Publié Modifié

L'Ukraine accuse la Russie d'utiliser une quarantaine de civils comme "boucliers humains" dans le nord-est

- La police de la région de Kharkiv (nord-est), a affirmé jeudi que l'armée russe détenait de 35 à 40 civils dans la localité de Vovtchansk, les utilisant comme "boucliers humains" pour protéger un quartier général militaire.

- L'armée ukrainienne a indiqué jeudi matin avoir arrêté "l'avancée" russe dans certaines zones de la région de Kharkiv (nord-est) où la Russie a lancé une attaque surprise le 10 mai, occupant de nouveaux territoires.

- L'armée russe a pris 278 km2 (environ la superficie du canton de Genève) en une semaine dans l'est de l'Ukraine, essentiellement dans la région de Kharkiv, son gain de territoire ukrainien le plus important depuis un an et demi, selon une analyse jeudi de l'AFP à partir de données fournies par l'Institut américain pour l'étude de la guerre (ISW).

- Le président chinois Xi Jinping a salué jeudi la relation Pékin-Moscou comme "propice à la paix" lors d'une rencontre à Pékin avec son homologue russe Vladimir Poutine, mis au ban par les pays occidentaux depuis son invasion de l'Ukraine.

Suivi assuré par RTSinfo

20h30

Des frappes ukrainiennes font quatre morts à Donetsk, ville occupée par les Russes

Quatre femmes ont été tuées par des frappes ukrainiennes sur Donetsk, une ville occupée par les Russes, ont annoncé les autorités mises en place par Moscou.

"Quatre femmes nées en 1986, 1980, 1961 et 1952 ont été tuées rue Petrovsky près de l'arrêt de transport en commun Ecole No. 106," ont dit ces autorités dans un post sur Telegram.

Donetsk est occupée depuis 2014 par les forces russes ou pro-russes et se situe à moins de dix km de la ligne de front orientale où se déroulent d'intenses combats.

L'attaque a fait également deux blessés, une enfant née en 2018 et un homme né en 1987, tandis qu'une autre frappe sur une ville voisine blessait un septuagénaire, selon cette source.

Le chef de l'administration régionale pro-russe, Denis Pushilin, a qualifié les frappes de "barbares" sur les réseaux sociaux, les imputant à l'armée ukrainienne.

Kiev n'avait pas commenté immédiatement mais nie en règle générale viser des civils à Donetsk et dans les autres régions occupées par Moscou dans le sud et l'est du pays.

20h00

La Chine "ne peut pas jouer sur les deux tableaux", Russie et Occident, disent les Etats-Unis

Les Etats-Unis ont assuré que le président chinois Xi Jinping ne pouvait pas "jouer sur les deux tableaux" en renforçant ses liens à la fois avec l'Occident et avec la Russie, dont il reçoit à Pékin le président Vladimir Poutine.

La Chine "ne peut pas avoir le beurre et l'argent du beurre", a assuré le porte-parole du département d'Etat américain Vedant Patel à des journalistes. "Elle ne peut pas jouer sur les deux tableaux et vouloir de (meilleures) relations avec l'Europe et d'autres pays tout en continuant d'alimenter la plus grosse menace à la sécurité européenne depuis très longtemps", a-t-il ajouté, en référence à l'invasion de l'Ukraine.

Washington estime que la Chine, même si elle n'envoie pas directement d'armes à Moscou, soutient l'effort de guerre russe, ce dont le Secrétaire d'Etat américain Antony Blinken s'est fait l'écho le mois dernier à Pékin.

Ce soutien chinois à l'industrie de défense russe "ne menace pas seulement la sécurité de l'Ukraine, elle menace aussi celle de l'Europe", a encore dit Vedant Patel.

19h10

La Russie n'a pas les forces suffisantes pour une percée majeure en Ukraine, selon l'Otan

La Russie n'a pas les forces suffisantes pour aboutir à une percée majeure dans son offensive en cours en Ukraine, a affirmé un haut-responsable militaire de l'Otan.

"Les Russes n'ont pas les forces nécessaires pour réaliser une percée stratégique, et plus précisément, ils n'ont ni les compétences ni la capacité de le faire,", a affirmé le commandant suprême des forces alliées en Europe (Saceur), le général américain Christopher Cavoli, au cours d'une conférence de presse à Bruxelles, où siège l'Otan.

17h55

La Russie expulse l'attaché de défense britannique en représailles

La Russie a déclaré persona non grata l'attaché de défense britannique à Moscou, Adrian Coghill, en représailles à l'expulsion la semaine dernière de son homologue russe à Londres, accusé d'espionnage.

"Il devra quitter sous une semaine le territoire de la Fédération de Russie", a indiqué dans un communiqué le ministère russe des Affaires étrangères, expliquant avoir annoncé cette décision à l'ambassadeur britannique lors d'une convocation.

"Notre réaction aux actions inamicales et antirusses annoncées le 8 mai par la partie ukrainienne ne s'arrêtera pas à cette mesure", a ajouté le ministère, en promettant d'autres représailles.

17h20

L'Ukraine accuse la Russie d'utiliser une quarantaine de civils comme "boucliers humains" dans le nord-est

La police de la région de Kharkiv (nord-est) a affirmé que l'armée russe détenait de 35 à 40 civils dans la localité de Vovtchansk, les utilisant comme "boucliers humains" pour protéger un quartier général militaire.

"Des civils qui tentaient de fuir le territoire occupé par les Russes sont en captivité. Selon de premières données, ils sont 35-40. Les Russes les retiennent ensemble à un endroit comme boucliers humains, car c'est à proximité de leur centre de commandement", a déclaré à la télévision le chef du département d'investigations de la police régionale, Serguiï Bolvinov.

"Et nous savons que les Russes ont tiré cyniquement sur un homme âgé qui tentait de fuir en territoire contrôlé par l'Ukraine", a-t-il ajouté, assurant que l'homme avait reçu une balle dans la tête.

L'AFP n'est pas en mesure de confirmer ces accusations de source indépendante. La Russie n'a pas réagi dans l'immédiat.

Selon Serguiï Bolvinov, ces "otages" sont avant tout des personnes âgées.

16h50

La Russie interdit l'un des derniers médias d'opposition du pays

La Russie a déclaré "indésirable" le média d'opposition SOTA, une mesure qui expose ses employés à de lourdes peines et interdit de facto ses activités dans le pays, où toute voix dissidente est écrasée depuis l'attaque contre l'Ukraine.

"Les publications de SOTA ne sont rien d'autre que des tentatives explicites de déstabiliser la situation socio-politique de la Russie", a justifié dans un communiqué le Parquet général russe, en annonçant cette décision.

Ce média, suivi par 137'000 utilisateurs sur Telegram, était l'un des derniers à couvrir activement les répressions politiques en Russie, en envoyant ses reporters suivre les procès d'opposants et les rares actions de protestation.

Sur Telegram, la rédaction de SOTA a rejeté les accusations du Parquet sur ses liens supposés avec des "superviseurs occidentaux" et a assuré que son travail d'opposition "à la guerre et au régime poutinien" se "poursuivra".

Elle a toutefois demandé à ses lecteurs se trouvant en Russie d'effacer de leurs réseaux sociaux tout partage de ses contenus.

15h50

Le chef de l'administration de Vovtchansk blessé dans une frappe

Le chef de l'administration militaire de la ville ukrainienne de Vovtchansk, cible de l'offensive russe dans la région de Kharkiv et actuellement au coeur des combats, a été blessé lors d'une frappe, a indiqué le gouverneur régional.

"Les occupants ont attaqué un village de la communauté de Vovtchansk avec des bombes à sous-munitions (...) Cinq personnes ont été blessées, deux médecins, deux chauffeurs et le chef de l'administration militaire de Vovtchansk", Tamaz Gambarachvili, a indiqué Oleg Synegoubov sur Telegram, sans donner de précisions sur l'état des victimes.

12h35

L'Ukraine accuse la Russie de détentions et exécutions de civils dans la région de Kharkiv

Le ministre ukrainien de l'Intérieur a accusé jeudi l'armée russe de détentions arbitraires et d'exécutions de civils dans la ville de Vovtchansk dans la région de Kharkiv, cible d'un assaut russe depuis une semaine.

"Selon les rapports des services de renseignement, les militaires russes, qui tentent de prendre pied dans la ville, ne laissent pas les habitants évacuer: ils ont commencé à enlever des personnes pour les conduire dans des caves", a affirmé sur Telegram le ministre Igor Klymenko, qui a aussi fait état d'informations sur de "premières exécutions de civils" par l'armée russe.

11h55

Volodymyr Zelensky et son cabinet militaire à Kharkiv, en pleine offensive russe

Le président ukrainien a annoncé jeudi avoir réuni son cabinet militaire dans la ville de Kharkiv, capitale de la région visée par une offensive russe, y jugeant la situation "extrêmement difficile" mais "sous contrôle".

"A ce jour, la situation dans la région de Kharkiv est globalement sous contrôle", a déclaré Volodymyr Zelensky sur Telegram, précisant se trouver dans la ville avec des commandants militaires. "Mais la zone reste extrêmement difficile, c'est pourquoi nous renforçons nos unités", a-t-il ajouté.

11h40

La Russie et la Chine assurent vouloir éviter une "escalade" en Ukraine

La Russie et la Chine ont assuré jeudi vouloir éviter toute nouvelle "escalade" en Ukraine, pointant à demi-mot la responsabilité occidentale, selon un communiqué commun publié par le Kremlin après la rencontre à Pékin entre les présidents Vladimir Poutine et Xi Jinping.

Le texte dit que Pékin et Moscou jugent notamment "nécessaire" d'éviter toute décision à même de "contribuer à la prolongation des hostilités et à une nouvelle escalade du conflit", une formulation semblant viser Européens et Américains, le Kremlin disant sans cesse que ce sont les livraisons d'armes de l'Occident à l'Ukraine qui font durer la guerre.

>> Ecouter le sujet du 12h30 :

Vladimir Poutine a choisi la Chine pour son premier déplacement à l'étranger depuis sa réelection. [afp]afp
Vladimir Poutine rend visite à Xi Jinping en Chine / Le 12h30 / 1 min. / jeudi à 12:34

>> Lire aussi:  : Vladimir Poutine en visite à Pékin pour renforcer le partenariat sino-russe

09h10

La Russie a pris 278 km2 en sept jours en Ukraine, plus important gain depuis un an et demi

L'armée russe a pris 278 km2 (environ la superficie du canton de Genève) en une semaine dans l'est de l'Ukraine, essentiellement dans la région de Kharkiv, son gain de territoire ukrainien le plus important depuis un an et demi, selon une analyse jeudi de l'AFP à partir de données fournies par l'Institut américain pour l'étude de la guerre (ISW).

Entre le 9 et le 15 mai, 257 km2 ont été conquis dans la seule région de Kharkiv (nord-est), épicentre de l'offensive russe où Moscou a revendiqué la prise de plusieurs localités. Les 21 autres kilomètres carrés gagnés par l'armée russe l'ont été à différents points de la ligne de front, dont le village symbolique de Robotyné dans le sud du pays.

08h55

L'Ukraine affirme avoir arrêté "l'avancée" russe dans "certaines zones" de la région de Kharkiv

L'armée ukrainienne a indiqué jeudi matin avoir arrêté "l'avancée" russe dans certaines zones de la région de Kharkiv (nord-est) où la Russie a lancé une attaque surprise le 10 mai, occupant de nouveaux territoires.

"La situation dans le secteur de Kharkiv reste compliquée et évolue de manière dynamique. Nos forces de défense ont réussi à stabiliser partiellement la situation, l'avancée de l'ennemi dans certaines zones et localités a été stoppée, mais il essaie toujours de créer les conditions de nouvelles avancées", a indiqué à la télévision le porte-parole des forces ukrainiennes dans la région, Nazar Volochine.

08h25

Les soldats russes ne sont plus qu'à une vingtaine de kilomètres de Kharkiv

Après six jours d’offensive russe sur la région ukrainienne de Kharkiv, les soldats russes ne sont plus qu’à une vingtaine de kilomètres de la deuxième ville du pays

Vladimir Poutine se félicite des avancées de son armée. L’Ukraine admet avoir dû se replier dans certaines zones, mais elle continue d’envoyer des renforts pour tenter de retenir la Russie.

Sur place, en quelques semaines, l'atmosphère a radicalement changé. Il y a trois semaines, alors que certains habitants commençaient à savourer les premières soirées printanières, aujourd'hui, c'est l'angoisse qui a pris le dessus, comme l'a constaté la RTS sur place.

>> Ecouter le reportage sur place, dans La Matinale: :

Les soldats russes ne sont plus qu'à une vingtaine de kilomètres de Kharkiv [afp]afp
Les soldats russes ne sont plus qu'à une vingtaine de kilomètres de Kharkiv / La Matinale / 2 min. / jeudi à 06:29

08h20

La relation Pékin-Moscou, facteur de stabilité selon Xi Jinping et Vladimir Poutine

Xi Jinping et Vladimir Poutine ont salué jeudi à Pékin la relation entre leurs deux pays comme un facteur de "stabilité" dans le monde. Le président russe a aussi espéré un soutien accru de la Chine à la guerre en Ukraine.

La relation entre Moscou et Pékin "est non seulement dans l'intérêt fondamental des deux pays et des deux peuples, mais elle est également propice à la paix", a estimé Xi Jinping. Et "la Chine est prête à travailler avec la Russie pour (...) soutenir l'équité et la justice dans le monde". Selon lui, cette relation "a été durement acquise et les deux parties doivent la chérir et la nourrir".

Elle est "un facteur de stabilité sur la scène internationale", a renchéri Vladimir Poutine, selon le Kremlin. Elle "n'est pas opportuniste et elle n'est dirigée contre personne".

"Ensemble, nous soutenons les principes de justice et un ordre démocratique mondial reflétant les réalités multipolaires et fondé sur la loi internationale", a ajouté le président russe.

>> Ecouter le sujet de La Matinale: :

Vladimir Poutine a choisi la Chine pour son premier déplacement à l'étranger depuis sa réelection. [afp]afp
Vladimir Poutine a choisi la Chine pour son premier déplacement à l'étranger depuis sa réelection / La Matinale / 1 min. / jeudi à 06:28

En savoir plus

Le suivi des événements précédents