Modifié le 24 janvier 2019 à 12:22

Comment les communes ont élu les conseillers nationaux depuis 1971

Propagation de l'UDC dans le canton de Vaud, coude-à-coude dans les communes genevoises, règne du PDC en Valais: cherchez dans notre visualisation interactive l'évolution de la force des partis dans votre commune depuis 1971.

Vingt-quatre partis, 11 élections au Conseil national, 2345 communes, 40 ans: voilà de quoi nourrir les particularismes régionaux. Il existe des communes dans lesquelles le même parti engrange depuis des décennies plus de 80% des voix.

D'autres communes changent de couleur politique tous les quatre ans. Dans d'autres encore, une formation partie de rien a réussi au fil des ans à se hisser au plus haut rang - aux dépens des autres.

De l'orange au vert

SRF, la radio-TV alémanique, a analysé la répartition des voix recueillies dans chaque commune par les différents partis lors des élections du Conseil national entre 1971 et 2011. Les données détaillées de l'Office fédéral de la statistique le montrent: le paysage politique suisse est un patchwork dont les couleurs changent tous les quatre ans.

Au niveau suisse, une tendance se dégage, celle de la propagation de l'UDC. Le parti, qui a émergé en 1971 du Parti des paysans, artisans et bourgeois (PAB), a connu une expansion géographique remarquable. Jusque dans les années 1990, ses bastions se concentraient dans les cantons de Berne et des Grisons. La véritable percée a eu lieu aux élections de 1999, avec une progression de 7,6%.

Depuis, l'UDC est devenue le parti le mieux élu dans un nombre toujours croissant de cantons. Après Zurich, il est devenu numéro un en Thurgovie, à Schwyz, Saint-Gall et Schaffhouse. Dans le canton de Vaud, lors des deux dernières élections, l'UDC a arraché de nombreuses communes des mains du PLR, et rivalise actuellement avec le PS.

Ce développement suppose naturellement des pertes subies par les autres partis. Elles ont été particulièrement importantes dans les rangs du PDC, qui régnait en maître dans la majorité des communes dans les années 1970. Les démocrates-chrétiens n'ont maintenu leur hégémonie qu'en Valais et à Lucerne.

Chute de haut

De nombreuses petites communes fribourgeoises, comme Le Glèbe, Hauteville ou Villorsonnens, montrent le profond changement du rapport de forces entre le PDC et l'UDC. Les démocrates-chrétiens, qui obtenaient parfois plus de 60% des voix, doivent maintenant se contenter de moins de 20%, alors que l'UDC est passé de scores marginaux à près d'un tiers des votes.

Les communes davantage peuplées du canton, comme Fribourg, Marly et Villars-sur-Glâne, ont également vu le PDC perdre plus de la moitié de ses électeurs. Même si une importante partie des votants ont opté pour l'UDC, celui-ci reste encore loin de rivaliser avec le PS. Ce dernier s'y maintient à environ 35% des votants.

Les démocrates du centre ont aussi séduit une partie des électeurs du PLR, à l'instar de Val-de-Travers (NE), où les libéraux-radicaux remportaient plus de 50% des voix jusqu'en 1999. A l'inverse des petites communes fribourgeoises, où l'UDC était active dès 1971, l'ascension à Val-de-Travers a été fulgurante. Le parti agrarien n'est apparu qu'en 2003 dans le canton de Neuchâtel et est arrivé dès 2007 en tête de la commune avec plus de 30% des voix.

Moins de bastions, davantage de diversité

L'époque où une commune votait comme un seul homme derrière un parti est bien révolue. Les exceptions sont des communes de régions rurales ou alpestres, où l'on trouve encore des bastions de l'un ou l'autre parti, qui y remporte parfois jusqu'à plus de 80% des voix. Parmi ces bastions figurent ceux du PDC dans le district valaisan de Loèche, ceux du PLR à Uri, et ceux de l'UDC dans le sud de l'Emmental.

A l'inverse, les partis se livrent actuellement à des coude-à-coude passionnés dans de nombreuses communes. Dans le canton de Genève, à Versoix, Thônex et Bernex par exemple, tous les grands partis – PDC, PLR, UDC, PS et Les Verts - se sont maintenus à quasi égalité lors des dernières élections.

Par ailleurs, Frauenfeld (TG) est la commune la plus "moyenne" du pays: c'est là que les scores se sont le plus rapprochés des résultats nationaux sur la moyenne des 11 dernières élections fédérales.

Mark Hintz, Christoph Schmid, Katharina Kubicek, Valentin Tombez

Publié le 01 juin 2015 à 11:21 - Modifié le 24 janvier 2019 à 12:22