires, tant de la part du Hamas que de l'armée israélienne", indique-t-il. "Et il ne faut pas oublier que depuis le début de la guerre, plusieurs centaines de personnes ont été tuées dans les bâtiments des Nations unies, alors que ces bâtiments devraient protéger les civils."

>> L'interview de Philippe Lazzarini dans le 19h30 :

Phillipe Lazzarini, chef de l'agence de l'ONU pour les réfugiés palestiniens "UNRWA", revient sur les accusations faites par Israël, de complicité avec le Hamas
Phillipe Lazzarini, chef de l'agence de l'ONU pour les réfugiés palestiniens "UNRWA", revient sur les accusations faites par Israël, de complicité avec le Hamas / 19h30 / 5 min. / le 13 février 2024

>> Voir aussi le sujet du 19h30 sur l'UNRWA :

L'UNRWA, accusée de complaisance voire de complicité avec le Hamas, se bat pour conserver ses soutiens financiers
L'UNRWA, accusée de complaisance voire de complicité avec le Hamas, se bat pour conserver ses soutiens financiers / 19h30 / 1 min. / le 13 février 2024

>> Plus de détails : Philippe Lazzarini: "L'UNRWA n'a pas le mandat de voir ce qu'il se passe sous la bande de Gaza"

17h45

Le Hezbollah ne cessera les attaques contre Israël qu'avec la fin des combats à Gaza

Le Hezbollah pro-iranien n'arrêtera ses attaques contre Israël qu'avec un cessez-le-feu à Gaza, "quand les tirs s'arrêteront également dans le sud" du Liban, a déclaré mardi son chef dans un discours télévisé.

"S'ils élargissent la confrontation, nous le ferons aussi", a affirmé le chef du mouvement islamiste libanais, en réponse aux menaces répétées des responsables israéliens de déclencher une guerre contre le Liban.

16h55

Erdogan mercredi en Egypte, pour la première fois depuis plus d'une décennie


Recep Tayyip Erdogan a affirmé se rendre aux Emirats arabes unis puis mercredi en Egypte pour "voir ce qui peut être fait de plus pour nos frères à Gaza".

Il avait ajouté qu'Ankara faisait "tout pour arrêter le bain de sang" alors que plus de 28'000 Palestiniens ont été tués, en grande majorité des civils, selon le gouvernement du Hamas.

Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi recevra au Caire son homologue turc Recep Tayyip Erdogan, une visite inédite censée entériner la réconciliation après plus d'une décennie de brouille entre les deux pays.

16h30

Pretoria dépose une nouvelle requête devant la CIJ contre l'offensive israélienne à Rafah

L'Afrique du Sud a annoncé mardi avoir déposé un nouveau recours en urgence auprès de la Cour internationale de Justice (CIJ) à la Haye afin qu'elle examine en urgence l'annonce par Israël d'une prochaine offensive militaire sur Rafah et s'oppose si nécessaire à "une nouvelle violation des droits".

Pretoria a déjà saisi la plus haute juridiction de l'ONU en accusant Israël de "génocide" à Gaza. Les juges, qui ne se sont pas avancés à ce stade sur la question de savoir si Israël commet effectivement ou non un génocide, l'ont toutefois enjoint de prévenir de tels actes.

Dans son nouveau recours, Pretoria s'est dite "gravement préoccupé" par les nouveaux "massacres, blessés et destructions à grande échelle" qu'entrainera l'offensive militaire d'Israël à Rafah. Selon le gouvernement sud-africain, cela "constituerait une violation grave et irréparable de la Convention sur le génocide".

La CIJ, qui n'est pas tenue de se saisir de l'affaire, n'a pas confirmé à ce stade avoir reçu le dossier. Les arrêts de la Cour sont contraignants et ne peuvent faire l'objet d'un appel, mais elle n'a aucun moyen de faire appliquer ses décisions.

15h10

Le parti travailliste britannique désinvestit un candidat après des commentaires sur Israël

Le chef du parti travailliste britannique Keir Starmer a assuré que le Labour avait "changé", après avoir retiré son investiture à un candidat à une élection partielle qui avait accusé Israël d'avoir volontairement laissé le Hamas mener son attaque meurtrière du 7 octobre.

L'affaire est embarrassante pour le chef du Labour Keir Starmer: donné favori par les sondages, pour devenir cette année Premier ministre britannique, il cherche à tourner la page des accusations visant Jeremy Corbyn, son prédécesseur à la tête de l'opposition, incriminé pour avoir laissé prospérer l'antisémitisme dans ses rangs.

Azhar Ali était le candidat du Labour pour l'élection partielle du 29 février à Rochdale, dans le nord-ouest de l'Angleterre, qui vise à remplacer le député Tony Lloyd décédé le mois dernier.

14h40

La France sanctionne 28 colons israéliens "extrémistes" pour des violences

Le ministère français des Affaires étrangères a annoncé avoir adopté des "sanctions" à l'encontre de 28 "colons israéliens extrémistes" coupables de "violences contre des civils palestiniens en Cisjordanie".

"La France réaffirme sa condamnation ferme de ces violences inadmissibles. Comme nous l'avons affirmé à de nombreuses reprises, il est de la responsabilité des autorités israéliennes d'y mettre fin et de poursuivre leurs auteurs", écrit le ministère dans le communiqué.

Ces 28 individus sont "visés par une interdiction administrative du territoire français", ajoute le Quai d'Orsay, qui a dit "travailler" à "l'adoption de sanctions au niveau européen" à l'encontre des colons violents.

"Illégal en droit international"

Washington et Londres ont pris des sanctions contre des "colons extrémistes", mais l'Union européenne, qui doit les décider à l'unanimité, n'a pas encore réussi à s'accorder sur le sujet, en raison de l'opposition de pays comme la Hongrie et la République Tchèque, selon des sources diplomatiques.

"La colonisation est illégale en droit international et doit cesser. Sa poursuite est incompatible avec la création d'un État palestinien viable, qui est la seule solution pour qu'Israéliens et Palestiniens puissent vivre, côte à côte, en paix et en sécurité", estime encore le Quai d'Orsay.

14h20

Le gel des financements à l'UNRWA risque d'augmenter le nombre de morts, prévient un responsable saoudien

Le gel des fonds destinés à l'UNRWA risque de "contribuer" à la mort de civils à Gaza, a déclaré le directeur de l'agence humanitaire de l'Arabie saoudite.

"Si près de deux millions de personnes vivent dans un petit endroit (...) et que le financement de la nourriture et des soins de santé de base est interrompu, vous favorisez en réalité le fait qu'ils vivent dans le désastre et vous les aidez à mourir", a prévenu Dr Abdallah al-Rabeeah, directeur du King Salman Humanitarian Aid and Relief Centre (KSrelief).

14h15

La riposte d'Israël au Hamas est "disproportionnée", critique Rome

Les attaques d'Israël contre le Hamas à Gaza, qui tuent "trop de civils palestiniens", sont "disproportionnées", a critiqué mardi le ministre italien des Affaires étrangères Antonio Tajani, dont le pays préside actuellement le G7.

"A ce stade, la réaction d'Israël contre la population civile palestinienne est disproportionnée", a estimé le ministre sur la radio publique Radio 1. "Il est juste d'inciter Israël à la prudence (...) Il y a trop de civils palestiniens qui meurent", a-t-il déploré.

14h05

La Chine réclame que l'opération militaire à Rafah s'arrête au plus vite

La Chine réitère sa position officielle, exigeant d’Israël la fin de son opération militaire pour éviter les victimes civiles innocentes. Une manière d’accroître la pression internationale sur laquelle joue Pékin. Dans les faits, les autorités chinoises sont très en retrait sur ce conflit.

Le parti communiste n’a jamais critiqué le Hamas: pas un mot sur l’attaque initiale contre des civils israéliens le 7 octobre dernier. En parallèle, Pékin a intensifié sa rhétorique agressive à l’encontre d’Israël, laissant libre-court à une explosion de commentaires antisémites sur son réseau internet lourdement censuré.

>> Ecouter les explications du 12h30 :

La présidence palestinienne a condamné vendredi le projet israélien d'offensive militaire sur Rafah. [Keystone]Keystone
La Chine appelle Israël à arrêter son opération militaire à Rafah dans le sud de la bande de Gaza / Le 12h30 / 1 min. / le 13 février 2024

13h50

Deux journalistes d'Al Jazeera grièvement blessés dans une frappe à Gaza

Deux journalistes d'Al Jazeera ont été grièvement blessés mardi par une frappe israélienne dans le sud de la bande de Gaza, a indiqué la chaîne qatarie.

Selon Al Jazeera, le correspondant Ismaïl Abou Omar et son caméraman ont été blessés par une frappe dans le secteur de Rafah, à la pointe sud du territoire. Interrogée par l'AFP, l'armée israélienne n'a pas fait de commentaire dans l'immédiat.

13h05

Démanteler l'UNRWA serait un "désastre", affirme son patron

Le chef de l'Agence de l'ONU pour les réfugiés palestiniens (UNRWA) Philippe Lazzarini veut une commission d'enquête sur les violations des bâtiments de l'ONU à Gaza. Elle devra répondre aux accusations israéliennes sur un tunnel du Hamas sous son agence, dit-il tout en mettant en garde que démanteler l'UNRWA serait un "désastre".

"Après le cataclysme qui a frappé la région de Gaza, il est peut-être temps de trouver une véritable solution politique. Et ce serait un désastre de se débarrasser juste avant cela... de l'agence", a déclaré aux journalistes Philippe Lazzarini, après avoir été entendu par les diplomates à Genève.

Après la guerre, il faut une commission d'enquête sur "toutes les situations où il y a eu des violations flagrantes" des sites de l'ONU, a aussi affirmé à la presse à Genève le Neuchâtelois. Ces derniers jours, il a expliqué que l'UNRWA n'était plus présente dans son siège de Gaza depuis des mois, alors qu'Israël accuse l'agence onusienne de savoir que le Hamas utilisait un tunnel relié à ce bâtiment.

A plus court terme, Philippe Lazzarini a affirmé que l'investigation indépendante sur les 12 membres du personnel de l'UNRWA renvoyés démarrerait mercredi. Ceux-ci avaient été accusés par Israël d'avoir participé aux massacres du 7 octobre dernier. L'investigation doit durer deux mois, a précisé le commissaire général de l'UNRWA.

12h20

Israël juge le mandat de l'enquête de l'ONU sur l'UNRWA "trop général"

Le mandat de l'enquête diligentée par l'ONU sur les agissements de l'agence de l'ONU pour les réfugiés palestiniens (UNRWA), accusée d'aider le Hamas, est "trop général", selon Israël, qui accepte néanmoins de collaborer avec les enquêteurs.

"Le mandat (de l'enquête) tel qu'il est actuellement, est trop général", a dénoncé l'ambassadrice d'Israël auprès de l'ONU à Genève, Meirav Shahar.

"Ce n'est pas un mandat qui permet de vérifier que vous (l'UNRWA, ndlr) ne déploierez pas de terroristes à l'avenir, que vous n'aurez pas d'infrastructures, des centaines de tunnels sous les écoles de l'UNRWA, sous leur siège principal", a-t-elle insisté en marge d'une audition du patron de l'UNRWA, Philippe Lazzarini, par le corps diplomatique à Genève.

12h15

Berlin appelle Israël à garantir des "corridors sûrs" pour protéger les civils à Rafah

La cheffe de la diplomatie allemande Annalena Baerbock a appelé Israël à garantir des "corridors sûrs" pour la protection des civils à Rafah, dernier refuge pour plus d'un million de Palestiniens de la bande de Gaza.

"Des centaines de milliers de personnes ont cherché refuge à Rafah sur ordre d'Israël, ces personnes doivent pouvoir continuer à y trouver une protection", a déclaré la ministre des Affaires étrangères lors d'une conférence de presse avec son homologue de l'Autorité palestinienne Riyad al-Maliki à Berlin, et qui doit se rendre mercredi en Israël.

"Le point le plus important est d'éviter l'offensive contre Rafah et que Rafah ne soit pas détruite", a estimé ce dernier.

"Mais au cas où nous n'y parviendrions pas ou qu'Israël insiste, il est alors d'autant plus important de protéger les personnes" qui y sont massées, a-t-il ajouté.

12h05

Abdallah II de Jordanie participe au largage d'aide humanitaire sur la bande de Gaza

Le roi Abdallah II de Jordanie a participé récemment au largage d'aide humanitaire sur la bande de Gaza selon des images diffusées par la télévision d'Etat le montrant en tenue militaire à bord d'un avion C-130 de l'armeé de l'air.

Sur une vidéo de 56 secondes, on voit le roi de Jordanie dans l'avion avec un groupe de militaires larguant une caisse contenant, selon la chaîne Al Mamlaka, des aides humanitaire et médicale le 5 février à destination de l'hôpital de campagne jordanien dans le nord de la bande de Gaza dans le cadre d'une opération conjointe avec les Pays-Bas.

A la mi-décembre, la princesse Salma, fille du roi qui a le grade de premier lieutenant pilote dans l'armée de l'air royale jordanienne, a participé au largage de fournitures médicales essentielles pour l'hôpital de campagne jordanien.

Le 20 novembre, le prince héritier jordanien Hussein est arrivé à l'aéroport égyptien d'Al-Arish pour superviser le transport du deuxième hôpital de campagne jordanien destiné au sud de la bande de Gaza.

11h30

Le monde face à "une décennie plus dangereuse", selon un rapport

La guerre entre Israël et le Hamas, l'invasion russe de l'Ukraine et les tensions autour de la Chine annoncent "une décennie plus dangereuse", avec des dépenses militaires qui devraient continuer de progresser dans le monde, avertit l'institut spécialisé dans la défense IISS.

L'édition 2024 du rapport de l'Equilibre militaire de l'International Institute for Strategic Studies (IISS), basé à Londres, souligne que le monde est entré l'année dernière dans "un environnement sécuritaire fortement volatil", citant la victoire de l'Azerbaïdjan contre les séparatistes arméniens dans le Haut-Karabakh ou encore les coups d'Etat au Niger et au Gabon, et estime que cela va durer.

"La situation actuelle en matière de sécurité militaire annonce ce qui sera probablement une décennie plus dangereuse, caractérisée par un recours marqué, par certains, à la puissance militaire pour faire valoir leurs revendications (...) ainsi que par le désir, parmi les démocraties partageant les mêmes valeurs, de renforcer les liens bilatéraux et multilatéraux en matière de défense, en réponse à cette situation", résume le document.

Hausse des dépenses militaires

Globalement, les dépenses militaires dans le monde ont augmenté de 9% l'an dernier, à 2200 milliards de dollars (environ 1748 milliards de francs), du jamais vu selon l'IISS qui s'attend à une nouvelle hausse cette année.

L'Institut explique surtout ce phénomène par la guerre en Ukraine et les tensions avec la Chine. Il relève que les membres de l'Otan hors Etats-Unis sont particulièrement concernés.

L'IISS relève aussi que l'Iran exerce une influence croissante sur diverses zones de conflits, avec deux exemples: la livraisons de missiles aux rebelles yéménites houthis dont les attaques dans la mer Rouge perturbent le commerce mondial, ainsi que la fourniture de drones à la Russie pour combattre l'Ukraine.

10h45

Israël envoie une délégation au Caire pour discuter d'un accord sur les otages notamment

Une délégation israélienne est attendue au Caire pour de nouveaux pourparlers avec des responsables américains, qataris et égyptiens sur un accord de trêve dans la bande de Gaza, selon des responsables israéliens. Celui-ci porterait notamment sur la libération d'otages israéliens par le Hamas.

Le chef du Mossad (les services de renseignements extérieurs israéliens), David Barnea, et le chef du Shin Bet (service de sécurité intérieure), Ronen Bar, y rencontreront notamment le directeur de la CIA, l'agence centrale de renseignements américaine, Richard Burns, ont ajouté ces responsables sous couvert d'anonymat.

Ils seront rejoints par le Premier ministre qatari Mohammed ben Abdelrahmane Al-Thani, également chef de la diplomatie de son pays et négociateur de plusieurs accords de cessez-le-feu à Gaza par le passé.

Aucune délégation du Hamas n'a prévu à ce stade de se rendre au Caire pour participer à ces discussions indirectes parrainées par Qatar et Egypte, a indiqué mardi matin un responsable du mouvement palestinien.

Une manifestation pour demander la libération des otages à Tel Aviv le 12 février 2024. [Reuters - Susana Vera]

09h55

Le ministère de la Santé du Hamas annonce un nouveau bilan de 28'473 morts

Le ministère de la Santé du Hamas a annoncé mardi un bilan de 28'473 personnes tuées, en majorité des femmes, enfants et adolescents, dans la bande de Gaza depuis le début de la guerre entre Israël et le mouvement islamiste palestinien.

Il a fait état d'un total de 133 morts au cours des dernières 24 heures, et de 68.146 blessés depuis le début de la guerre le 7 octobre.

08h55

Trois nouveaux soldats tués, rapporte l'armée israélienne

L'armée israélienne a annoncé la mort de trois soldats dans les combats dans la bande de Gaza, portant à 232 le nombre de militaires israéliens tués depuis le début de l'opération terrestre le 27 octobre.

De la fumée s'élevant au-dessus de Gaza après de nouveaux affrontements dans la nuit du 12 au 13 février 2024. [Reuters - Dylan Martinez]

MARDI 13 FEVRIER

La pression internationale s'intensifie pour un accord entre Israël et le Hamas

La pression internationale s'intensifie mardi pour un accord de trêve entre Israël et le mouvement islamiste Hamas incluant une nouvelle libération d'otages, après l'annonce israélienne d'une offensive prochaine sur Rafah.

Le directeur de la CIA, l'agence centrale de renseignements américaine, William Burns, est attendu au Caire pour de nouveaux pourparlers sous médiation du Qatar portant notamment sur la libération d'otages retenus dans la bande de Gaza, selon des sources proches du dossier.

"Empêcher une catastrophe humanitaire plus grave"

La Chine, de son côté, a appelé Israël à arrêter "au plus vite" son opération militaire à Rafah, afin "d'empêcher une catastrophe humanitaire plus grave encore".

"La Chine suit de près l'évolution de la situation dans la région de Rafah, s'oppose et condamne les actions qui portent atteinte aux civils et violent le droit international", a indiqué un porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères dans un communiqué.

"Cessez-le-feu durable"

Le chef de la diplomatie norvégienne a lui aussi mis en garde contre une offensive militaire israélienne sur Rafah et réclamé un "cessez-le-feu durable". "Je réitère vigoureusement ma mise en garde contre une opération terrestre à Rafah. Il n'y a plus de lieux sûrs à Gaza", a écrit Espen Barth Eide sur X.

"Une opération terrestre aggraverait une situation déjà catastrophique et rendrait le soutien humanitaire pratiquement impossible", a-t-il ajouté. "Nous avons besoin d'un cessez-le-feu durable maintenant".

23h45

Le roi de Jordanie veut un cessez-le-feu, Joe Biden évoque une pause de six semaines

En visite à Washington, le roi de Jordanie Abdallah II a réclamé lundi un "cessez-le-feu durable immédiatement" dans la bande de Gaza. "Nous ne pouvons pas nous permettre une attaque israélienne sur Rafah", a dit Abdallah II, ajoutant que "la situation était déjà insupportable pour plus d'un million de personnes qui ont été poussées" vers cette ville frontalière avec l'Egypte depuis que la guerre a commencé.

"Les Etats-Unis travaillent à un accord de libération des otages entre Israël et le Hamas. Il amènerait immédiatement une période de calme d'au moins six semaines à Gaza", pouvant déboucher sur "quelque chose de plus durable", a révélé de son côté le président américain de 81 ans.

Joe Biden n'a pas demandé à Israël de renoncer purement et simplement à toute attaque sur Rafah mais a insisté sur le fait qu'il "fallait protéger les civils."

22h45

La guerre Israël-Hamas et les attaques au large du Yémen menacent l'économie mondiale

La directrice du Fonds monétaire international (FMI) a averti lundi que la guerre Israël-Hamas dans la bande de Gaza et les attaques des rebelles houthis au large du Yémen, affectant notamment le canal de Suez, constituaient des menaces pour l'économie mondiale.

"Je crains surtout la longévité du conflit, car s'il se prolonge, le risque de débordement augmente", a-t-elle ajouté lors du sommet mondial des gouvernements à Dubaï.

21h40

Paris fait évacuer 42 personnes de Gaza

La France a annoncé lundi soir avoir fait évacuer de la bande de Gaza 42 personnes, des ressortissants français, résidents français ou collaborateurs de l'Institut français, avec les membres de leurs familles. Ce nombre porte à plus de 200 le nombre de personnes évacuées de Gaza "sur demande de la France".

Le ministère souligne que l'évacuation annoncée lundi est "le résultat des démarches des autorités françaises, menées au plus haut niveau".

Cette annonce intervient quelques jours après la mort d'un professeur de français qui collaborait depuis vingt ans avec l'Institut français de Gaza, décédé de maladie faute de traitement du fait des "conditions sanitaires catastrophiques" sur place, avaient indiqué vendredi des sources diplomatiques.

21h00

Réactions en Israël après l'exfiltration par un commando de deux otages

Après 128 jours de captivité à Gaza, Fernando Marman et Luis Har sont libres. Leur libération, orchestrée par un commando au milieu de la nuit, a été marquée par d’importantes frappes aériennes.

Malgré le soulagement, cette opération militaire suscite des réactions mitigées en Israël.

>> Voir le sujet du 19h30 :

Deux otages israélo-argentins ont été libérés après une importante opération militaire à Rafah
Deux otages israélo-argentins ont été libérés après une importante opération militaire à Rafah / 19h30 / 1 min. / le 12 février 2024

Autre réalité, le tragique destin de Hind Rajab

La guerre a un autre visage, celui des civils palestiniens. Amnesty International dénonce la mort d’une centaine de civils, dont une moitié d’enfants, dans les derniers bombardements israéliens.

Le destin tragique de Hind Rajab, une fillette de 6 ans, est devenu le symbole de cette guerre. Elle avait disparu durant les combats et a été retrouvée morte deux semaines plus tard. Sa famille a été tuée lorsqu’ils ont tenté de fuir en voiture, tombant sous le feu de l’armée israélienne.

>> Plus de détails dans le 19h30 :

Symbole du caractère cruel de la guerre au Proche-Orient, la fillette de Gaza âgée de 6 ans, Hind Rajab, a été retrouvée morte
Symbole du caractère cruel de la guerre au Proche-Orient, la fillette de Gaza âgée de 6 ans, Hind Rajab, a été retrouvée morte / 19h30 / 2 min. / le 12 février 2024

20h40

L'ONU ne s'associera pas à une évacuation forcée de Rafah

L'ONU ne s'associera pas à "un déplacement forcé de population" à Rafah, a prévenu lundi le porte-parole du secrétaire général, répétant qu'il n'y avait "aucun lieu sûr" dans la bande de Gaza où déplacer cette population.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a récemment ordonné à l'armée de préparer une offensive sur cette ville du sud de Gaza. Il a affirmé dimanche qu'Israël assurerait "un passage sécurisé" à la population pour quitter la ville, sans préciser où elle pourrait se réfugier dans le territoire ravagé.

Interrogé lundi sur une éventuelle participation de l'ONU à une telle évacuation, le porte-parole du secrétaire général Antonio Guterres a insisté pour un "respect total du droit international et de la protection des civils". "Vous ne pouvez pas renvoyer des gens dans des zones jonchées de munitions non explosées, sans parler du manque d'abris", a insisté le porte-parole en évoquant les zones du nord et du centre de ce territoire palestinien.

Il a d'autre part une nouvelle fois dénoncé l'insuffisance de l'aide humanitaire entrant dans la bande de Gaza, prévenant que les stocks actuels "pourraient ne durer que quelques jours".

20h35

Washington opposé à une offensive israélienne d'envergure

Les Etats-Unis sont toujours opposés à une opération militaire israélienne à grande échelle à Rafah sans action visant à protéger les civils de cette ville palestinienne à la frontière de l'Egypte, a déclaré lundi le porte-parole du département d'Etat Matthew Miller. Nous ne soutenons pas une telle opération militaire, a-t-il indiqué à des journalistes.

Washington ne considère toutefois pas que l'opération de l'armée israélienne ayant permis de libérer lundi deux otages détenus à Rafah, tout en faisant une centaine de morts dans les bombardements selon le ministère de la Santé du Hamas, était une offensive à grande échelle, a précisé le porte-parole.

Un accord entre Israël et le Hamas permettant de libérer les otages à Gaza contre une pause dans les combats reste "possible", a par ailleurs souligné Matthew Miller.

18h40

Plusieurs pays suspendent leur commerce d'armes avec Israël

La controverse sur l’exportation d’armes en Israël s’étend au-delà des Pays-Bas et du Royaume-Uni; elle touche également la Suisse, qui a principalement importé du matériel de guerre d’Israël.

L’année dernière, elle a reçu deux des six drones qu’elle avait commandés à Israël pour un coût total de 300 millions de francs. Les exportations d’armes suisses vers Israël, elles, restent relativement faibles, avec un total de 32'000 francs en 2022.

>> Les explications d'Elias Baillif dans Forum :

Certains pays commencent à suspendre le commerce d’armes avec l’Etat hébreu (vidéo)
Certains pays commencent à suspendre le commerce d’armes avec l’Etat hébreu (vidéo) / Forum / 1 min. / le 12 février 2024

Même si l'envoi d'armement suisse vers Israël est faible, il suscite des préoccupations. "Symboliquement, on devrait le cesser, car il donne des moyens à Israël de financer ses efforts de guerre contre Gaza. Dans la situation actuelle, c'est inacceptable", a affirmé lundi dans l'émission Forum Laurence Fehlmann-Rielle, conseillère national PS genevoise.

Elle est d’avis que la Suisse devrait aussi intensifier ses efforts pour qu’Israël permette l’arrivée de l’aide humanitaire à Gaza.

Laurent Wehrli, conseiller national PLR vaudois et membre de l’intergroupe parlementaire Suisse-Israël, se questionne lui sur l’impact réel des sanctions qui pourraient être imposées à l’Etat hébreu: "Est-ce qu’elles ont empêché la Corée du Nord de développer son armement nucléaire? J’ai parfois tendance à penser que l’on prend des sanctions pour se donner bonne conscience", déclare-t-il.

>> Ecouter l'intégralité du débat entre Laurence Fehlmann-Rielle et Laurent Wehrli :

La Suisse doit-elle condamner Israël? Débat entre Laurence Fehlmann-Rielle et Laurent Wehrli (vidéo)
La Suisse doit-elle condamner Israël? Débat entre Laurence Fehlmann-Rielle et Laurent Wehrli (vidéo) / Forum / 10 min. / le 12 février 2024

18h20

Le procureur de la CPI se dit "profondément inquiet"

"Je suis profondément inquiet des informations sur le bombardement et une potentielle offensive terrestre des forces israéliennes à Rafah", a déclaré le procureur de la Cour pénale internationale (CPI) Karim Khan dans un communiqué publié sur X.

Il a également prévenu que "quiconque violera les lois internationales sera poursuivi".

17h40

Israël interdit l'entrée d'une experte de l'ONU

Israël a annoncé lundi avoir interdit l'entrée sur son territoire de la rapporteure spéciale des Nations unies pour les territoires palestiniens Francesca Albanese, après des propos sur l'attaque du 7 octobre jugés "antisémites" par les autorités israéliennes.

Francesca Albanese, une experte indépendante nommée par l'ONU, avait critiqué la semaine dernière les propos du président Emmanuel Macron décrivant l'assaut du Hamas sur le sol israélien comme "le plus grand massacre antisémite de notre siècle".

"Non, M. Emmanuel Macron. Les victimes du 7/10 n'ont pas été tuées à cause de leur judaïsme, mais en réaction de l'oppression d'Israël. La France et la communauté internationale n'ont rien fait pour l'empêcher", avait-elle écrit sur X.

Dans un communiqué, les ministres israéliens des Affaires étrangères Israël Katz et de l'Intérieur Moshe Arbel ont jugé ces propos "scandaleux", annoncé qu'elle était désormais "interdite d'entrée par l'Etat d'Israël" et réclamé sa démission. Les services de l'immigration ont reçu pour instruction de ne pas lui accorder de visa, ont-ils ajouté.

17h20

Le chef de l'UNRWA n'a "aucune intention" de démissionner

Philippe Lazzarini, chef de l'agence de l'ONU d'aide aux réfugiés palestiniens (UNRWA), a déclaré lundi n'avoir "aucune intention de démissionner" après les accusations émises par Israël sur une implication de certains de ses employés dans l'attaque du Hamas palestinien le 7 octobre.

>> Plus de détails dans notre article : Le chef de l'UNRWA Philippe Lazzarini n'a "aucune intention de démissionner"

L'UNRWA a ouvert une enquête sur ces soupçons et s'est séparé du personnel accusé d'implication dans l'attaque du Hamas.

Le ministre israélien des Affaires étrangères, Israël Katz, a exigé fin janvier la démission de Philippe Lazzarini. Plusieurs pays donateurs ont suspendu leur financement de l'UNRWA.

17h15

Les Emirats défendent leurs liens avec Israël

L'ambassadrice des Emirats arabes unis à l'ONU, Lana Zaki Nusseibeh, a défendu lundi la décision du pays du Golfe de maintenir ses liens avec Israël malgré leurs inquiétudes croissantes face à sa guerre contre le Hamas dans la bande de Gaza.

Les Emirats arabes unis, qui ont normalisé leurs relations avec Israël en 2020 dans le cadre des accords d'Abraham négociés par les Etats-Unis, ont exprimé leur solidarité avec les Gazaouis depuis le début de la guerre entre Israël et le Hamas le 7 octobre. Mais ils ont été critiqués pour ces liens entretenus avec l'Etat israélien.

Concessions insuffisantes

"Grâce à cette coopération, nous disposons d'un hôpital de campagne à Gaza et d'un hôpital maritime qui accoste dans le port d'Al-Arich, en Egypte", a déclaré Lana Zaki Nusseibeh, lors du sommet mondial des gouvernements à Dubaï, un événement annuel rassemblant des personnalités du monde des affaires et de la politique.

Pour les "habitants de Gaza, ce n'est pas suffisant. Ce dont nous avons besoin, c'est d'un cessez-le-feu humanitaire et d'une solution à deux Etats", a-t-elle toutefois ajouté.

"L'obtiendrons-nous en discutant avec les personnes qui sont d'accord avec nous? Non. Nous l'obtiendrons en parlant à ceux qui ne sont pas d'accord avec nous et les Emirats arabes unis seront toujours fiers de le faire", a poursuivi l'ambassadrice.

17h10

Des Palestiniens demandent à l'UE des sanctions contre Netanyahu et quatre autres ministres

Des civils palestiniens ont demandé lundi à l'Union européenne de prendre des sanctions contre le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et quatre autres ministres pour crimes et violations des droits de l'Homme en Cisjordanie occupée, a indiqué le cabinet d'avocats français les représentant.

La requête officielle a été adressée au chef de la diplomatie européenne Josep Borrell par Me Sarah Sameur, du cabinet Demain, qui représente 21 Palestiniens vivant en différents endroits de Cisjordanie.

Elle demande à l'UE d'imposer des sanctions, au titre du régime des Droits de l'Homme, contre Benjamin Netanyahu et les ministres de la Défense Yoav Gallant, des Affaires stratégiques Ron Dermer, de la Sécurité nationale Itamar Ben Gvir, et des Finances Bezalel Smotrich, pour "leur implication dans des crimes et de graves violations des droits humains", précise un communiqué.

Arrestations arbitraires, tortures ou encore déplacements forcés

"Les plaignants ont été victimes de crimes incluant de violentes attaques à leur encontre, d'arrestations arbitraires, de tortures et mauvais traitements et de déplacements forcés", indique le texte. "Ces actes font partie d'une politique de longue date de colonisation illégale et d'une pratique institutionnalisée d'attaques systématiques contre la population civile en Cisjordanie, qui constituent des crimes contre l'Humanité aux termes du Statut de Rome", ajoute le communiqué.

Les sanctions européennes peuvent être des interdictions de voyager et un gel des fonds des personnalités visées.

17h00

La perspective d'une offensive à Rafah est "terrifiante", affirme l'ONU

La perspective d'une "véritable" offensive de l'armée israélienne à Rafah, à l'extrême sud de la bande de Gaza, où sont réfugiés des centaines de milliers de Palestiniens, est "terrifiante", a affirmé le Haut-Commissaire de l'ONU aux droits de l'Homme.

"Compte tenu du carnage qui s'est déroulé jusqu'à présent à Gaza, on peut tout à fait imaginer ce qui va se passer à Rafah", s'est alarmé Volker Türk, dans un communiqué.

16h45

Josep Borrell suggère aux Etats-Unis de livrer moins d'armes à Israël

"Si vous pensez que trop de gens sont tués, peut-être devriez-vous fournir moins d'armes afin d'empêcher que tant de gens soient tués. N'est-ce pas logique?", a déclaré lundi le patron de la diplomatie européenne Josep Borrell devant la presse, évoquant des déclarations du président américain Joe Biden jugeant "excessive" la riposte israélienne à Gaza.

"Tout le monde va à Tel Aviv en suppliant, 's'il-vous-plaît ne faites pas ça, protégez les civils, ne tuez pas autant de gens'", a souligné Josep Borrell, à l'issue d'une rencontre des ministres du Développement de l'UE. Mais le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu "n'écoute personne", a-t-il ajouté.

"Ils vont évacuer" les Palestiniens. "Où? Sur la Lune?", s'est-il encore demandé, en référence à l'offensive annoncée par Israël dans le sud de la bande de Gaza où sont massés des centaines de milliers de Palestiniens.

>> Ecouter le sujet de La Matinale de mardi :

Le chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell. [EPA/Keystone - Olivier Matthys]EPA/Keystone - Olivier Matthys
Josep Borrell suggère aux Etats-Unis de livrer moins d'armes à Israël s'ils estiment qu'il y a trop de morts palestiniens / La Matinale / 1 min. / le 13 février 2024

15h15

Israël affirme que les forces du Hamas ont diminué de moitié

Un porte-parole du gouvernement israélien a déclaré lundi que les troupes du Hamas ont été réduites de moitié depuis le début du conflit à Gaza.

"Nous parlons des trois quarts des bataillons du Hamas qui ont été détruits (...) et de plus de 12'000 terroristes qui ont été tués", a déclaré Eylon Levy lors d'un point aux journalistes.

"Si l'on tient compte du nombre de terroristes qui ont été blessés ou appréhendés, c'est plus de la moitié de la force de combat du Hamas qui a été mise hors d'état de nuire," a ajouté le porte-parole.

13h55

Londres annonce des sanctions contre "des colons extrémistes" israéliens en Cisjordanie

Le ministère des Affaires étrangères britannique a annoncé des sanctions contre quatre "colons extrémistes" israéliens ayant "violemment attaqué" des Palestiniens en Cisjordanie.

Ces sanctions imposeront "des restrictions financières et de séjour, afin de lutter contre la violence persistante des colons qui menace la stabilité de la Cisjordanie", indique le Foreign Office dans un communiqué. "Israël doit prendre des mesures plus fermes et mettre un terme à la violence des colons", a déclaré le chef de la diplomatie britannique David Cameron, cité dans ce texte.

Un peu plus tôt, le chef de la diplomatie britannique, David Cameron, avait appelé Israël à "réfléchir sérieusement" avant de lancer une offensive d'envergure sur Rafah.

"Nous sommes très préoccupés par ce qui se passe à Rafah, parce que, soyons clairs, les gens qui s'y trouvent se sont souvent déplacés quatre, cinq ou six fois avant d'arriver là (...), ils n'ont nulle part où aller", avait-il déclaré à des journalistes. "Nous voulons qu'Israël s'arrête et réfléchisse sérieusement avant de prendre d'autres mesures."

13h15

Josep Borrell soutient l'UNRWA malgré les accusations d'Israël

A Bruxelles, des ministres reçoivent le patron de l'UNRWA qu'Israël accuse d'avoir des membres impliqués dans les attaques du 7 octobre.

Mais le chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell, a défendu lundi le travail de cette agence de l'ONU. "Une chose est sûre pour moi, il n'y a pas d'alternative à l’UNRWA. Personne d'autre ne peut faire ce que fait l'UNRWA. Les allégations doivent être vérifiées. La présomption d'innocence est valable pour tout le monde, même pour l'UNRWA", a-t-il déclaré dans le 12h30.

Josep Borrell, chef de la diplomatie européenne. [EPA/Keystone - Sergey Dolzhenko]EPA/Keystone - Sergey Dolzhenko
Josep Borrell défend le travail de l’UNRWA face aux accusations proférées / Le 12h30 / 1 min. / le 12 février 2024

13h05

La libération de deux otages israéliens ne s'est pas faite sans conséquences sur les Gazaouis

La libération de deux otages israéliens de lundi tôt s'affiche à la une des médias israéliens et leurs photos circulent aussi sur les réseaux sociaux. L’association des familles d’otages salue la bravoure des soldats qui ont permis ces libérations. Les deux hommes vont bien et ont été transférés dans un centre médical près de Tel Aviv.

"Je dois dire que le travail n'est pas terminé. Nous sommes heureux ce soir, mais nous n'avons pas encore gagné. C'est un nouveau pas vers le retour des 132 otages à la maison", a félicité le gendre de l'un des otages dans le 12h45 lundi.

>> Le reportage du 12h45 de lundi :

Israël annonce avoir libéré deux otages retenus par le Hamas lors d'une opération spéciale à Rafah.
Israël annonce avoir libéré deux otages retenus par le Hamas lors d'une opération spéciale à Rafah. / 12h45 / 1 min. / le 12 février 2024

Du côté palestinien, des images diffusées par un média palestinien montrent que le bâtiment où étaient retenus les otages est complètement détruit. Le ministère de la Santé du Hamas estime que les frappes de la nuit de dimanche à lundi ont fait au moins 60 morts et touché 14 maisons et trois mosquées.

>> Les précisions dans le 12h30 de lundi :

Marche du drapeau à Jérusalem en juin 2016. [EPA/Keystone - Abir Sultan]EPA/Keystone - Abir Sultan
Libération de deux otages israéliens suite à une opération des forces israéliennes à Rafah / Le 12h30 / 2 min. / le 12 février 2024

11h30

Une frappe israélienne a blessé un responsable local du Hezbollah au Liban

Un responsable local du mouvement islamiste libanais Hezbollah a été gravement blessé dans une frappe israélienne qui a visé sa voiture dans le sud du Liban, a annoncé une source de sécurité libanaise.

Selon l'Agence nationale d'information (ANI, officielle), "un drone ennemi a visé une voiture près de l'hôpital de Bint Jbeil", ville située près de la frontière avec Israël.

Un photographe de l'AFP sur place a pu voir la voiture ciblée, gravement endommagée et dont le toit était percé d'un trou.

11h00

Les Pays-Bas priés par un tribunal de cesser la livraison de pièces de F-35 à Israël

Les Pays-Bas doivent cesser de livrer des pièces d'avions de combat F-35 utilisés par Israël dans la bande de Gaza, a déclaré un tribunal néerlandais. Il donne raison à des organisations de défense des droits de l'Homme.

"Le tribunal ordonne à l'Etat de cesser toute exportation et transit réels de pièces de F-35 vers la destination finale Israël dans les 7 jours suivant la signification de ce jugement", a déclaré la Cour d'appel de La Haye.

Risques d'utilisations contraires au droit humanitaire

La cour a estimé qu'il existe des risques que ces pièces soient utilisées dans des actions violant le droit humanitaire international en frappant des civils au cours de la guerre entre Israël et le Hamas.

Par ailleurs, la cour a jugé que le maintien des bonnes relations avec les Etats-Unis et Israël, en jeu dans cette affaire selon l'Etat néerlandais, n'était pas un bon argument pour poursuivre l'exportation des pièces.

La cour a ainsi annulé le verdict délivré en première instance dans cette affaire.

Le tribunal de district de La Haye avait jugé en décembre que la fourniture des pièces était avant tout une décision politique dans laquelle les juges ne devraient pas interférer.

10h15

Un nouveau bilan du Hamas grimpe à 28'340 morts depuis le début de la guerre

Le ministère de la Santé du Hamas a annoncé un bilan de 28'340 personnes tuées, en majorité des femmes, enfants et adolescents, dans la bande de Gaza depuis le début de la guerre entre Israël et le mouvement islamiste palestinien.

Il a fait état d'un total de 164 morts au cours des dernières 24 heures, et de 67'984 personnes blessées depuis le début de la guerre.

10h10

Les rebelles houthis annoncent avoir attaqué un navire américain

Les rebelles houthis du Yémen ont annoncé avoir attaqué un navire américain en mer Rouge. Cela après que des sociétés de sécurité maritime ont signalé que des missiles avaient été tirés sur un vraquier.

"Les forces navales des forces armées yéménites ont visé le navire américain Star Iris en mer Rouge avec un certain nombre de missiles navals (...), et les frappes ont été précises et directes", a déclaré un porte-parole des Houthis.

Deux agences britanniques de sécurité maritime avaient annoncé plus tôt dans la journée l'attaque d'un navire au large des côtes méridionales du Yémen. "L'équipage est sain et sauf et le navire se dirige vers son prochain port d'escale", avait souligné la United Kingdom Maritime Trade Operations (UKMTO), précisant que l'incident avait eu lieu avant 04h00.

Une autre agence de sécurité, Ambrey, avait indiqué que le vraquier battant pavillon des îles Marshall, "visé par des missiles dans deux incidents séparés", avait été touché et avait subi des dommages.

09h40

"Seule la poursuite de la pression militaire" permettra de libérer tous les otages, dit Netanyahu

"Seule la poursuite de la pression militaire, jusqu'à la victoire complète, aboutira à la libération de tous nos otages. Nous ne manquerons aucune opportunité de les ramener à la maison", a déclaré le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu dans un communiqué.

"Je salue nos courageux guerriers pour l'action audacieuse qui a conduit à leur libération", a-t-il ajouté, en faisant référence à l'opération militaire dans la nuit de dimanche à lundi.

08h40

Sortie des Palestiniens vers l'Egypte très difficile

Alors que l'armée israélienne vise désormais l'extrême sud de la bande de Gaza, où sont réfugiés 1,5 million de personnes, la frontière avec l'Égypte voisine est toujours aussi hermétique. Les sorties de Palestiniens vers le Sinaï se font au compte-gouttes, avec une priorité accordée à certains blessés et aux binationaux.

L'issue semble donc impossible pour les Gazaouis, sauf s'ils déboursent des sommes exorbitantes pour obtenir un droit de passage à la frontière de Rafah.

C'est ce qu'a révélé l'OCCRP (Organized Crime and Corruption Reporting Project), un collectif de journalistes d'investigation. Des agences de voyage égyptiennes aux pratiques pour le moins douteuses proposent des sorties plus rapides de Gaza vers l'Égypte pour des tarifs mirobolants: une famille de sept Gazaouis a ainsi déboursé 42'000 dollars pour traverser la frontière de Rafah vers l’Égypte.

07h50

Les avis divergent sur les accusations d'Israël sur l'UNRWA

S'appuyant sur la découverte d'un tunnel du Hamas sous le quartier général de l'UNRWA, Israël accuse l'organisation pour les réfugiés palestiniens de collaborer avec le groupe militaire et politique islamiste.

Pour le conseiller national vert genevois, Nicolas Walder, il faut rester prudent face à ces accusations d'Israël. Il dénonce une "stratégie de dénigrement" et de "diversion". "Israël est accusée de crimes contre l'Humanité (...), donc c'est aussi une manière de faire diversion", a-t-il averti dans La Matinale lundi.

"La Suisse doit défendre avant tout le droit international", et donc soutenir l'UNRWA, selon lui, "à moins que l'enquête indépendante montre qu'il y a eu des failles".

>> Ecouter l'interview de Nicolas Walder dans La Matinale de lundi :

Pour le conseiller national vert genevois, Nicolas Walder, il faut rester prudent face aux accusations d'Israël sur l'UNRWA (image d'illustration). [Keystone]Keystone
Accusations d'Israël envers l'UNRWA: interview de Nicolas Walder / La Matinale / 1 min. / le 12 février 2024

De son côté, le conseiller national UDC fribourgeois Pierre-André Page, membre de la commission de politique extérieure, estime qu'il faut prendre ces accusations au sérieux.

"Nous avons mis en doute la collaboration de l'UNRWA avec le Hamas depuis le début du conflit et je crois que là ça confirme nos propos et la décision de Monsieur Lazzarini de se séparer d'une douzaine de ses collègues", avance-t-il. Pierre-André Page estime toutefois qu'il est encore trop tôt pour prendre position sur la démission du directeur de l'agence onusienne.

>> Retrouver l'intégralité de ses propos dans La Matinale de lundi :

Le conseiller national UDC fribourgeois Pierre-André Page prend les accusations d'Israël sur l'UNRWA au sérieux (image d'illustration). [Keystone - Anthony Anex]Keystone - Anthony Anex
Israël appelle à la démission de Philippe Lazzarini, le directeur de l'UNRWA: interview de Pierre-André Page / La Matinale / 1 min. / le 12 février 2024

En tournée pour plaider sa cause

En tout cas, Philippe Lazzarini entame une tournée européenne pour plaider sa cause et celle de son institution. Le diplomate suisse est attendu à Bruxelles lundi pour rencontrer les ministres du développement des 27. La visite s'annonce délicate face au contexte de son organisation.

>> Ecouter les précisions de sa tournée dans l'Union européenne dans La Matinale de lundi :

Pour Israël, Philippe Lazzarini, le directeur de l'UNRWA, devrait démissionner à cause d'une probable collaboration entre l'agence onusienne et le Hamas (image d'illustration). [Bilal Hussein - AP Photo / Keystone]Bilal Hussein - AP Photo / Keystone
Philippe Lazzarini, chef de l’UNRWA, entame une tournée européenne / Le Journal horaire / 1 min. / le 12 février 2024

06h45

Une série de frappes aériennes "d'une intensité supérieure" autour de Rafah fait "environ 100 morts"

Une série de frappes aériennes, ayant notamment permis la libération de deux otages à Rafah dans la nuit de dimanche à lundi, a fait "environ 100 morts", selon un bilan du ministère de la Santé du Hamas.

D'après des journalistes et des témoins présents sur place, plusieurs dizaines de raids d'une intensité supérieure à celle des derniers jours ont frappé les alentours de la ville. Et selon le Hamas, ils ont touché 14 maisons et trois mosquées, faisant d'une cinquantaine à "environ 100 morts", selon un nouveau bilan du Hamas.

Une série de frappes aériennes ont notamment frappé trois mosquées de la ville de Rafah. [AFP - MOHAMMED ABED]

Il n'était pas clair dans l'immédiat si ces frappes marquaient le début de cette offensive pour prendre le "dernier bastion" des "terroristes du Hamas", selon l'expression du dirigeant israélien Benjamin Netanyahu. Un Premier ministre qui a ordonné à son armée de préparer une offensive sur Rafah, ville du sud de la bande de Gaza où sont déjà réfugiés des centaines de milliers de Palestiniens et de Palestiniennes victimes de l'invasion israélienne.

LUNDI 12 FEVRIER

Israël annonce la libération de deux otages à Rafah

Les services de sécurité israéliens ont annoncé tôt lundi matin avoir libéré, lors d'une opération à Rafah menée dans la nuit, deux otages enlevés le 7 octobre au kibboutz Nir Yitzhak.

"Fernando Simon Marman, 60 ans, et Louis Har, 70 ans, ont été récupérés lors d'une opération nocturne menée conjointement par l'armée le Shin Beth (Sécurité intérieure) et la police israéliennes", détaille un communiqué de ces services. Les deux hommes "sont en bonne condition médicale", selon le texte.

"Trois terroristes ont été tués dans l'immeuble où ils étaient détenus", selon un premier bilan de l'armée israélienne, qui s'était auparavant bornée à confirmer avoir "mené une série de raids contre des cibles terroristes dans le sud de la bande de Gaza".

Cette annonce fait suite à une série de frappes israéliennes intensives sur Rafah qui ont frappé des mosquées et une quinzaine de maisons, faisant "environ 100 morts", selon un nouveau bilan du Hamas.